Categories
Uncategorized

DIGITAL GROWTH IN EDUCATION AND BUSINESS, ARE WE READY?

By Samuel NTYENE EVA, digital marketing expert and Okwelians Fellow 2022.

Cameroon is going digital. That’s a fact. After transitioning from 2G (Voice and Short Message System “SMS”) to 3G technology[1] in 2012, Cameroon, despite some inconvenience, continues to perfect its network in a highly competitive sector where mobile operators are vying with each other in terms of offers and technicality to capture and retain a demanding clientele in search of quality service. The country has experienced a decisive turning point with the advent of 4G[2], of which all mobile network operators claim leadership[3]. At the heart of this competition are 9.15 million Internet users, a population that has increased by 16% between 2020 and 2021, according to the Digital 2021[4] report published by Kepios, Hootsuite and We are Social on February 11, 2021. Among these Internet users, 4.3 million are social media users, making up 16% of the country’s population, estimated at 26.88 million in January 2021, according to the same source. Another interesting data from the Digital 2021 report is that the number of mobile connections increased by 2.6 million (+11%) in the same period, increasing the mobile connections ratio in Cameroon to 99% of the country’s population. With precision, many people in Cameroon have more than one mobile connection. All these aggregates of opportunities make the digital sector in Cameroon a real niche that is increasingly attracting the interest of companies in the education sector and the business world in general. To understand this phenomenon, we must take stock of existing digital solutions to propose solutions to analyze and dissect the barriers to digital growth in Cameroon in education and business.

I. A Broadband Creativity

The pedagogical integration of computer science in education has been a reality since November 2001, when Head of State Paul Biya inaugurated the first multimedia centers[5] in Yaoundé. The population will quickly take hold of ICTs, and soon, modernizations of education projects have come into being throughout the country. But it was not until the advent of the Covid19 pandemic in 2020 that digital educational solutions began to spread almost virally across the country. In reaction to the social distancing measures imposed by the government and health institutions, school authorities had to rethink their teaching methods. The long-standing resistance to digital growth in education in Cameroon was smashed on March 17, 2020, with a Prime Minister’s special statement[6] disclosing the government response strategy to the Coronavirus pandemic (Covid-19), thus opening a new era: that of the revenge that e-learning, distance education, and training are taking on the classroom. One of the first actions of many secondary and university teachers was the integration of social networks such as WhatsApp[7] to allow their learners to continue their training while confined to their homes. In line with the government instructions, Cameroon Radio Television (CRTV), the national broadcaster, made everything possible to remote teach and assess primary and secondary school students. Today, more Cameroonian state and private universities are adding distance learning to their curricula (ESSTIC[8], University of Ngaoundéré[9], etc.). Also, some ministries such as the Ministry of Secondary Education[10], have virtual classes integrated into their official website.

Source : The World Bank : https://www.worldbank.org/en/programs/all-africa-digital-transformation

II- The meeting of business and digital

Digital transition is now a must for companies in Cameroon. Thus, Cameroonian companies ought to upgrade for their local and international competitiveness. We can see the consequences of the digital growth over the last few years on banks/micro-finance and their business. Microfinance structures and banks have had to respond quickly or risk disappearing. These companies are now more connected, intelligent, agile, and social. One can log into his bank account at any time, and on any connected device, from a simple application (UBA mobile app, Ecobank mobile app, e-banknet SCB, etc.). By giving this freedom of access to users, these financial institutions have eliminated time that costs to free up time that pays[11].

State-owned companies have also resolutely taken the path of modernizing their customer relations. That’s the case with ENEO, the major electricity supplier in Cameroon. Following the kick-off of the mobile money technology in Cameroon in 2010[12], it has embarked on a dematerialization process whose benefits are visible in the daily lives of Cameroonians. It is one of the first companies[13] to allow bill payment via mobile banking (better known as mobile money). Customers are now relieved of the ordeal of paying these bills in a branch, for which it was common to spend a whole day. Mobile money has remarkably impacted financial inclusion in the country. Mobile operators are working closely with application developers and merchants to ensure that they are using their APIs correctly to grow their businesses. School fees can be paid exclusively by mobile money, as are electricity, water bills, and countless other transactions. More Cameroonians are opting for digital platforms to market their products and services. The creation of e-commerce sites (VuSur, Sellam Quick, Kikuu

Cameroon, etc.) is another perceivable part of this new fashion already well anchored in the consumption habits in Cameroon. However, after the close down of Afrimarket[14] and Jumia[15] in 2019, the e-commerce sector requires a real competitor to take over the market.

South Korea to invest XAF4 bln for the construction of 3 digital campuses in Cameroon in 2022, November 30, 2021. Copyright: BRM.

Source : Business In Cameroon : https://www.businessincameroon.com/index.php/economy/3011-12107-south-korea-to-invest-xaf4-bln-for-the-construction-of-3-digital-campuses-in-cameroon-in-2022

III- For a better digital growth in Cameroon

Digitalization in education and business in Cameroon is an opportunity to boost the growth of companies in public and private sectors through innovative solutions to improve their productivity. Government authorities must put in place all the mechanisms to allow a reliable digital growth in the country. But this must not be limited to encouraging private initiatives to invest in it. State institutions must showcase for this revolution. However, apart from a few rare procedures like the biometric passport application procedure[16], the Cameroonian public administration has not invested in the process of digitizing itself. Almost all procedures still require going to the administration.

On the other hand, the demand for digital, in terms of content and outlets, in the education sector is growing. However, this growth tends to slow down due to the high cost of access[17] to videoconferencing courses and the poor 3G and 4G coverage, especially in rural areas. In addition, untimely power cuts throughout the country hamper the progress of e-learning. Apart from that, courses content should link with the ongoing digital revolution in the country.

In the e-commerce sector, authorities must solve two main challenges. The first is logistics, as there is no fixed address system in the country to ease the delivery process. The other is payment, as people tend not to disclose their credit card information online and, given the country’s banking penetration rate, cash remains the preferred payment method. Cyber security also needs to be strengthened to reduce the mistrust and the fear that some consumers have of having their data stolen online. The State must ensure that reliable and updated statistics on the digital economy are made available and freely accessible to all to reassure local businesses and attract more foreign direct investments for better digital growth in Cameroon.

Shortly, the analysis of the economic situation of Cameroon regarding the digital world clearly shows that the country is still far behind on the path of digital transformation. Cameroonian government must therefore take objective and effective policies to close this gap.

Biography:

NTYENE EVA SAMUEL is a digital marketing expert with skills in copywriting and Search Engine Optimization. He has helped over 500+ companies better rank their online campaigns and increase their visibility.

He is a Former Volunteer Mentor of the Ministry of Youth Affairs and Civic Education and 2022 graduate of the Okwelians Fellowship for Young Cameroonian Leaders. Samuel NTYENE EVA is enthusiastic about improving social engagements and digitalization in Africa.

For more information about his work and partnerships, please reach out via social media at:

LinkedIn: Samuel NTYENE EVA

Instagram: Samuel NTYENE EVA

Facebook: Samuel NTYENE EVA

Twitter: Samuel NTYENE EVA


[1] Le Bec, Christophe. “Téléphonie : la 3G devient incontournable.” Jeune Afrique, 23 novembre 2012, https://www.jeuneafrique.com/24372/economie/t-l-phonie-la-3g-devient-incontournable/. Accessed August 17, 2022.

[2] Makini, Brice. “MTN Cameroon launches 4G mobile network in major cities.” Reuters, December 18, 2015, https://www.reuters.com/article/us-mtn-group-cameroon-idUSKBN0U11FN20151218. Accessed August 17, 2022.

[3] Kouagheu, Josiane. “Cameroun : entre opérateurs téléphoniques, la bataille pour la 4G est lancée.”, Le Monde Afrique, December 24, 2015, https://www.lemonde.fr/afrique/article/2015/12/24/cameroun-entre-operateurs-telephoniques-la-bataille-pour-la-4g-est-lancee_4837563_3212.html. Accessed August 17, 2022.

[4] Kepios, We Are Social and Hootsuite. (2021). Digital 2021 Global overview report: Cameroon, 61 pages.

[5] Ongbéhock, Nina. “Formation: Que sont devenus les centres multimédias de Paul Biya?.” Cameroon-Info.Net, January 16, 2013, http://www.cameroon-info.net/article/formation-que-sont-devenus-les-centres-multimedias-de-paul-biya-165258.html. Accessed August 18, 2022.

[6]Government response strategy to the Coronavirus pandemic (Covid-19) – Special statement by the Prime Minister, Head of Government.”, Prime Minister’s office, 2020, https://www.spm.gov.cm/site/?q=en/content/government-response-strategy-coronavirus-pandemic-covid-19. Accessed August 17, 2022.

[7] Tchuileu, Alexanxdra. “Enseignement à distance: les établissements publics suivent.” Cameroon Tribune, May 15, 2020, https://www.cameroon-tribune.cm/article.html/32496/fr.html/details_2. Accessed August 18, 2022.

[8] “Plateforme d’E-learning de l’ESSTIC.” ESSTIC, École supérieure des sciences et techniques de l’information et de la communication (ESSTIC), 2020, https://elearning.esstic.cm/. Accessed August 18, 2022.

[9] “UN E-learning”, University of Ngaoundéré, 2022, http://foad.univ-ndere.cm/. Accessed August 18, 2022.

[10] “Distance education.” Ministry of Secondary Education, 2020, https://minesec-distancelearning.cm/. Accessed August 18, 2022.

[11] Nguetsop Talla, Jacques Hervé. An empirical study of e-banking in Cameroon. 2013. University of South Africa, Master’s degree dissertation, 232 pages.

[12] “MTN Mobile Money Adoption – The Ministry of Secondary Education adopts MTN Mobile Money for the payment of tuition and ancillary fees.” MTN Cameroon, 2019, https://mtn.cm/2019/11/14/the-ministry-of-secondary-education-adopts-mtn-mobile-money/. Accessed August 18, 2022.

[13] “Cameroun : les petits pas du payement par téléphone mobile.” Investir au Cameroun, 2015, https://www.investiraucameroun.com/telecom/0903-6148-cameroun-les-petits-pas-du-payement-par-telephone-mobile. Accessed August 18, 2022.

[14] Monnet, Théau. “E-commerce : pourquoi Afrimarket baisse le rideau.” Jeune Afrique, September 13, 2019, https://www.jeuneafrique.com/828982/economie/e-commerce-pourquoi-afrimarket-baisse-le-rideau/. Accessed August 18, 2022.

[15] Mbadi, Omer and Monnet, Théau. “E-commerce : en difficulté, Jumia suspend son activité au Cameroun.” Jeune Afrique, November 19, 2019, https://www.jeuneafrique.com/858747/economie/e-commerce-en-difficulte-jumia-suspend-son-activite-au-cameroun/. Accessed August 18, 2022.

[16] Neba Sina, Katy. “New Biometric Passport: Travel Document to be delivered in 48hours.”  Cameroon Radio Television (CRTV), June 8, 2021, https://www.crtv.cm/2021/06/new-biometric-passport-travel-document-to-be-delivered-in-48hours/. Accessed 18, 2022. 

[17] Hebga, Odilia Renata. “World Bank Provides $100 Million to Accelerate Digital Transformation and Smart Agriculture in Cameroon.” The World Bank, 2022, https://www.worldbank.org/en/news/press-release/2021/09/28/world-bank-provides-100-million-to-accelerate-digital-transformation-and-smart-agriculture-in-cameroon. Accessed August 18, 2022.

Categories
Uncategorized

L’AUTONOMISATION ET L’EMANCIPATION DES JEUNES FEMMES DU SEPTENTRION

Par Fadimatou Djaouro Dairou, institutrice, Okwelians Fellow 2022.

« Il est difficile, le chemin de vie des femmes, ma fille. Ils sont brefs, les moments d’insouciance. Nous n’avons pas de jeunesse. Nous ne connaissons que très peu de joies. Nous ne trouvons le bonheur que là où nous le cultivons. À toi de trouver une solution pour rendre ta vie supportable. Mieux encore, pour rendre ta vie acceptable. C’est ce que j’ai fait, moi, durant toutes ces années. J’ai piétiné mes rêves pour mieux embrasser mes devoirs. » Les Impatientes, Djaïli Amadou Amal.

Cette citation de Djaïli Amadou Amal décrit une réalité encore présente dans la région septentrionale. Alors qu’elles représentent 51 % de la population camerounaise, les conditions socio-économiques de certaines femmes interrogent sur la prise en compte de leurs besoins. Dans la région du Septentrion, dont je suis originaire, une jeune femme sur trois sera mariée entre ses 15 et 19 ans[1]. Ce destin peut les empêcher de poursuivre leur éducation et de trouver un emploi.

Pourtant, l’insertion économique des jeunes femmes représente une véritable porte d’entrée vers leur autonomisation économique et leur émancipation. L’autonomisation est le processus permettant aux individus d’être indépendants sur le plan psychologique, social et économique. L’émancipation désigne le processus par lequel une personne se libère d’un état de sujétion, acquiert la capacité d’user de la plénitude de ses droits, s’affranchit d’une dépendance d’ordre social, moral ou intellectuel. L’un et l’autre sont interdépendants pour permettre aux jeunes femmes du Septentrion de s’accrocher à leurs rêves et de s’épanouir.

