S’engager pour des villes camerounaises durables

Par Asmaou KARIM, Vice-Présidente de The Okwelians

L’UNESCO et la communauté internationale célèbrent tous les 31 octobre la Journée Mondiale de la Ville. Et, le thème de la célébration de cette année est « Meilleure ville, Meilleure vie, valoriser nos communautés et nos villes ». Ce thème est en parfaite harmonie avec l’engagement pris par The Okwelians, Think&Do Tank qui se veut être un laboratoire d’idées et de solutions innovantes au service du Cameroun d’abord, de l’Afrique et du Monde ensuite, et qui a officiellement lancé son Programme « The Okwelians s’engage pour les Villes » à Rey-Bouba du 12 au 17 octobre dernier.  

Comme le dit Stuart Avery Gold, écrivain et auteur à succès international, « pour changer l’avenir, il n’y a qu’à changer le présent. Et le vrai avenir commence par un engagement triomphal dans le présent ». L’engagement, notion riche, peut se traduire de tant de manières différentes. Mais pour nous, s’engager signifie consacrer son temps et son énergie pour contribuer à la recherche et à la mise en œuvre de solutions aux problèmes sociaux, politiques, économiques et humains de nos territoires par des actions concrètes et structurantes ; en somme, être des acteurs et non des spectateurs de la construction de notre « vivre ensemble ».

En effet, les villes camerounaises font face à de nombreux défis allant de la gestion d’une urbanisation incontrôlée, la mobilité, la qualité des services publics, l’insécurité ou encore la gestion des catastrophes. Les récents drames survenus à Douala ou encore à Maroua nous rappellent sans cesse la fragilité de nos villes. Dans le même temps, le dynamisme économique, le brassage culturel et la créativité artistique qui s’y rencontrent en font le théâtre central de la réinvention de notre société et un enjeu capital de la transformation de notre pays.

Ainsi, l’idée de s’engager pour les villes camerounaises traduit une ferme volonté d’accompagner les autorités locales qui en ont la responsabilité principale, dans la mise en œuvre de politiques publiques au service d’un développement socioéconomique et environnemental durable, pour le bien-être des populations. Et, cela rejoint en tous points les grandes orientations de la célébration annuelle de la Journée Mondiale de la Ville.

Il s’agit donc de s’engager auprès des élus locaux afin de :

  • Initier et contribuer efficacement au processus de développement local concerté. Prévue par la Constitution du 18 janvier 1996 et consacrée par la loi du 24 décembre 2019 portant Code Général des Collectivités Territoriales Décentralisées, la décentralisation, si elle est bien menée, sera un facteur de bonne gouvernance car améliorant l’efficacité de l’action publique, la promotion du développement local et la démocratisation de la vie publique. L’action de The Okwelians vise ainsi à la mise en place de plateformes de dialogue, notamment un cadre de concertation communale permettant une gouvernance locale participative ;
  • Réfléchir et proposer des solutions innovantes pour la promotion et le développement de la ville durable au Cameroun : la mondialisation ne saurait aboutir à une uniformisation. Définir un modèle de ville durable qui tienne compte de nos réalités et préserve notre identité reste une préoccupation majeure de nos gouvernants. The Okwelians s’engagera pour accompagner les villes camerounaises dans ce processus de réflexion et de maturation. Nation branding et city branding devront donc se côtoyer et se compléter sans se neutraliser.
  • Venir en aide aux populations particulièrement dans les domaines de l’éducation et de la culture. S’engager auprès de communes c’est aussi s’engager auprès des populations. Les actions de The Okwelians n’ont du sens que si elles contribuent véritablement à l’amélioration des conditions de vie des populations. Et, seules des actions y compris humanitaires permettent une telle immersion dans les réalités vécues par nos concitoyens, particulièrement dans les domaines prioritaires que sont l’éducation et la culture.

Fidèle à son approche data driven et au rôle important accordé à l’expérimentation dans la recherche de solutions innovantes, The Okwelians a choisi trois villes pilotes pour cette aventure, cette exploration des villes camerounaises :

  • Douala. Capitale économique du Cameroun, Douala est la ville la plus peuplée d’Afrique centrale et une ville cosmopolite sur le plan historique car accueillant de tous temps des peuples issus d’horizons divers ;
  • Foumban. Cité des arts, Foumban est réputée dans le monde entier pour la qualité de son artisanat. Foumban est l’un des plus anciens royaumes d’Afrique noire.
  • Rey Bouba. Temple du pouvoir coutumier, Rey Bouba est confrontée à des défis en matière d’accès à l’eau potable ou encore de sécurité alimentaire. La commune de Rey Bouba se situe au sein du Lamidat du même nom, la plus importante chefferie traditionnelle du Cameroun.

Ainsi, avec le soutien de partenaires et à travers diverses actions allant de campagnes de sensibilisation, ateliers, conférences à des publications diverses, The Okwelians s’efforcera, durant les prochains dix-huit mois, de placer l’agenda des villes durables au cœur du débat public et de la décision publique. A la clé, il s’agit d’entrevoir l’émergence de villes camerounaises durables respectueuses de leurs spécificités culturelles tout en contribuant au renforcement de la cohésion sociale et de l’unité nationale.

Mobilisons-nous aux côtés de The Okwelians et de tous les acteurs de bonne volonté afin que cette journée mondiale marque une ère nouvelle où la vie sera au cœur de la réflexion et de l’action en faveur des villes durables au Cameroun, en Afrique et dans le Monde !

Let’s Okwelians it !

Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

Abonnez-vous à la newsletter pour avoir plus d’information