1. Relever les défis de vulnérabilité des jeunes femmes du Septentrion

A cause du risque de mariage précoce, les jeunes filles des régions septentrionales ont plus grande probabilité de se retrouver en situation de vulnérabilité sociale, économique et sanitaire. La moyenne d’âge du mariage est de 17 ans chez les femmes du Septentrion contre 23 ans dans les autres régions du Cameroun. De plus, le difficile accès à des soins de santé de qualité dans le Septentrion aggrave leur vulnérabilité socio-économique.

Les femmes sont particulièrement rendues vulnérables lorsqu’elles sont exclues des premiers cercles de socialisation pour être mariée, à commencer par l’école. La vulnérabilité sociale désigne le risque d’exclusion et de discrimination de la part de la société. Ce risque se concrétise dès lors que les femmes sont exclues des premiers cercles de socialisation pour être mariée, à commencer par l’école. Alors que 20 % des femmes âgés de 15 à 49 ans n’ont aucune éducation au Cameroun, ces taux s’élèvent à 56 %, 55 % et 48 % dans l’Extrême Nord, le Nord et l’Adamoua, respectivement. Le faible niveau d’éducation réduit leur chance d’entrer sur le marché du travail et d’être autonomes financièrement.

L’éducation remplit pleinement sa mission quand elle fait se briser les chaînes de l’exclusion et de l’insularité. Si la vie est une longue course de fond, c’est l’éducation qui permet de s’y préparer, de la nourrir et de la prolonger. Sans une éducation de qualité, on prend le départ avec un lourd handicap. L’éducation a toujours été la voie royale de l’avancement social. C’est en partie sur la politique de l’éducation avant-gardiste des États-Unis que s’est construite leur suprématie économique au XXe siècle

La vulnérabilité des femmes du Septentrion est un frein pour le développement du Cameroun. En effet, les jeunes femmes du Septentrion sont des mères qui élèvent les futurs camerounais. Comme le dit un vieil adage africain : “Si vous éduquez un garçon, vous formez un homme. Si vous éduquez une fille, vous formez tout un village”. Nous devons donc porter bien haut l’étendard de l’éducation des femmes. L’éducation des femmes n’est pas une menace, c’est une chance pour le développement. ​​Bobeto Bertrand Betseto dans son TedTalk de Poumpoure 2022 le résume ainsi : “Oui la place de la femme c’est à la cuisine mais à la cuisine interne du développement”[2].

Les femmes font partie des couches les plus vulnérables de la société car elles sont assujetties à des normes sociales qui les empêchent de se développer. Il est donc important de leur venir en aide pour qu’elles s’en sortent sur le plan économique.

2. Parvenir à l’émancipation et l’autonomisation des jeunes femmes par l’emploi

Intégrer les femmes sur le marché du travail favorise leur épanouissement personnel, leur confiance et leur autonomisation. Les chemins de l’autonomisation sont multiples : il faut d’abord que les femmes se cultivent, développent leurs connaissances, suivent des formations et les mettent en pratique[3]. Certaines disposent du capital social, financier et intellectuel pour atteindre ces objectifs et l’utiliseront pour créer leur propre activité.

Les femmes du Septentrion peuvent trouver un emploi, mais encore faut-il qu’il sécurise les revenus financiers. Dans la dernière Enquête Santé et Ménage (2018), on estime que 80,9 %, 62,7 % et 40,8 % des femmes de l’Extrême nord, du Nord et de l’Adamoua disposent d’un emploi[4]. Bien que les chiffres soient au dessus de la moyenne du pays (61,9 %), ils cachent probablement une disparité sur le type d’emploi. En 2016, le rapport de USAID montre que dans le secteur agro-alimentaire dans le Nord et l’Extrême Nord, les femmes sont principalement des détaillantes et occupent rarement les emplois de négociations qui sont plus rémunérateurs[5].  De même, la pandémie a montré la vulnérabilité des entrepreneures du Septentrion face aux fluctuations du marché économique[6].

Plusieurs initiatives portées par les organisations internationales accompagnent les femmes du Septentrion. En avril 2022, la Banque Mondiale a annoncé une aide de $ 44 Milliards pour les projets finançant l’empowerment des femmes au Cameroun. De même, le Cameroun fait partie de l’initiative Sahel Women’s Empowerment and Demographic Dividend[7] qui a pour objectif de réduire les inégalités de genre dans le Sahel en réduisant le dividende démographique. L’appui à l’autonomisation socio-économique des femmes dans les régions septentrionales du Cameroun contribuent à la création d’emplois durables et au dialogue socio-politique inclusif. Ainsi, l’ONG JAPSSO a obtenu un financement de la GIZ/ABC-PADER pour contribuer à la création d’emplois et à l’augmentation des revenus des jeunes et en particulier les femmes à travers le développement des chaines de valeur anacarde dans le bassin cotonier du Cameroun[8].

Le changement des normes est indispensable pour reconnaître l’importance de l’émancipation des femmes pour la communauté. Au nord plusieurs femmes ont des compétences et connaissances mais ne prennent pas de rôle de leader par peur de la discrimination et l’ostracisation. Encourager les femmes à s’autonomiser économiquement passe par changer les normes et accepter de voir les femmes dans des positions de leaders. Cela passe par l’institutionnalisation de leur rôle dans la communauté. Ainsi, l’intronisation des femmes en tant que notables dans 9 chefferies du Septentrion participe à leur reconnaissance[9].

CONCLUSION

L’insertion économique des jeunes femmes est un facteur de croissance et de développement durable du Cameroun, pour lequel il faut oeuvrer. Les récents investissements, notamment des organisations internationales, encouragent les jeunes femmes du Septentrion à intégrer le marché du travail, étape indispensable à leur émancipation.

BIOGRAPHIE

Fadimatou Djaouro Dairou est née le 17 septembre 1996 à Garoua Institutrice à l’école maternelle du plateau Garoua, activiste de la société civile passionnée par le bénévolat et le volontariat. Elle aime œuvrer pour le développement de la communauté.

LinkedIn : https://www.linkedin.com/in/fadimatou-djaouro-dairou-a91a341ab Facebook : https://www.facebook.com/fadimatou.djaourodairou


[1] Institut National de la Statistique du Cameroun, Ministère de la Santé Publique et The DHS Program. (2018). Enquête Démographie et Santé. 739 pages. https://dhsprogram.com/pubs/pdf/FR360/FR360.pdf

[2] Bobeto Bertrand Betseto, “La place de la femme c’est à la cuisine”, TedTalk, 17 juillet 2022, https://youtu.be/34Tb82Tb_Ms. Consulté le 12/10/2022.

[3] Agence Française de Développement. “Résilience des femmes et des jeunes dans le Septentrion”. AFD, 2017, https://www.afd.fr/fr/carte-des-projets/resilience-des-femmes-et-des-jeunes-dans-le-septentrion. Consulté le 17/10/2022. 

[4] Institut National de la Statistique du Cameroun, Ministère de la Santé Publique et The DHS Program. (2018). Enquête Démographie et Santé. 739 pages. https://dhsprogram.com/pubs/pdf/FR360/FR360.pdf

[5] Programme Alimentaire Mondiale, USAID. (2017). Chaînes de valeur agricoles et genre dans le Nord Cameroun. 88 pages.  https://docs.wfp.org/api/documents/WFP-0000102248/download/

[6] Iega, Eric. “Covid-19 impacte gravement l’entreprenariat féminin à l’Extrême-Nord Cameroun”. Radio Ndarason Internationale, 12 mars 2021.  https://www.ndarason.com/covid-19-impacte-gravement-lentreprenariat-feminin-a-lextreme-nord-du-cameroun/ Consulté le 13/08/2022.

[7] United Nations Population Fund et the World Bank. (2015). Sahel Women’s Empowerment and Demographic Dividend (SWEDD). 32 pages https://wcaro.unfpa.org/sites/default/files/pub-pdf/SWEDD_ENG.pdf 

[8] Ndeme, Léa, Terhaar, Marieke et Tchouta, Francine. (Mars 2021). “Accompagnement des mutations du Bassin cotonnier du Cameroun – Programme d’Appui au Développement Rural (ABC – PADER)”. https://www.giz.de/de/downloads/giz2021_fr_ABC-PADER_Factsheet.pdf

[9] Djene, Erel. “Au Septentrion: des femmes peuvent désormais conseiller les rois”. Actu Cameroun, le 11 Juillet 2019. https://actucameroun.com/2019/07/11/au-septentrion-des-femmes-peuvent-desormais-conseiller-les-rois/ Consulté le 13/10/2022.

Categories
Uncategorized

LA SANTE AU CAMEROUN : COMMENT GARANTIR DES INFRASTRUCTURES ET DES RESSOURCES HUMAINES DE QUALITE ?

Par Clémence POUGUÉ BIYONG, spécialiste en économie de la santé, doctorante à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Okwelians Fellow 2022.

INTRODUCTION

Le Cameroun a jusqu’à 2030 pour respecter l’objectif n°3 du Développement Durable, garantissant un accès à tous à la santé[1]. Alors que le lancement de la Couverture Santé Universelle (CSU) était attendu pour le premier semestre 2022[2], l’inégale répartition des infrastructures et l’instabilité du personnel médical pourraient freiner l’égal accès de tous aux soins de qualité.

La pandémie de Covid-19 a accéléré la décentralisation du système de santé. Toutefois les bénéfices qui pouvaient en être tirés sont fragilisés par des inégalités territoriales (partie 1). Différentes politiques publiques sont possibles pour améliorer la qualité des infrastructures de santé (partie 2) et valoriser les ressources humaines (partie 3) sur tout le territoire.

  1. L’approfondissement de la décentralisation du système de santé réalisée pendant la pandémie est fragilisé par des inégalités territoriales structurelles

Le système de santé camerounais s’est construit de façon incrémentale, pour apporter une réponse holistique au défi de l’accès aux soins. Le Cameroun a adopté différents systèmes de santé ayant tous pour objectif de réduire le coût d’accès aux soins[3]. La dernière réforme de Réorientation des soins de santé primaires[4] structure le système de santé contemporain. D’une part, la gestion de l’accès aux soins est décentralisée et gérée par les autorités locales de santé. D’autre part, le système de santé s’organise de façon pyramidale autour de trois niveaux distincts (voir Figure 1). En 2015, le secteur public comptait 55 % des infrastructures de santé disponibles sur le territoire (Tandi et al. 2015)[5].

Pendant la pandémie de Covid-19, le Gouvernement camerounais a développé une stratégie de décentralisation avec une allocation directe des fonds aux municipalités, pour optimiser la gestion des soins. A partir de la Loi de Finance Rectificative du 3 Mai 2020, les autorités municipales recevaient directement les fonds pour acheter du matériel de protection anti-Covid-19, entre autres[6]. La stratégie de crise a mis en évidence les forces de la gestion décentralisée des soins : la simplification du processus de décision ; la mise en place d’une chaine de responsabilité ; la prise en compte de toutes les parties prenantes, y compris le secteur privé, dans un processus bottom-up de prise de décision.

Figure 1 : La structure du système de santé du Cameroun

Source : Le Ministère de la Santé dans Tandi et al. 2015.

Note : Le schéma représente la structure du système de santé. Les niveaux primaire, secondaire et tertiaire sont également désignés par les niveaux central, intermédiaire et périphérique. Le niveau central (primaire) est sous la tutelle du Ministère de la Santé Publique et définit les stratégies, la coordination et la régulation des politiques de santé publique. Le niveau intermédiaire (secondaire) coordonne des activités au niveau régional et il encadre le soutien technique aux 10 délégations régionales de santé publique. Le niveau périphérique (tertiaire) réunit les centres de santé opérationnels qui sont en charge de la mise en œuvre des politiques de santé. (Countdown website, visité le 14 Juin 2022).

Cependant, malgré les efforts de la dernière décennie pour augmenter le nombre d’infrastructures de santé, les infrastructures et le personnel de santé restent inégalement répartis sur le territoire. Le système de santé repose sur une faible densité de médecins par habitant. En se basant sur les données du dernier recensement du personnel médical (2011), Tandi et al. (2015)[7] montrent que sur les 10 régions, 6 ont une densité inférieure à 2 médecins pour 1 000 habitants, 3 ont une densité inférieure à 1 et seule la région Centre a une densité de 2 médecins pour 1000 habitants. Plus généralement, les ressources humaines du secteur de la santé sont inégalement réparties sur le territoire (voir Figure 2). En 2011, l’Extrême Nord représentant 18 % de la population (3 480 414) ne disposait que de 5 % des médecins (70 %) et 10 % des infirmières (1 399). Pour une population comparable, la région Centre bénéficiait de 45 % des médecins (647) et 25 % des infirmières (3 236). Bien que ces chiffres demandent à être actualisés, ils soulignent un écart qui se traduit dans les indicateurs de santé jusqu’en 2020[8].

Figure 2 : Répartition des ressources humaines  par région (2011)

Source : Auteure à partir des données du dernier recensement des professionnels de santé fait par le Ministère de la Santé en 2011 et cité dans Tandi et al. 2015.

Note : Le graphique représente le nombre de personnels de santé (médecins, personnels administratif, infirmiers, paramédicaux, pharmaciens, assistants sociaux)  pour 1000 habitants par région.

  1. Les nouvelles infrastructures de santé donneront accès à des soins de qualité si elles sont soutenues par des investissements publics et des innovations financières inclusives et communautaires

Les huit projets d’infrastructure hospitalière lancés depuis 2016[9] contribueront à la réduction des inégalités territoriales de santé s’ils s’accompagnent d’une relocalisation des emplois médicaux et paramédicaux. En 2016, le Ministère de la Santé a inauguré le Centre hospitalier régional d’Ebolowa et lancé le Plan d’urgence triennal de réhabilitation et rééquipement des hôpitaux généraux de Yaoundé et Douala. Depuis, d’autres villes comme Bafoussam, Bertoua, Garoua, Maroua et Ngaoundéré accueillent les chantiers de nouveaux hôpitaux. L’efficacité de ces investissements publics sera mesurée, à moyen terme, par le nombre d’emplois créés pour les habitants de chaque région et par la stabilisation du personnel médical et paramédical.

L’entretien de ces nouvelles infrastructures nécessite une augmentation du budget alloué à la Santé et la décentralisation de la gestion financière. Depuis 2001, le budget national alloué au secteur de la santé n’a pas dépassé les 7 % (Stratégie sectorielle de santé 2016-2027) malgré l’objectif des 15 % de la Convention d’Abuja signée par le Cameroun[10]. Par ailleurs, le budget est toujours principalement centralisé à 60% alors que les deux-tiers du système reposent sur la gestion communautaire des infrastructures.

Les financements étrangers inspirés des Development Investment Bonds (DIB) ou des Diaspora Bonds, doivent participer à la préservation de la qualité des services qui y seront proposés. Le DIB est un « mécanisme de financement à la performance qui coordonne les ressources des secteurs public, philanthropique et privé afin d’obtenir un financement initial pour la prestation des services » (Oroxom et al. 2018)[11]. Ce mécanisme a permis de financer le projet Cameroon Cataract Bond à $ 2 Millions. L’objectif est de proposer des opérations (quasi) gratuites de la cataracte à des patients à faibles revenus, tout en accompagnant le centre de santé (Magrabi ICO Cameroon Eye Institute) vers une auto-suffisance financière. Si les projets de santé peinent à offrir des rendements financiers compétitifs, cet exemple montre que l’impact social peut être le moteur de l’investissement. Néanmoins, aucun investissement ne peut se faire sans une relation de confiance sur les risques et les bénéfices d’un projet. Cet élément a été la cause de l’échec de certains Diaspora Bonds, qui offrent pourtant de belles opportunités applicables pour le développement des infrastructures de santé.

  1. La valorisation du personnel médical doit être l’impulsion d’un accès permanent et équitable à des soins de qualité

Des politiques salariales ambitieuses et la garantie de bonnes conditions de travail sont indispensables à l’implication du personnel médical. A partir des années 2000, les faibles salaires, les mauvaises conditions de travail et les faibles perspectives d’évolution amènent à une crise du personnel médical. En 2019, on estime la fuite des cerveaux à 500 étudiants médecins et 5 000 infirmiers (Monthe, 2019)[12] par an. La santé mentale des futurs médecins inquiète également, puisqu’environ 30 % des étudiants présentent des signes sévères de dépression (Njim et al., 2019)[13]. En conséquence, certains médecins cumulent plusieurs emplois. Il faut un effort financier substantiel et rapide tout en donnant une latitude managériale aux hôpitaux pour inciter les médecins à rester dans la fonction publique. Par exemple, l’hôpital général de Douala et l’hôpital central de Yaoundé ont pu adopter des systèmes de quote-part, alliant des part fixes et variables dans la rémunération.

Depuis 2009, certains mécanismes du Performance Based Financing (PBF) ont permis de stabiliser le personnel de santé et d’améliorer la disponibilité des équipements. Le PBF a pour objectif d’améliorer la rémunération des personnels en la conditionnant à des indicateurs de résultat. De Walque et al. (2017)[14] distinguent les outils managériaux les plus efficaces. Ainsi, les incitations financières ont directement augmenté la qualité des soins proposés, mesurée par la disponibilité des équipements et des médicaments. Le rapport du Ministère de la Santé et de la Banque Mondiale ajoute que le PBF[15] a réduit le turn-over du personnel et amélioré leur satisfaction professionnelle. Ces études montrent également que certaines stratégies, notamment celles de suivi et d’évaluation du personnel, ne suffisent à régler tous les problèmes structurels de la gestion des ressources humaines.

Enfin, la fonction publique doit rester une perspective professionnelle pour les étudiants en médecine qui sont l’avenir d’un accès équitable à des soins de qualité. Bien que le concours de médecine pour les écoles privées et les écoles publiques soit unique, il y a un manque d’effectifs au sein de la fonction publique. Le Ministre de la Santé Publique a promis le recrutement de 25 000 nouveaux personnels ainsi que la contractualisation des personnels temporaires. Si respectée, l’intégration de ces personnels réduirait la pénurie de personnels de moitié d’ici cinq ans[16]. Reste à savoir si les étudiants formés dans les écoles privées y trouveront leur place. Jusqu’à maintenant, seuls les médecins formés dans les écoles publiques sont intégrés dans la fonction publique à la fin des études.

CONCLUSION

En conclusion, garantir des infrastructures et des ressources humaines de qualité est d’abord un défi financier. Le gouvernement porte la responsabilité d’initier les politiques de promotion de santé, à la fois en augmentant le budget qui lui est alloué comme en déléguant une partie des responsabilités. A cet égard, la construction de nouvelles infrastructures devra s’accompagner d’un réel effort en faveur du personnel de santé qui y travaillera. La diversification des sources de financement, vers des mécanismes inclusifs et communautaires, peuvent pérenniser cette nouvelle impulsion. 

BIOGRAPHIE :

Clémence POUGUÉ BIYONG est une doctorante en économie à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Spécialiste en économie de la santé, elle s’intéresse particulièrement aux déterminants de l’investissement en santé préventive, aussi bien d’un point de vue microéconomique que de politiques publiques. Elle est diplômée d’un Master 2 en Economie internationale et développement de l’Université Paris Sciences et Lettres Paris-Dauphine en 2018, juste après avoir validé son Master 2 en Droit de l’Union européenne de l’Ecole normale supérieure (Rennes) en 2017. Auparavant, elle a notamment été consultante (2018, 2022) et experte associée (2019) pour le rapport Dynamiques de Développement en Afrique porté par l’Organisation de Coopération et Développement Economiques  et l’Union Africaine.

BIBLIOGRAPHIE :

Amani, Adidja. The health workers crises in Cameroon. 2010. Georgia State University, Mémoire de Master, 55 pages. https://doi.org/10.57709/1429564.

            de Walque, Damien, et al. “Looking into the performance-based financing black box: evidence from an impact evaluation in the health sector in Cameroon.” Health Policy and Planning 36.6 (2021): 835-847. https://doi.org/10.1093/heapol/czab002.

Monthe, Jessica. Cameroon Health System: Assessing the availability of resources for health. 2018. California State University, mémoire de Master, 92 pages. http://hdl.handle.net/10211.3/203872.

Banque Mondiale, BM. (2017). Cameroon performance-based financing: impact evaluation report, 96 pages. http://documents.worldbank.org/curated/en/756781499432127674/Cameroon-performance-based-financing-impact-evaluation-report.

Mbodiam, Robert, “Santé publique : 25 000 postes sollicités au moment où l’Etat tente de rationaliser ses recrutements.” Investir au Cameroun, 5 avril 2022, https://www.investiraucameroun.com/gestion-publique/0504-17739-sante-publique-25-000-postes-sollicites-au-moment-o-l-etat-du-cameroun-tente-de-rationaliser-ses-recrutements. Consulté le 17 août 2022.

Mey, Alamine Ousmane. “Budget 2022 : la liste des projets à mettre en oeuvre dans les 10 régions du Cameroun (à télécharger)” Investir au Cameroun, 2022,

https://www.investiraucameroun.com/economie/0103-17579-budget-2022-la-liste-des-projets-a-mettre-en-uvre-dans-les-10-regions-du-cameroun-a-telecharger. Consulté le 17 août 2022. 

Ministère de la Santé publique de la République du Cameroun, “Développement des infrastructures de santé”, 2016, https://www.minsante.cm/site/?q=fr/cat%C3%A9gories/d%C3%A9veloppement-des-infrastructures-de-sant%C3%A9. Consulté le 16 août 2022.

Monthe, Jessica. Cameroon Health System: Assessing the availability of resources for health. 2018. California State University, mémoire de Master, 92 pages. http://hdl.handle.net/10211.3/203872 .

Njim, Tsi, Clarence Mvalo Mbanga, Maxime Tindong et al. “ Burnout as a correlate of depression among medical sudents in Cameroon: a cross-sectional study.” BMJ open, 2019, vol. 9, no 5, p. e027709. http://dx.doi.org/10.1136/bmjopen-2018-027709.

Nkangu, Miriam, Ronald, Gobina, Fobellah, Nkengafac, Joseph, Maabo et Sissoko, Foussenou. “Covid-19’s Impact on Strategic Health Purchasing: Lessons from Cameroon.” Results for Development – the Collectivity Blog Series, le 3 Décembre 2021. Consulté le 17 août 2022. https://r4d.org/blog/covid-19s-impact-on-strategic-health-purchasing-lessons-from-cameroon/.

Okalla, Raphaël et Alain Le Vigouroux. “Cameroun : de la réorientation des soins de santé primaires au plan national de développement sanitaire.” Un système de santé en mutation, le cas du Cameroun, dirigé par Marc-Eric Gruénais,  Bulletin de l’APAD 21, 2001. https://doi.org/10.4000/apad.181.

Organisation des Nations Unies. “Objectifs de Développement Durable, ODD 3 – Bonne santé et Bien être.” Objectifs du Développement Durable, 2015, https://www.un.org/sustainabledevelopment/fr/health/. Consulté le 15 août 2022.

Oroxom, Rowanne, Amanda Glassman et Lachlan McDonald. (2018) Structuring and funding development impact bonds for health: nine lessons from Cameroon and beyond. Center for Global Development Policy Paper. Washington DC: Center for Global Development. https://www.cgdev.org/publication/structuring-funding-development-impact-bonds-for-health-nine-lessons.

Tandi, Tinyami Erick, YongMin, Cho, Aba Jean-Claude, Akam, et al. “Cameroon public health sector: shortage and inequalities in geographic distribution of health personnel”. International journal for equity in health, 2015, vol. 14, no 1, p. 1-12. https://doi.org/10.1186/s12939-015-0172-0.

Ziemine Ngoumou, Elise. “Couverture de santé universelle : la machine en rodage.” Cameroon Tribune, 10 Juin 2022. https://www.cameroon-tribune.cm/article.html/48795/fr.html/couverture-sante-universelle-la-machine-en. Consulté le 15 août 2022.

Sites utiles :

Portail Web du Ministère de la Santé Publique du Cameroun, Ministère de la Santé Publique, 2016, https://www.minsante.cm.

Observatoire nationale de la santé publique, Ministère de la Santé Publique, 2010, http://onsp.minsante.cm/fr.  

Map of health sites in Cameroon, Healthsites by OpenStreetMap, https://healthsites.io/map?country=Cameroon


[1] Voir Organisation des Nations Unies. “Objectifs de Développement Durable, ODD 3 – Bonne santé et Bien être.” Objectifs du Développement Durable, 2015, https://www.un.org/sustainabledevelopment/fr/health/. Consulté le 15 août 2022.  

[2] Voir Ziemine Ngoumou, Elise. “Couverture de santé universelle : la machine en rodage.” Cameroon Tribune, 10 Juin 2022. https://www.cameroon-tribune.cm/article.html/48795/fr.html/couverture-sante-universelle-la-machine-en. Consulté le 15 août 2022.

[3] On peut distinguer quatre périodes du système de santé camerounais. (1) De 1967 à 1979, la période “post coloniale” : le gouvernement prend en charge les soins quasiment à 100 %. (2) De 1979 à 1990, la période de la déclaration d’Alma Ata de l’Organisation Mondiale de la Santé (1978) :  le Cameroun commence à renforcer les soins de santé primaires et les soins sont dorénavant pris en charge par l’Etat et les patients. (3) De 1990 à 2001, la période de préparation de Réorientation des soins de santé primaires : création d’un mécanisme de recouvrement des coûts et décentralisation de la gestion des structures de soins vers les communautés ; (4) Depuis 2001, la période post-réforme des soins de santé primaires : le reste-à-charge des ménages est le principal financeur des soins.

Voir Monthe, Jessica. Cameroon Health System: Assessing the availability of resources for health. 2018. California State University, mémoire de Master, 92 pages. http://hdl.handle.net/10211.3/203872 .

[4] Cette réforme a trois objectifs. Le premier objectif est de faire du centre de santé la structure de premier contact du malade. Le deuxième objectif est de décentraliser la gestion des soins au niveau du district qui est le niveau intermédiaire entre les patients et la stratégie nationale. Le dernier objectif est de renforcer la participation communautaire et de renforcer l’accès équitable aux soins.

Voir Okalla, Raphaël et Alain Le Vigouroux. “Cameroun : de la réorientation des soins de santé primaires au plan national de développement sanitaire.” Un système de santé en mutation, le cas du Cameroun, dirigé par Marc-Eric Gruénais,  Bulletin de l’APAD 21, 2001. https://doi.org/10.4000/apad.181.

[5] Voir Tandi, Tinyami Erick, YongMin, Cho, Aba Jean-Claude, Akam, et al. “Cameroon public health sector: shortage and inequalities in geographic distribution of health personnel”. International journal for equity in health, 2015, vol. 14, no 1, p. 1-12. https://doi.org/10.1186/s12939-015-0172-0

[6] Voir Nkangu, Miriam, Ronald, Gobina, Fobellah, Nkengafac, Joseph, Maabo et Sissoko, Foussenou. “Covid-19’s Impact on Strategic Health Purchasing: Lessons from Cameroon.” Results for Development – the Collectivity Blog Series, le 3 Décembre 2021. https://r4d.org/blog/covid-19s-impact-on-strategic-health-purchasing-lessons-from-cameroon/ Consulté le 17 août 2022.

[7] Voir Tandi, Tinyami Erick, YongMin, Cho, Aba Jean-Claude, Akam, et al. “Cameroon public health sector: shortage and inequalities in geographic distribution of health personnel”. International journal for equity in health, 2015, vol. 14, no 1, p. 1-12. https://doi.org/10.1186/s12939-015-0172-0

[8] Monthe, Jessica. Cameroon Health System: Assessing the availability of resources for health. 2018. California State University, mémoire de Master, 92 pages. http://hdl.handle.net/10211.3/203872.

[9] Les projets sont présentés sur le site du Ministère de la Santé. Voir Ministère de la Santé publique de la République du Cameroun, “Développement des infrastructures de santé”, 2016, https://www.minsante.cm/site/?q=fr/cat%C3%A9gories/d%C3%A9veloppement-des-infrastructures-de-sant%C3%A9. Consulté le 16 août 2022.

Pour un détail des investissements du Ministère de la Santé publique pour l’année 2022, Voir Mey, Alamine Ousmane. “Budget 2022 : la liste des projets à mettre en oeuvre dans les 10 régions du Cameroun (à télécharger)” Investir au Cameroun, 2022,

https://www.investiraucameroun.com/economie/0103-17579-budget-2022-la-liste-des-projets-a-mettre-en-uvre-dans-les-10-regions-du-cameroun-a-telecharger. Consulté le 17 août 2022. 

[10] Le dépot des instruments de ratification n’est pas encore confirmé sur le site officiel https://www.cameroun-traites-accords.com/.

[11] Oroxom, R., Glassman, A. et McDonald, L. (2018) Structuring and funding development impact bonds for health: nine lessons from Cameroon and beyond. Center for Global Development Policy Paper. Washington DC: Center for Global Development.

https://www.cgdev.org/publication/structuring-funding-development-impact-bonds-for-health-nine-lessons.

[12] Monthe, Jessica. Cameroon Health System: Assessing the availability of resources for health. 2018. California State University, mémoire de Master, 92 pages. http://hdl.handle.net/10211.3/203872.

[13] Njim, Tsi, Clarence Mvalo Mbanga, Maxime Tindong et al. “ Burnout as a correlate of depression among medical sudents in Cameroon: a cross-sectional study.” BMJ open, 2019, vol. 9, no 5, p. e027709. http://dx.doi.org/10.1136/bmjopen-2018-027709.

[14]  de Walque, Damien, et al. “Looking into the performance-based financing black box: evidence from an impact evaluation in the health sector in Cameroon.” Health Policy and Planning 36.6, 2021, pp. 835-847, https://doi.org/10.1093/heapol/czab002

[15] Banque Mondiale, BM. (2017). Cameroon performance-based financing: impact evaluation report, Washington D.C.: Groupe de la Banque Mondiale, 96 pages.

http://documents.worldbank.org/curated/en/756781499432127674/Cameroon-performance-based-financing-impact-evaluation-report.

[16] Mbodiam, Robert, “Santé publique : 25 000 postes sollicités au moment où l’Etat tente de rationaliser ses recrutements.” Investir au Cameroun, 5 avril 2022, https://www.investiraucameroun.com/gestion-publique/0504-17739-sante-publique-25-000-postes-sollicites-au-moment-o-l-etat-du-cameroun-tente-de-rationaliser-ses-recrutements. Consulté le 17 août 2022.

Categories
Uncategorized

LA PRODUCTION PISCICOLE AU CAMEROUN : DÉTERMINANT MAJEUR DE L’ÉMERGENCE DE LA RÉSISTANCE AUX ANTIMICROBIENS (RAM)

INTRODUCTION

L’utilisation des antimicrobiens (AM) en médecine vétérinaire est un outil essentiel pour la protection de la santé animale et de façon indirecte la santé humaine. Cet outil permet de sécuriser un niveau sanitaire optimal tout en assurant une qualité de production animale avec un faible coût de production pour la consommation humaine. Cependant, on peut noter quelques risques potentiels liés à la présence des résidus dans les denrées alimentaires d’origine animale qui sont de plusieurs ordres : risques cancérigènes (Nitrofuranes, formel), risques allergiques (Pénicillines, Streptomycine), risques toxiques (Chloramphénicol), modification de la flore intestinale (Tétracyclines), sélection de bactéries résistantes aux antibiotiques. Cette utilisation est aujourd’hui remise en cause, car elle est susceptible de favoriser l’apparition d’antibiorésistances chez l’homme. Le Codex Alimentarius définit la résistance aux antimicrobiens (RAM) comme la « capacité pour un micro-organisme de se multiplier ou de résister en présence de niveaux croissants d’un agent antimicrobien, relativement à l’homologue vulnérable de la même espèce »[1]. Les antimicrobiens constituent une menace pour la vie et le développement des hommes, des animaux et de leur écosystème.

Au Cameroun, l’agriculture, l’élevage et la pêche occupent plus de 70% de la population active et représentent 30% du PIB[2]. Le poisson représente 40% et 9,5% de l’apport protéique d’origine animale et des besoins totaux de la population, respectivement[3]. En l’absence d’un système de collecte des données statistiques, la production nationale annuelle est estimée à 50 tonnes et évaluée à 330 tonnes grâce à la présence des Agents de Vulgarisation de Zone (AVZ) qui assurent un minimum d’encadrement auprès des pisciculteurs[4]. Aussi, la pisciculture devient une opportunité financière pour des jeunes en quête d’emploi, alors que 57 % des jeunes diplômés sont au chômage[5]. Néanmoins la connaissance et les données sur la pratique de la pisciculture restent problématiques. Il existe très peu de données sur la présence des résidus d’AM dans les aliments utilisés en pisciculture et dans les produits dérivés issus de ce type d’élevage au Cameroun.

I- LA PRATIQUE DE L’AQUACULTURE AU CAMEROUN

1- Histoire de l’aquaculture au Cameroun

Au Cameroun, l’aquaculture a été introduite sous la forme de pisciculture en 1948 et est pratiquée uniquement en étangs et en eau douce[6]. L’ichtyologie qui est une branche de la zoologie qui a pour objet l’étude scientifique des poissons. L’ichtyologie révèle que la Silure ou poisson-chat, le Tilapia du Nil, la Carpe commune et le Kanga seraient les poissons les plus rencontrés dans la pisciculture.

2- Le système de production piscicole au Cameroun

Dans le système de production piscicole au Cameroun, il existe deux types de production : la pisciculture intensive et la pisciculture extensive.

La pisciculture intensive se pratique dans des espaces entièrement ou partiellement clos (bassins en terre, béton ou en plastique, nasses ou cages géantes flottantes, etc.) en eau douce ou en pleine mer suivant les espèces. Ce type est couramment utilisé pour les fermes piscicoles commerciales.

La pisciculture extensive est en général pratiquée dans les étangs-barrages. Les piscicultures se déroulent en l’absence de fertilisants et d’intrants alimentaires. C’est souvent le cas des mares qui sont simplement empoisonnées. Il s’agit ici d’un élevage à faible niveau d’investissement.

a- Pisciculture dans les rives d’un cours d’eau (Littoral)
b- Pisciculture dans les étangs piscicoles dans la région du Centre (Région de l’Est du Cameroun)

Figure 1 : La pisciculture extensive au Cameroun[7] 

3- Les groupes d’aliments pour la nutrition des poissons 

Au Cameroun, on retrouve trois groupes d’aliments pour la nutrition des poissons : (i) les aliments naturels qui sont présents naturellement dans l’étang (détritus, bactéries, plancton, vers, insectes, mollusques, plantes aquatiques et poissons) ; (ii) les aliments de complément qui sont distribués de façon régulière aux poissons de l’étang (végétaux terrestres, déchets de cuisine ou sous-produits agricoles) ; (iii) et enfin les aliments complets sont distribués de façon régulière mais se composent d’un mélange d’ingrédients soigneusement choisis, destinés à fournir tous les éléments nutritifs nécessaires à une bonne croissance des poissons mais généralement très coûteux (les granulés localement fabriqués). On retrouve ce type d’aliments beaucoup plus dans le système intensif avec les bacs hors sol.

Figure 2 : les granulés fabriqués localement[8].

4- Les grandes zones agro-écologiques ayant un climat favorable au développement de la pisciculture.

Les principales régions de production aquacole se trouvent essentiellement dans les régions de l’Adamaoua, du Centre, de l’Est, du Littoral, de l’Ouest et du Nord-ouest. Cependant, sans un système fiable de collecte de données statistiques sur la pisciculture, il n’est pas possible d’estimer la production de poisson par région[9]. Le poisson représente une source importante de protéines pour une grande partie de la population, qui constitue une source économique clé pour le développement du Cameroun. Une véritable ressource locale que la viande ne peut remplacer à cause de sa non-disponibilité ou de son prix de vente élevé.

5- Les facteurs socioéconomiques de la pisciculture

La pisciculture représente une opportunité économique pour de nombreux acteurs qui voudraient se lancer dans l’entrepreneuriat. En 2015, le rapport de l’Institut National des Statistiques sur les besoins en production piscicole annonce un déficit de production nationale piscicole de 250 000 tonnes[10] ; la demande étant estimée à 400 000 tonnes par an. Le coût de l’importation des poissons surgelés est estimé à 100 milliards de FCFA/an avec une perte annuelle de 20 milliards/an due à la pêche illégale dans les eaux du pays par des étrangers[11]. À l’heure actuelle, la pénurie de poisson sur les marchés touche de plus en plus les ménages à cause de la flambée des prix sur les marchés.

Dans la pratique courante, la pisciculture est faite dans des structures familiales, au bord des lacs, des fleuves et océans. Mais depuis quelques années, la pisciculture en hors sol est effectuée majoritairement par des jeunes entrepreneurs. Une étude menée dans la région de l’Est Cameroun a révélé que 88 % pisciculteurs enquêtés se sont formés sur le tas sans recevoir une formation professionnelle. Ces formations ont porté généralement sur les techniques d’élevage et les visites de fermes piscicoles au Cameroun. Environ 22 % des pisciculteurs ont une expérience professionnelle de 15 ans contre 8,5 % qui ont une expérience professionnelle d’une moyenne de 25 ans. Ces chiffres démontrent à suffisance le danger que représente à l’heure actuelle la production piscicole en absence des connaissances en biosécurité et bio-sûreté. Parmi les difficultés majeures que rencontrent les producteurs piscicoles, on peut citer : les difficultés financières, l’approvisionnement en alevins et en aliments, l’insuffisance en connaissance et aptitudes pratiques sur les techniques d’élevage et la gestion des sites piscicoles[12].

6- Les problèmes liés à la pratique de la pisciculture au Cameroun 

Dans tous les types de production, les poissons restent exposés aux maladies peu importe le type d’aliments utilisés. En général, on retrouve les maladies virales (viroses), les maladies bactériennes (bactérioses) et les maladies parasitaires (parasitoses) comme chez les Humains. En plus des maladies, ils subissent des agressions de toutes sortes.

Au Cameroun, les maladies rencontrées chez les poissons ne sont pas encore connues, dans la littérature, les données restent rares. Cependant, plusieurs antimicrobiens sont employés pour sécuriser un niveau sanitaire optimal et assurer la qualité de la production animale et ses dérivés destinés à la consommation humaine tout en réduisant les coûts de production. L’utilisation non contrôlée des antimicrobiens peut occasionner des problèmes de résistance aux antimicrobiens. Cette situation nécessite une attention particulière des chercheurs, des universitaires et des spécialistes du domaine de l’aquaculture et de la santé publique.

II- CADRE RÉGLEMENTAIRE DE L’UTILISATION DES ANTIMICROBIENS EN AQUACULTURE AU CAMEROUN

Nous étudierons d’abord la création de fermes piscicoles avant d’envisager la réglementation sur l’utilisation des antimicrobiens en aquaculture au Cameroun.

  1. Création de fermes piscicoles au Cameroun

Au Cameroun, la pratique de l’aquaculture est soumise à des autorisations pour la création de fermes piscicoles et pour l’importation et l’introduction d’espèces aquacoles vivantes ; une autorisation spéciale est requise pour l’exploitation de poissons ornementaux. Le Ministère de l’élevage, des pêches et des industries animales (MINEPIA) est chargé de l’application de cette réglementation à travers ses services centraux et extérieurs. Cependant, la plupart des pisciculteurs ne disposent pas d’autorisation. Le manque de connaissance sur les procédures et les difficultés financières pour se mettre en conformité avec un cadre réglementaire pourraient être les principales causes. Dans le cadre de la prévention, le gouvernement a mis sur pied un Programme National de Vulgarisation et de Recherche Agricole (PNVRA). Ce programme réunit tous les vulgarisateurs du MINEPIA et du Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural (MINADER) avec la collaboration de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) pour assurer une meilleure coordination et programmation des enseignements à dispenser auprès des paysans dans le monde rural.

2- Réglementation sur l’utilisation des antimicrobiens en aquaculture

Sur le plan international, la législation est un outil essentiel pour contrôler l’utilisation des antimicrobiens (UAM) et prévenir la RAM. La Commission du Codex Alimentarius définit une limite maximale de résidus de médicaments vétérinaires (LMRMV) pour la sécurité sanitaire des aliments. Les LMRMV sont définies comme la concentration maximale de résidu résultant de l’emploi d’un médicament vétérinaire (exprimé en mg/kg ou en μg/kg sur la base du poids frais). Dans l’Union européenne, la réglementation en matière de résidus est organisée par le règlement (CEE nº 2377/90 du Conseil du 26 Juin 1990) qui fixe les LMRMV appliquées dans les pays de l’Union européenne. Le taux de prévalence des résidus d’AM dans les aliments d’origine animale est estimé à 1 % en Europe contre 94 % dans certains pays d’Afrique[13].

 Au Cameroun, il n’existe pas de réglementation de contrôle des résidus d’AM, ce qui crée des manquements dans la réglementation de la biosécurité et la bio-sûreté et une pénurie de données sur le contrôle des résidus d’AM dans des produits issus de l’aquaculture. On note également d’énormes lacunes existant dans l’organisation du marché des médicaments à savoir : l’absence de législation spécifique adaptée au nouveau contexte de libéralisation de la pharmacie vétérinaire, l’absence d’application de la réglementation en vigueur, l’absence d’inspection, de procédures d’AM et d’enregistrement des médicaments vétérinaires et l’existence de circuits parallèles au circuit officiel de vente de médicaments vétérinaires[14]. Il faut s’interroger sur la vente illicite des médicaments dans les rues et de leur qualité et certaines pratiques qui consistent à administrer aux animaux des médicaments destinés à une autre espèce à cause de l’absence de l’application des textes et l’insuffisance de la législation.  Pourtant l’Organisation mondiale pour la santé animale (OIE) à travers les Codes sanitaires pour les animaux terrestres et pour les animaux aquatiques proscrit des normes relatives à l’usage responsable et prudent des antimicrobiens et des alicaments. L’OIE recommande que les antimicrobiens soient prescrits par un vétérinaire ou toute autre personne dûment formée et que des systèmes de distribution agréés ou autorisés soient mis en place. Il est également recommandé que les producteurs d’animaux destinés à la consommation humaine respectent l’ordonnance vétérinaire et les directives du médicament.

Cependant, ses différents manquements pourraient être à l’origine de l’émergence des bactéries multi-résistantes à potentiel zoonotiques circulant chez l’homme, l’animal et dans leur environnement déclarés dans plusieurs études scientifiques. Et également de la présence des résidus d’AM dans les denrées d’origine animale.

CONCLUSION

La mise en place d’une unité de production piscicole doit respecter les procédures administratives édictées par le gouvernement et les organisations internationales telles que : l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE), le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ; et doit respecter les normes de biosécurité pour préserver la santé humaine et animale ainsi que notre environnement. La résistance aux antimicrobiens (RAM) constitue une problématique mondiale de santé publique et animale qui préoccupe les scientifiques et les responsables politiques. Il serait nécessaire de disposer des méthodes permettant de lutter contre l’émergence ou la dissémination de microorganismes résistants résultant de l’utilisation d’agents antimicrobiens chez les animaux et de limiter les antibiorésistances par un usage maîtrisé de ces agents. Le suivi des quantités d’agents antimicrobiens utilisés chez les animaux servant à la production de denrées alimentaires et la détermination des profils d’utilisation doit être régi par une législation. La pratique de la pisciculture doit être autorisée à des professionnels du domaine et avec des obligations de disposer d’un vétérinaire. Les chercheurs doivent s’intéresser davantage aux maladies des poissons qui sont cultivés au Cameroun. Il faut également approfondir les recherches sur le contrôle des résidus d’AM dans l’environnement de l’élevage et des produits issus de l’aquaculture pour minimiser les risques sanitaires et garantir la santé humaine. 

BIOGRAPHIE :

DJIM-ADJIM-NGANA Karyom est âgé de 30 ans, originaire de la Région du Nord-cameroun. Passionné par la médecine, il va déposer ses bagages après l’obtention de son baccalauréat scientifique à la prestigieuse Université de Ngaoundéré en 2013, au Département des sciences biomédicales. Il sortira de cette école en 2019 avec un Master en Biologie Clinique. Il reviendra en 2021 pour faire un second Master en santé publique à l’École des Sciences et de Médecine Vétérinaire qu’il soutiendra en octobre 2022. Il travaille actuellement comme chercheur au Centre de Recherches en Santé et sur les Pathologies Prioritaires à l’Institut de Recherches Médicales et d’Etudes des Plantes Médicinales sous tutelle du Ministère de la Recherche Scientifique et de l’Innovation (depuis juillet 2021). Spécialiste en Microbiologie Médicale et Santé Publique, ses travaux de recherche sont axés sur les problématiques liés à la résistance aux antimicrobiens. Il est auteur de plusieurs articles scientifiques. Auparavant, il a travaillé comme Superviseur de Terrain au sein de l’ONG M.A. SANTE (Meilleur accès aux soins de santé) dans plusieurs projets dans le domaine de la santé (2020-2021). Jeune acteur de la société civile, il va fonder en 2020, une organisation dénommée « Organisme pour la Santé et l’Action Sociale » (OSAS), qui fait dans la promotion de la santé, l’éducation et le développement durable avec plusieurs projets réalisés dans le Nord Cameroun. Depuis octobre 2020, il y officie en tant que Président. Il est très impliqué dans la lutte pour l’implémentation de la couverture Santé Universelle au Cameroun, pour un accès aux soins de santé équitable et  pour un développement durable.

https://www.researchgate.net/profile/Karyom-Djim-Adjim-Ngana https://www.linkedin.com/in/karyom-djim-adjim-ngana-1a266312a?lipi=urn%3Ali%3Apage%3Ad_flagship3_profile_view_base_contact_details%3B%2FQqlaWqBQKGsy5aBm3sY6A%3D%3D


[1] Commission du Codex Alimentarius. 2011. Définitions, Guidelines for Risk Analysis of Foodborne Antimicrobial Resistance, CAC/GL 77- 2011. Rome. 29 pp.

[2] http://ccere-cameroun.com/lagriculture-lelevage-et-la-peche-au-cameroun/  

[3] J. A. Atangana Kenfack, P. Tchawa & J.-C. Micha, « La pisciculture au Cameroun : une démarche individuelle ! Cas de la commune de Bertoua 1 dans la région Est du Cameroun », Tropicultura [En ligne], Volume 37 (2019), Numéro 3, URL : https://popups.uliege.be/2295-8010/index.php?id=1379.

[4] FAO 2022. Cameroun. Text by Kouam, J.. Fisheries and Aquaculture Division [online]. Rome. [Cited Thursday, August 18th 2022]. Available from :  https://www.fao.org/fishery/en/countrysector/cm/fr?lang=fr

[5] Le Directeur de la coopération au Ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Mme Ngu Comfort, dans son discours d’ouverture a déclaré que le taux de chômage des jeunes au Cameroun est de l’ordre de 57%, alors que chaque année, plus de 300 000 jeunes obtiennent leur diplôme sans avoir acquis les compétences professionnelles nécessaires pour répondre aux exigences du marché du travail.: Available from :  https://www.legicam.cm/index.php/p/developpement-des-competences-pour-ameliorer-l-employabilite-des-jeunes-au-cameroun . Date de publication : 08/10/2021, 14 :00

[6] “Historique du développement de la pisciculture au Cameroun.” Satia, N.B.P. 1991

[7] J. A. Atangana Kenfack et al. La pisciculture au Cameroun : bilan et perspectives. Int. J. Biol. Chem. Sci. 13(2) : 1140-1161, 2019.

[8] DEVELOP GROUP. Comment choisir un système pour sa pisciculture au Cameroun ? Accessed: 2022-10-18. Available from : https://www.develop-group.net/2020/04/19/comment-choisir-un-systeme-pour-sa-pisciculture-au-cameroun/

[9] FAO 2022. Cameroun. Texte de Kouam, J.. Division des pêches et de l’aquaculture [en ligne]. Rome. [Cité Tuesday, October 18th 2022]. https://www.fao.org/fishery/fr/countrysector/cm/fr

[10] M. MAIMOUNE et al. Pourquoi la pisciculture tarde à se développer dans la ville de Bertoua

(Est-Cameroun)? Int. J. Biol. Chem. Sci. 15(6): 2568-2580, 2021

[11] http://ccere-cameroun.com/lagriculture-lelevage-et-la-peche-au-cameroun/

[12] J. A. Atangana Kenfack et al. La pisciculture au Cameroun : bilan et perspectives. Int. J. Biol. Chem. Sci. 13(2): 1140-1161, 2019.

[13]https://www.researchgate.net/profile/Guy_Mensah/publication/274257121_Antimicrobial_residues_in_foods_of_animal_origin_in_Africa_Public_health_risks/links/566d596b08ae1a797e4023f2/Antimicrobial-residues-in-foods-of-animal-origin-in-Africa-Public-health-risks.pdf

[14] Messomo Ndjana F. (2006). – Étude de la distribution et de la qualité des médicaments vétérinaires au Cameroun. Thèse de doctorat de l’École inter-États des sciences et médecine vétérinaires de Dakar (EISMV), Sénégal, 114 pp.

Categories
Uncategorized

RECOVERING LOST YEARS OF LEARNING: IS THERE HOPE FOR THE RURAL CHILD IN THE CONFLICT AFFECTED REGIONS?

By Ensah Nadia Nchuo, Okwelians Fellow 2022

Government Bilingual Nursery and Primary School Muea, November 2016. Copyright: Arison Tamfu
Source:https://www.thenewhumanitarian.org/news-feature/2018/12/19/cameroon-generation-unschooled-children-could-fuel-long-term-conflict  

On the 24th of October 2020, Cameroonians bowed their faces to the ground when news of an inhumane and merciless massacre of 7 innocent children in a school in Kumba surfaced on the internet. It was not the first time a school in the conflict affected regions of the country was being attacked, nor was it the first time a parent sent their child to school and never saw them return home. Once ranked as the world’s most peaceful country in 2012, Cameroon was this year pushed to the 142nd position according to the Global Peace Index.[1] This drop was greatly influenced by the Boko Haram expansion into the far North region in 2014 and the advent of the Anglophone crisis in the North West and South West regions in November 2016. Just like any other sector, education has highly been affected by the crisis. It has been at least 6 years of no school for some children in the North West and South West regions of Cameroon, and more for those in the Far North region, which happens to be the poorest region in the country.[2] According to the United Nations Children Fund, nearly 855,000 students have been deprived of their right to education since the beginning of the Anglophone crisis, and more than 4,000 schools burnt down.[3] Despite the unrest, urban areas are slowly gaining back stability and rehabilitation. Rural areas on the contrary are in a critical survival battle. The proceeding paragraphs seek to highlight the unfavorable conditions the rural child has to survive in, and how these constraints can be overcome to ensure better access to quality education.

I. Challenges facing the Rural Child in the Conflict Affected Regions

It has for a long time been a struggle for the rural child to meet up to global educational standards, worst still in times of conflict. Here, we are looking at children in extremely remote areas, who despite the absence of schools and hospitals, cannot relocate to more developed parts of the country. These children are compelled to survive in deplorable conditions; spending long days and nights with no electricity, no internet connection, no roads and no access to cable network. Right up to 2020, only 25% of people living in rural areas in Cameroon had access to electricity, as opposed to 94% for the urban population.[4] With the instability plaguing the affected regions of the country, teachers have evacuated the villages, schools have been abandoned, palaces and councils are being run from the outside.

School building in Eka, North West Region 2019.                     Source:https://www.bellingcat.com/news/africa/2021/07/16/how-schoolchildren-became-pawns-in-cameroons-anglophone-crisis/

In a one-on-one exchange with the chef du bureau of the Divisional Delegation of Basic Education in Menchum, Madam Anang Grace, she mentioned that national and international agencies have been providing humanitarian aid by giving teachers and schools didactic materials to facilitate learning in the division. This support often comes in through intermediaries like parliamentarians or inspectors. In other cases, the donor organizations ask the population to come out to the urban areas to benefit from these donations. The UN office for the Coordination of Humanitarian Affairs in their October 2021 36th situation report of the North West and South West, clearly states why it is hard for humanitarian aid to reach the rural people. It explains that humanitarian workers, just like the locals, suffer great danger when trying to access remote communities[5]. For most children in the Far North region, they owe their education to military men, who have gone beyond battlegrounds to classrooms, and taken up the role of teachers.[6]

The effects of war on education has made a mockery of our policies and past beliefs. In times like these when rural children need to be homeschooled, they need educated parents to do the job. But how many of their mothers can read and write? If we were to propose E-learning as an option, how many of them would have access to electricity? As little as 25%, with nearly a quarter lacking access to mobile phone network and ICT tools[7]. These were the same challenges our educational system was faced with during the outbreak of the Covid 19 pandemic. The effects were visible in 2020, with a 12.40% drop in the pass rate of the Brevet d’Etudes du Premier Cycle (BEPC), compared to 2019[8]. These statistics however do not cancel the past and present endeavors of policy makers to reshape the educational system but should serve as an incentive to do better. In this light, development actors should therefore restructure their policies to reflect inclusivity and adaptability. For the rural child, we must consider imploring the use of informal learning methods and spaces to overcome current challenges.

II. Exploiting Possible Adaptive Solutions to help close the Education Gap

As a proposed solution, learning grounds should be created in palaces, hospitals and churches. These are places which even in times of conflict, people still frequently visit. In order for this to work, local authorities need to regain control. Traditional rulers too have to put in efforts to rebuild trust and respect with their people. The government can facilitate this process by giving these chiefs power and autonomy to govern their people. In a workshop organized on April 26th 2022 in Yaoundé by an organization called Esperanza-Cade, under the theme “Traditional Chiefdoms, Peacebuilding and Endogenous Mechanisms for Conflict Prevention and Resolution”, the Lamido of Kolofata, Seini Boukar Lamine mentioned the importance of decentralization in conflict resolution. He said that the absence of immediate action comes from the process of having to contact the central government to resolve a problem which is rather close to you. If these chiefs can be empowered to govern their chiefdoms, and the confidence between them and their people is rebuilt, then a majority of them will be able to return to their palaces, contain the crisis and coordinate the implementation of these learning grounds. It is important to note that these spaces too can suffer attack in times of conflict, as was the case with the Mamfe District hospital on June 9, 2022[9]. For this reason, the government must take measures to ensure that these sites are well guarded and danger free. 

After these learning grounds have been created, the use of arts should be incorporated to facilitate learning, understanding and healing. To support this initiative, development actors have to provide these communities with art material and locally trained tutors who understand the culture and context of the people. Since these rural children have experienced violence and hardship, art education will be a powerful therapeutic method to encourage participation, creativity and growth[10].

Again, as an adaptive measure, the ministry of basic education alongside the ministry of scientific research and innovation must consider developing ICT tools that correspond to the environment of the rural child. These ministries should form a team of crisis intervention pedagogues who will design and record a new Recovery Curriculum for children in remote areas. These records will in tend be put into battery powered MP3 devices and distributed to the children in affected areas. The devices will have a recorder where children can orally respond to questions. The battery powered devices will be non-rechargeable and so, will not need electricity nor the internet to work. As such, these children will be able to continue learning even in the comfort of their homes. This same team will be in charge of running a monthly evaluation to assess the efficiency of the method.

To conclude, guided by the “leave no one behind approach,” we must utilize every available resource to close the gap that exists between children in urban areas and those in rural areas, a gap which has in recent times been widened by the ongoing crisis. In less than a month, it will be the start of another academic year in the country. We must therefore remember the children in villages like Furu-awa, kwa-Kwa, Zeleved, who are still trapped behind the globe. While we can propose and implement adaptive methods to regain lost years of learning, the best way to secure the future of the rural child in the three affected regions of the country is by bringing back peace and stability.

Biography

Ensah Nadia Nchuo is the Executive Director of Leap Girl Africa. She has a Bsc in Journalism and Mass Communication and a Masters degree in Local Governance, decentralization and Development, with over four years experience in drafting, implementing and coordinating projects on community mobilization, girls’ leadership, education and policy reform.

She is also a creative writer and co-author of a poetry anthology titled ‘Inside the Beyonds’. She is currently working with a group of young talented artists, who through passion and advocacy, hope to bring about social and developmental change in Africa.

To learn more about her, follow her on:

Linkedln@: Ensah Nadia

Twitter@: The silenttalker


[1] Institute   for Economics & Peace. Global Peace Index 2022: Measuring Peace in a Complex World, Sydney, June 2022. Available from: http://visionofhumanity.org/resources . Accessed 26 July 2022)

[2] International Crisis Group. (2017, October 25). Cameroon’s Far North: Reconstructing amid Ongoing Conflict. 2017, volume 133 https://www.crisisgroup.org/africa/central-africa/cameroon/b133-extreme-nord-du-cameroun-le-casse-tete-de-la-reconstruction-en-periode-de-conflit. Accessed 13 June 2022.

[3] “More than 855,000 children remain out of school in North-West and South-West Cameroon.” Press Centre UNICEF, 05 November 2019, https://www.unicef.org/press-releases/more-855000-children-remain-out-school-north-west-and-south-west-cameroon . Accessed 14 June 2022.

[4] World Bank (2020), World Development Indicators (database), Washington, DC, https://databank.worldbank.org/source/world-development-indicators . Accessed 14 June 2022.

[5] UN office for the Coordination of Humanitarian Affairs (2021) Cameroon: North-West and South-West Situation Report, 6 pages.

[6] Moki, Edwin. “Cameroon’s Military, Humanitarian Workers Teach Returning Children” VOA Africa,12 May 2018, pp 1

[7]  World Bank (2020), World Development Indicators (database), Washington, DC, https://databank.worldbank.org/source/world-development-indicators . Accessed 14 June 2022.

[8] Kenne, Yannick. “Cameroun – Examens officiels: Le BEPC session 2020 affiche un taux de réussite de 60%.” Cameroon-Info.Net, 28 Aug 2020 http://www.cameroon-info.net/article/cameroun-examens-officiels-le-bepc-session-2020-affiche-un-taux-de-reussite-de-60-381489.html.

[9] David Atangana. “Separatists burn down Mamfe District Hospital.” Mimimefoinfos, 9 June 2022 https://mimimefoinfos.com/separatists-burn-down-mamfe-district-hospital/

[10] Albane Buriel, Sylvie Morais, Monique Loquet. Arts education in emergency humanitarian aid: educational issues with young people living in camps in conflict areas in the Middle East. Vella, R; Saldanha, A.; Macksimovic, M.; Torres de Eça, T. InSEA Seminar: ”Art Education: Conflicts and Connections”, Oct 2019, La Valette, Malta. InSEA Publications, 2019, 10.24981/M2019.14 . hal02300007

Categories
Uncategorized

LES FORCES DE DÉFENSE ET DE SÉCURITÉ (FDS) AU SERVICE DU PEUPLE, POUR LA PRÉSERVATION DE LA PAIX SOCIALE ET DE LA COHÉSION NATIONALE, GAGE DE L’ÉMERGENCE DU CAMEROUN

OKWELIANS FELLOWS, PROMOTION 2022

Au lendemain des indépendances, en 1960, le peuple camerounais est confronté au besoin de bâtir une nation unie dans sa diversité. Ce besoin ardent de foi et d’unité[1] fut, le 20 mai 1972, l’élément déclencheur du passage par référendum d’un Etat fédéral à un Etat unitaire[2] et indivisible.

             Attaché à cet idéal d’unité, symbole de paix, le Chef de l’Etat, Chef des Forces armées[3], s’exprimait en ces termes : « Nous devons veiller à ce qu’aucune dérive du processus démocratique auquel (…) nous sommes profondément attachés ne vienne compromettre ni la stabilité de nos institutions, ni notre développement économique et social ni bien entendu notre sécurité. Notre armée a toujours su faire face à toutes les situations »[4]. Conscient de l’impossibilité d’un processus fructueux de développement sans paix,la question sécuritaire, en tant que préoccupation majeure de l’Etat, place les Forces de Défense et de Sécurité (FDS), bras séculier du peuple, au premier rang dans sa mission régalienne de défense du territoire et de maintien de l’ordre.

Le thème de la fête de l’Unité 2022 ‘’Les forces de défense et de sécurité au service du peuple pour la préservation de la paix sociale, et de la cohésion nationale, gage de l’émergence du Cameroun’’, permettra de faire un synopsis sur l’identité des FDS en phase avec les idéaux de paix et de cohésion nationale d’une part et, aux côtés des populations pour l’émergence du Cameroun, d’autre part.

I- L’IDENTITÉ DES FORCES DE DÉFENSE ET DE SÉCURITÉ EN PHASE AVEC LES IDÉAUX DE PAIX SOCIALE ET DE COHÉSION NATIONALE

Classée 20e armée d’Afrique[1], avec un effectif de 40 000 Hommes, les FDS sont composées de camerounaises et de camerounais œuvrant ensemble pour le bien de la Nation[2]. Le but ultime étant la préservation de la paix sociale et la cohésion nationale[3].  Les FDS ont connu différentes mutations. Les dates clés de celles-ci correspondent aux réponses de l’Etat en matière de sécurité nationale et renvoient à des moments déterminants de l’histoire du pays. En effet, la constitution du 04 mars 1960[4], crée les forces armées et l’Ecole Militaire Interarmées du Cameroun (EMIA). En 1983, le nouveau Chef de l’Etat[5] initie une série de réformes. Les FDS sont subdivisées en 3 régions militaires et 3 régions de gendarmerie (Yaoundé, Douala et Garoua). Leur développement aboutira à la naissance en 1985 du Ministère de la défense en remplacement du Ministère des Forces armées.[6]

Véhicule Militaires présentés lors du défilé militaire (Source : https://stringfixer.com/fr/Cameroon_Armed_Forces )

        Les quatrième et cinquième Régions Militaires et de la gendarmerie ont été créées respectivement en 2014 à Maroua et 2018 à Bamenda pour répondre aux attaques récurrentes à l’Extrême-Nord, au Nord-Ouest et au Sud-Ouest.

        Plus spécifiquement, les FDS agissent de concert avec l’Etat pour : défendre la patrie ; consolider la paix et le développement ; réduire la capacité de nuisance des terroristes ; lutter contre la criminalité urbaine et rurale ; maintenir l’ordre public ; s’opposer aux tentatives d’atteinte à notre souveraineté et à l’intégrité de notre territoire ; participer à la constitution et la construction de l’Unité Nationale, ainsi qu’à l’édification de la nation camerounaisee.

Les FDS sont engagées à l’intérieur et à l’extérieur du Cameroun et se concentrent sur trois opérations principales. La première mission est la lutte contre la menace terroriste Boko Haram aux frontières avec le Tchad et le Nigéria. Entre 2000 et 2500 militaires sont également engagées au sein de la Force Multinationale Mixte (FMM) en lutte contre Boko Haram. La deuxième mission est le maintien de l’unité nationale et l’intégrité territoriale dans les Régions du Nord-Ouest et Sud-Ouest, en proie à des velléités séparatistes. Enfin, les troupes camerounaises interviennent dans des opérations avec la République Centrafricaine[3]. L’objectif du déploiement à la frontière centrafricaine est de protéger les populations camerounaises de la menace des milices armées et des rebelles centrafricains, notamment dans les régions de l’Est, l’Adamaoua et du Nord.[4] En janvier 2022, environ 750 militaires et 350 policiers étaient présents en République Centrafricaine pour un soutien au maintien de la paix au sein de la MINUSCA.[5]

        Le Général de Division René Claude MEKA, Chef d’Etat-Major des armées, note que l’implication du Cameroun au niveau de toutes ces instances dénote du souci de préserver la paix au niveau du pays, de la région Afrique Centrale et en Afrique ; la paix étant une précondition au développement.[6]

            Toutefois, la perception des FDS reste très mitigée[7]. L’égarement de certains hommes en tenue dans les exactions est heureusement réprimandé par la consécration de l’état de droit dans la pratique de la justice militaire[8]. Aussi, certains mettront plutôt en lumière l’héroïsme des réalisations des FDS au point d’y voir un élément d’expression de la fierté nationale[9].

            En effet, « dans le cadre des éléments de fierté nationale, 62,75% de la population accordent leur préférence aux symboles de l’Etat (…) ».  En considérant les symboles de l’Etat à savoir le drapeau, l’hymne national et les armoiries fièrement arborés par les FDS, la tenue militaire transcende les plus beaux costumes officiels. La prestance des FDS s’illustre dans cet apparat dualiste de fête, mais aussi de guerre. Le 20 mai, fête de l’Unité, est surtout le jour d’explosion et de célébration de la nationalité du peuple. Il leur est ainsi confié le haut du pavé, afin de préserver du haut de leurs bottes cirées, l’intégrité de notre chère patrie. La majesté de leurs pas sur le bitume du boulevard du 20 mai imprime la gravité de leurs sacrifices dans l’esprit des citoyens. Sous la discipline des rangs serrés, l’arsenal de guerre rappelle aussi au peuple le visage des horreurs dont elles se tuent à les préserver.  

            L’idéal de paix et cohésion nationale s’illustre dans la solidarité entre le peuple et les FDS. En témoignent la collaboration des comités de vigilance avec les FDS,[10] ainsi que le dialogue et à la médiation, permettant de réguler les rapports sociaux.[11]

            Le Cameroun s’engage pour le développement à travers sa stratégie nationale en faveur de la paix sociale et de la cohésion nationale.  Il convient de présenter dans quelle mesure les FDS s’impliquent aux côtés des populations pour l’émergence du Cameroun.

II- LES FORCES DE DÉFENSE ET DE SÉCURITÉ AUX CÔTÉS DES POPULATIONS POUR L’ÉMERGENCE DU CAMEROUN

Campagne de consultation et autre prise en charge sanitaire gratuites dispensées par le B.I.R à Nkambe dans le Nord- Ouest (source: Armee camerounaise, Twitter).

Dans le cadre du programme de transformation économique du Cameroun, posé par le Document de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi (DSCE)[1], suivi de la Stratégie Nationale de Développement (SND 30)[2] ; le Cameroun est à présent un vaste chantier économique, politique et social. Dans cet élan de construction nationale, la paix, définie comme une situation d’absence de conflits, est indispensable pour la stabilité économique et par ricochet, l’émergence[3].

         Le Cameroun s’inscrit durablement dans cette perspective de préservation de la paix sociale en tant que creuset du développement économique. Cette paix est menacée du fait de nombreux conflits aux sources endogènes et exogènes. A cet effet, les FDS sont mises à contribution pour assurer le maintien de l’ordre public. Le lien armée-nation est ainsi inhérent à la préservation de la paix et de la cohésion en vue de l’émergence du Cameroun. Les géo stratèges camerounais analysent ce lien comme une relation consubstantielle entre la nation et les forces de défense[4].

     En effet, l’action des FDS aux côtés des populations en vue de l’émergence est perceptible par les Opérations Militaires d’Influence (OMI) à l’instar des Actions Civilo-Militaires (ACM)[5] et PSYOPS (Opérations Psychologiques)[6]. En tant que socle du concept Armée-nation, les activités menées par les FDS au profit des populations participent à la consolidation de la paix et à la promotion du développement. Ces OMI peuvent être classées en deux catégories : les OMI permanentes et les OMI temporaires.

Le BIR qui fait des dons à Kribi. Source : Cameroon tribune

Les OMI permanentes concernent les ACM établies de façon définitive par l’armée au profit des populations. Il s’agit des infrastructures (hôpitaux militaires à Douala ; Garoua ; Maroua et Yaoundé ; des écoles publiques et des centres sociaux) construits et gérés par les FDS au profit des populations.

Les OMI temporaires concernent les actions ponctuelles des FDS pouvant résulter de situations de crises ou non. Il s’agit, des dons en matériels divers et des actions en faveur de l’éducation[1], de la santé[2] ainsi que les activités du génie militaire[3].

            Le progrès économique repose sur un socle de valeurs fondamentales, telles que le patriotisme, qui est menacé par de nombreuses dérives à l’instar de la corruption. Les FDS, reconnues pour leur sens de l’honneur, du travail et de la fidélité, œuvrent à la construction de l’identité nationale, par la culture du patriotisme et la promotion du respect de la hiérarchie et des institutions républicaines. A ce titre, le système éducatif, chargé de la formation des futurs acteurs de la destinée économique du Cameroun, emprunte à l’armée des usages tels que la solennelle levée des couleurs dans les établissements scolaires.

          En outre, les FDS protègent les ressources naturelles nationales de la menace contrebandière et permettent d’avoir des échanges d’informations et de produits commerciaux à l’intérieur et à l’extérieur du territoire national. Le maintien de la paix et de la sécurité sociale est un atout pour le développement du tourisme. Les FDS soutiennent les initiatives culturelles, par le déploiement des forces de police pour la protection des civils et des autorités durant les manifestations publiques (Coupe d’Afrique des Nations en 2022).

         Enfin, on observe une ouverture des FDS à la nation à travers l’organisation de journées portes ouvertes[4], la digitalisation des services de l’armée[5], l’appui aux initiatives entrepreneuriales jeunes en matière d’innovation numérique et d’intelligence artificielle relative notamment à la lutte contre la cybercriminalité[6] et la commande publique de solutions de surveillance[7] élaborées par des jeunes Camerounais[8].

Levée des couleurs dans un établissement scolaire. Souce : Cameroon Tribune.

Au demeurant, les difficultés rencontrées lors des crises multiformes par les FDS n’entachent pas la recherche d’une étroite collaboration entre celles-ci et le peuple. Elles sont garantes de la protection de la souveraineté, du territoire et de la population : éléments constitutifs de l’Etat. La cohésion entre les FDS et la population est essentielle pour préserver la paix et faire du Cameroun, un pays émergent. Les Forces armées et le peuple sont les organes vitaux du corps national ; ils sont interdépendants pour atteindre des objectifs de développement économiques, sociaux et environnementaux. Aussi, à travers l’harmonie entre l’identité nationale, les différents idéaux patriotiques et leur communauté de valeurs, les Forces de Défense et de Sécurité et la Nation participent au don d’amour et du grand honneur à la chère Patrie, notre terre chérie !


[1]  https://www.cameroon-tribune.cm/article.html/32554/en.html/actions-civilo-militaires-larmee-toujours-presente

[2]  https://www.cameroon-tribune.cm/article.html/47094/fr.html/action-civilo-militaire-du-bir-167-malades-retrouvent-la

[3] Voir,  https://www.cameroon-tribune.cm/article.html/40626/fr.html/infrastructures-la-touche-du-genie-militaire . De plus, dans le cadre de la mise en œuvre de la SND 30, un cadre de réflexion de l’armée sur l’apport du génie militaire au service de l’industrialisation du Cameroun. Cf. https://www.agenceecofin.com/gestion-publique/0904-96536-l-armee-camerounaise-etudie-les-possibilites-d-une-plus-grande-participation-a-l-industrialisation-du-pays

[4] https://www.cameroon-tribune.cm/article.html/19006/en.html/fete-nationale-lunite-mindef-organise-journees-portes-ouvertes

[5]https://www.facebook.com/mindefcm/?hc_ref=ARRoNVAsxY0-K1aOktAKz__rgoArBwU6kQ-zSF28LEGw9hlFAf5CRuHJUs2Onu2Qmyw&fref=nf&__xts__[0]=68.ARAv1Wf1rYinUasfeJKwrUT_KeDh0X-ww2A5TXp0mOri-zI7HE4fb-mugucXqYY_3sgeVz_tATARno4wqdTiKlAQNsrklGAJWQQfhpFlR_QhGJBX0Vwvua_DxNSNg5d6IQzLsV86kKYc8I-0BqrVItHEzueFBTz7zAPuzUkW_s4NYVghcM5C7lxF5jqcNPSbEymF0odQej5Cgpsxhtawxbmrfi1OGreNje3QPruA1Y7i7PUygoqxdZuRYKjMf6i2wuFKjr8fj4pVdrit197ee-px9Ss47F9kl7KdV6N-SpMu35mOJTCu5w

[6]  https://www.journalducameroun.com/salon-secupol-promotion-de-lintelligence-artificielle-pour-la-securite-en-afrique-centrale/

[7]  https://www.voaafrique.com/a/cameroundeveloppe-ses-propres-drones/4260019.html

[8]  https://www.crtv.cm/2019/03/salon-secupol-le-securite-en-debat-a-yaounde/


[1]  https://www.cameroon-tribune.cm/article.html/32554/en.html/actions-civilo-militaires-larmee-toujours-presente

[2]  https://www.cameroon-tribune.cm/article.html/47094/fr.html/action-civilo-militaire-du-bir-167-malades-retrouvent-la

[3] Voir,  https://www.cameroon-tribune.cm/article.html/40626/fr.html/infrastructures-la-touche-du-genie-militaire . De plus, dans le cadre de la mise en œuvre de la SND 30, un cadre de réflexion de l’armée sur l’apport du génie militaire au service de l’industrialisation du Cameroun. Cf. https://www.agenceecofin.com/gestion-publique/0904-96536-l-armee-camerounaise-etudie-les-possibilites-d-une-plus-grande-participation-a-l-industrialisation-du-pays


[1] Le DSCE 2010-2020, a été adopté en 2009 comme première phase de la vision de développement à long terme du Cameroun.

[2] Présentée officiellement en novembre 2020, la Stratégie Nationale de Développement 2020-2030 est la déclinaison décennale de la deuxième phase de la Vision, qui ambitionne de faire du Cameroun, « un pays émergent, démocratique et uni dans sa diversité » à l’horizon 2035.

[3] Dominique Strauss Khan – ancien Directeur Général du Fonds Monétaire International (FMI), dans son discours du 23 octobre 2009 à Oslo s’exprimait sur la relation paix et développement économique en ces termes. « Je souhaiterais parler plutôt d’un autre sujet important : la relation entre la stabilité économique et la paix. Je crois intimement que l’une et l’autre sont étroitement liées. Si on perd l’une, on perdra probablement l’autre. La paix est indispensable au commerce, à une croissance économique soutenue et à la prospérité ».

[4] Le Professeur NTUDA EBODE, parlant du concept de défense nationale, ajouta que la mission fondamentale de l’armée dans l’édification de la nation camerounaise est « de prévenir le corps social de toutes les menaces contre le patrimoine reçu et d’extirper de la nation les germes susceptibles de porter atteinte à sa volonté de vivre-ensemble ». http://www.irenees.net/bdf_fiche-documentation-642_fr.html

[5]  http://www.irenees.net/bdf_fiche-analyse-1_fr.html      

[6] https://issafrica.org/fr/iss-today/le-suivi-post-traumatique-est-necessaire-a-la-reinsertion-des-anciens-terroristes


[1] Le corps des Sapeurs-Pompiers est créé la même année que la tragédie du Lac Nyos

https://fr.wikipedia.org/wiki/Catastrophe_du_lac_Nyos

[2]  https://www.osidimbea.cm/institutions/presidence/gp/

[3] Cette Opération Militaire Extérieure (OPEX) des FDS est un apport dans l’architecture de la paix et de la sécurité collective en Afrique Centrale,

https://www.agora-parl.org/sites/default/files/agora-documents/mettre_en_oeuvre_larchitecture_de_paix_et_de_securite_lafrique_centrale.pdf

[4]  https://www.cia.gov/the-world-factbook/countries/cameroon/#military-and-security

[5]  https://www.voanews.com/a/cameroon-deploys-troops-to-car-border-to-stop-rebel-abductions/6535583.html

[6] http://www.irenees.net/bdf_fiche-documentation-642_fr.html

[7] L’enquête afro baromètre montre que 62 % des citoyens des régions anglophones n’ont pas du tout confiance dans l’armée, contre 13 % des citoyens des régions francophones. L’écart était plus faible en 2015, puisque 23 % des anglophones et 11 % des francophones n’avaient aucune confiance en l’armée. Voir, Afro baromètre, Dépêche No. 283 du 11 mars 2019, https://afrobarometer.org/sites/default/files/publications/D%C3%A9p%C3%AAches/ab_r7_dispatchno283_divisions_anglo_francophones_saggravent_au_cameroun.pdf

[8] Voir, Loi N° 2017/012 du 12 Juillet 2017 portant Code de justice militaire en République du Cameroun. C’est ainsi que le 21 septembre 2020, une décision de justice de cette instance, condamnait des militaires ayant commis des exactions, à 10 ans de prison notamment pour le meurtre de civils. Voir https://www.hrw.org/fr/news/2020/09/23/cameroun-des-militaires-condamnes-10-ans-de-prison-pour-le-meurtre-de-civils

[9] Cf. Perspective sur la cohésion sociale, la transformation économique et la gouvernance publique au Cameroun, 2020, The Okwelians, BP 1770, Douala-Cameroun. PP.74. P. 32.

[10] L’armée s’est appuyée sur plus de 14 000 « comités de vigilance » (groupes d’autodéfense communautaires) Voir,https://www.hrw.org/fr/news/2021/04/05/cameroun-les-attaques-de-boko-haram-sintensifient-dans-la-region-de-lextreme-nord

[11] En effet, la création des commissariats et des postes de polices, permet aux populations de régler pacifiquement leurs différends, dans le respect des droits de l’homme.


[1] Voir, L’index des Forces armées dans le monde du Global Fire power (GFP) qui depuis 2006, fourni un affichage analytique unique de données concernant 142 puissances militaires modernes. Cf. https://www.globalfirepower.com/countries-listing-africa.php

[2] En effet, la constitution de l’armée est représentative de l’équilibre régional, et est avec le peuple, le symbole humain de l’unité et du vivre ensemble. L’identité des individualités la constituant, n’est ni fonction de religion, d’ethnie, de langue, de genre, ni de sensibilités politique.

[3] Pendant que, la paix sociale est atteinte lorsque les individus entretiennent une relation solide avec l’État et d’autres groupes communautaires, et qu’ils sont convaincus que les décisions de l’État sont prises de manière équitable, même s’ils n’en bénéficient pas directement ; la cohésion nationale quant à elle, repose sur le fait que les sociétés et les individus ne peuvent réaliser leur potentiel qu’en vivant et en travaillant ensemble. Voir, article Peaceful Change Initiative, https://peacefulchange.org/wp-content/uploads/2022/04/PCi_SPLD_Online.pdf)

[4]  https://mjp.univ-perp.fr/constit/cm1960.htm

[5] https://www.prc.cm/fr/le-president/biographie

[6]  https://www.osidimbea.cm/institutions/gouvernement/defense/


[1] Hymne national du Cameroun, « Ô Cameroun Berceau de nos ancêtres ».

[2]  https://mjp.univ-perp.fr/constit/cm1984.htm

[3] Chef de l’Etat, élu au suffrage universel direct par le peuple et consacré Chef des Forces arméesau sens du préambule de la Loi constitutionnelle du 18 janvier 1996.

[4] S.E Paul BIYA, Discours adressé à la nation Camerounaise le 20 Mai 2009.

Categories
Uncategorized

ADVOCACY NOTE FOR A RENEWED SOCIAL PACT IN CAMEROON: OUR COMMON FUTURE TO REINVENT

Categories
Uncategorized

POLITIQUE ET MODE EN AFRIQUE

Par Melissa Zibi

Autrice et designer, Melissa Zibi oscille entre les industries de l’écriture, le design et de la mode et défend le changement dans chacun de ces espaces.

Au temps des rois, des reines, des Empires d’Afrique, les objets de mode et notamment les parures ont toujours eu une valeur importante. Composés de codes permettant non seulement de passer des messages et de distinguer tout un chacun selon son statut social, la mode n’a clairement pas pour simple but de couvrir le corps.

Ainsi, je souris quand de la bouche de certains j’entends des critiques négatives sur cette industrie qui est l’une des plus fructueuses de notre ère. Dans la liste des “anti-modes” arrivent bien souvent en tête les hommes politiques, dont certains se paonnent dans leurs costumes deux ou trois pièces qu’ils portent tous les jours tel un uniforme. Ils pensent que le simple fait de porter les mêmes couleurs ou le même type de vêtement ne font pas d’eux des victimes de la mode. Ils disent, pour certains, que la mode est excentrique et loufoque. Sans doute parlent-ils de la haute couture flamboyante et artistique, qui est en réalité est une vision exagérée et futuriste de ce qui devient, par la suite, une mode épurée et dite simple.

Avant de rentrer dans un argumentaire sans fin, comprenons d’abord d’où vient la mode et pourquoi, en soi, elle est devenue un mouvement mondial qui déplace les foules dans des boutiques populaires aujourd’hui. Pour ce faire, je vais essentiellement me concentrer sur les mouvements de mode en Afrique.  Tout d’abord, il existe bien des modes en Afrique et ce depuis la nuit des temps. De l’Empire égyptien à l’Empire Aksoumite en Éthiopie, en passant par l’Empire Mandingue du Mali ou encore les Empires Ashanti du Ghana et de Côte d’Ivoire, les étoffes ont voyagé, marqué et magnifié les corps des africains de toutes les manières possible et imaginable. Ainsi donc, les tissus et les bijoux étaient maître à cette époque. Ils servaient à identifier les Hommes selon leur tribu (chaque parure et style vestimentaire était différent d’un Empire à un autre) mais aussi étaient des outils pour séduire l’être aimé, mettre en valeur le corps, protéger et célébrer le vaillant guerrier, exposer l’abondante richesse des plus aisés.

Les étoffes utilisées pour les rois et les reines, étaient cousues au fil d’or ou confectionnées selon des codes de couleurs et motifs conçus spécialement pour eux et ne pouvant être portés que par eux. Dans d’autres cultures comme celles des Zoulous en Afrique du Sud, les peaux d’animaux servaient d’agrément aux costumes permettaient de mesurer la force et la virilité d’un homme. Soulignant ainsi sa capacité à protéger sa famille et à veiller à son épanouissement. Quant aux femmes, les peaux étaient signe de force et de sagesse.

Plus récemment, et au plus grand désarroi de mes chers anti-modes, les dirigeants politiques des années soixante, période symbolique marquant les premiers pas vers les indépendances des pays africains, ne sont pas en reste. Chaque politicien de cette époque a marqué l’histoire, et ce, du Maroc jusqu’à l’Afrique du Sud. Et, il était important pour ces hommes, dignes Représentants d’une Afrique libre, de montrer leurs talents certes intellectuels mais aussi stylistiques. Nous pouvons commencer par M. Kwame N’Krumah, qui en 1957 arrive à Washington avec un superbe costume traditionnel en tissu Kente, dont le volume et les couleurs ont marqué cette visite aux États-Unis. Par la suite, Monsieur Mobutu a tout simplement créé l’Abacost, un vêtement hybride qui n’était ni un costume classique occidental, ni une chemise. Ces Abacosts étaient cousus par des tailleurs congolais dans des étoffes aux couleurs unies en coton ou dans des imprimés africains flamboyants. Cette création devint si populaire que d’autres présidents africains (dont Mr Kwame N’Krumah du Ghana ou encore le président Julius Nyerere de Tanzanie) l’ont adopté à leur tour. Ensuite nous pouvons citer, Monsieur Nelson Mandela et ses chemises signées Pathé O., l’ancien président du Nigeria Monsieur Goodluck Jonathan toujours en chapeau noir ainsi que son successeur et président actuel, Monsieur Muhammadu Buhari qui lui adore les tenues traditionnelles revisités.

Aussi, quand certains n’osaient pas porter des imprimés ou se créer un style unique, c’était leurs femmes qui étaient de dignes représentantes de la mode de l’Afrique libre. On se souvient de l’incroyable élégance de Miss Fatoumata Diallo, Madame Marie-Thérèse Houphouet-Boigny et aujourd’hui de Madame Samira Bawumia… pour n’en citer que quelques-unes.

Ainsi, vous l’aurez compris, la mode est un excellent moyen de faire passer des idées, un message ou encore de relayer une attitude ; que l’on soit audacieux, comme Monsieur Mobutu, classique et élégant comme Houphouet Boigny, ou encore entre le classique et le traditionnel comme Monsieur Alpha Condé de la Guinée Conakry. L’essentiel est de marquer l’Histoire et d’embrasser sa culture.

Gageons donc que la nouvelle génération de leaders africains se tournera vers les jeunes stylistes africains, qui grâce à leur connaissance pointilleuse de la mode et de la confection vestimentaire, autant africaine que mondiale, sauront rafraîchir avec originalité la garde robe de ces brillants messieurs et dames pour leur permettre d’incarner toujours plus leur message et leur vision. Eh oui, l’habit fait également le leader !

Categories
Uncategorized

L’eau potable pour tous et par tous: et si c’était possible

Par Asmaou Karim, Vice-Président de The Okwelians

Aujourd’hui, nous célébrons une ressource naturelle indispensable à la vie : l’eau. Les instances internationales ont rappelé l’importance de l’eau et en ont fait un Objectif de Développement Durable : « garantir l’accès de tous à l’eau et à l’assainissement et assurer une gestion durable des ressources en eau », tel est l’Objectif de Développement Durable n°6 énoncé par l’Organisation des Nations Unies (ONU) dans son Agenda 2030. D’ailleurs, l’Assemblée générale des Nations Unies a proclamé la période 2018-2028 décennie internationale d’action sur le thème « l’eau pour le développement durable », et la thématique retenue pour l’année 2021 est : « la place de l’eau dans nos sociétés et comment la protéger ».

En ce 22 mars, Journée mondiale de l’Eau, deux questions sont posées par les Nations Unies autour du thème #Water2me : * Que signifie l’eau pour vous ? * Quels changements concernant l’eau apporteriez-vous dans votre région ?

crédit photo : Desy Danga

Y répondant, Yérima Alim MUSTAPHA, Maire de la commune de Gashiga dans le Nord Cameroun et plus jeune Maire du Cameroun pour la mandature 2013-2020, alerte :

« L’eau c’est la vie, son existence est essentielle au maintien de la vie et de tout être vivant. Le Grand Nord souffre du problème d’accès à l’eau potable, il est plus qu’urgent de créer des points d’eaux dans les localités qui n’en ont pas. »

En effet, l’eau a une valeur inestimable. Nous en avons besoin tous les jours que ce soit pour nos foyers, notre économie ou l’intégrité de notre environnement naturel. Chacun, sans discrimination, « a le droit à un approvisionnement suffisant, physiquement accessible et à un coût abordable, d’une eau potable et de qualité acceptable pour les usages personnels et domestiques, qu’il s’agisse de boisson, d’assainissement individuel, de lavage de linge, de préparation des aliments ou d’hygiène personnelle et domestique », rapporte l’Organisation des Nations Unies (ONU). Et, la Journée mondiale de l’eau a pour but de sensibiliser la population aux enjeux politiques, économiques et sociaux qui entourent « l’or bleu » et rappeler à toutes et à tous que l’eau potable est une richesse menacée qu’il faut préserver et protéger.

Dans le monde aujourd’hui, 1 personne sur 3 n’a pas accès à de l’eau salubre. D’ici à 2050, jusqu’à 5,7 milliards de personnes pourraient vivre dans des zones en pénurie d’eau au moins un mois par an. Au Cameroun en particulier, 9 millions de personnes n’ont pas accès à l’eau potable. L’eau y est inégalement répartie et distribuée sur les dix régions et la situation est davantage alarmante en zones rurales. Ainsi, selon l’ONG African Center for Advocacy (ACA), organisation à but non lucratif qui mobilise ses efforts pour assurer l’accès à l’eau et à l’assainissement pour tous, même si Yaoundé, la capitale politique du Cameroun, n’est pas épargnée, les régions du Grand Nord paient le plus lourd tribut avec 80% de la population n’ayant pas accès à cette ressource fondamentale. Ces carences et dysfonctionnements pourraient être expliqués entre autres par les retards dans la mise en œuvre des programmes de constructions des forages, la vétusté du réseau de distribution d’eau potable, les coupures intempestives ou encore la qualité approximative de l’eau fournie par la société en charge de la distribution de l’eau potable.

crédit photo : Desy Danga

D’après les experts, les changements climatiques, sont à l’origine des crises liées à l’eau que nous observons dans le monde entier. L’augmentation de la population mondiale, les crises politiques, les déplacements de populations, les besoins en matière agricole et industrielle accroissent également le besoin en eau. Cette situation expose les populations et particulièrement les enfants à de nombreuses maladies hydriques. D’ailleurs, la prévention et la lutte contre la pandémie de la COVID 19 nous rappellent combien l’accès à l’eau est crucial dans la construction d’une société durable.

Pour y faire face, les pouvoirs publics camerounais multiplient les efforts pour améliorer la desserte en eau potable. Dans le cadre du processus de décentralisation en cours, plusieurs projets visant à résorber le déficit actuel ont été lancés dans plusieurs villes du pays. Il s’agit entre autres de la réhabilitation des réseaux dans les villes de Yaoundé, Ngaoundéré et Bertoua, l’extension des stations de production d’eau potable ou encore l’’extension du réseau tertiaire et du nombre de branchements (3 000 branchements supplémentaires et 70 bornes fontaines), dans la ville de Ngaoundéré.

De même, la Stratégie Nationale de Développement 2030 du Cameroun décrit également les actions que le Gouvernement entend mener pour assurer un accès universel et équitable à l’eau potable à savoir (i) mettre en place un cadre favorable à l’installation des sociétés privées de production et de distribution d’eau potable au niveau communal, (ii) réviser la loi n°98/005 du 14 avril 1998 portant régime de l’eau ou encore  (iii) élaborer et mettre en place un plan de développement sectoriel à long terme et un programme d’investissement conséquent en appui aux collectivités territoriales décentralisées.

En tout état de cause, d’énormes efforts restent à faire, tant la situation est inquiétante. La problématique de l’accès à l’eau potable n’est pas la responsabilité du seul Gouvernement. Cette responsabilité nous incombe à toutes et à tous, en tant qu’individus et aussi en tant qu’organisations ou associations. Chaque action est importante. De la sensibilisation à l’appropriation, beaucoup reste encore à faire.

The Okwelians s’est résolument inscrit dans cette dynamique. Dans le cadre de la mise en œuvre de son programme « The Okwelians s’engage pour les villes » qui est un programme destiné à accompagner les villes camerounaises dans la mise en œuvre de politiques publiques au service d’un développement socioéconomique et environnemental durable, The Okwelians a défini trois axes stratégiques : la gouvernance urbaine, la définition et la promotion des villes durables, les actions sociales principalement axées sur l’éducation et la santé.

Ainsi, au mois d’Octobre dernier à Rey Bouba, divers dons en produits et matériels pour le nettoyage du château d’eau et l’assainissement de l’eau pour les 120 000 habitants que compte la Commune ont été effectués. Une goutte d’eau dans la mer. Mais, nous espérons également que les efforts en cours permettront sur le plan des politiques publiques une meilleure sensibilisation, appropriation et concertation autour des enjeux liés à l’eau afin que chaque citoyen devienne un acteur responsable, un gardien, un avocat de l’accès à leau potable pour toutes et tous.

Alors, et vous ? Dites-nous, que signifie l’eau pour vous et quels changements concernant l’eau apporteriez-vous – pour ne pas dire apportez-vous – dans votre région ?

Let’s Okwelian it !

Categories
Uncategorized

Africa as the theater of a new proximity war between Russia and the Western bloc? Part 2

Par Roger Motaze, Directeur Scientifique du LAB de The Okwelians

While the Cold War ended more than three decades ago, we are witnessing the resurgence of confrontation between East and West in a new theater, which is none other than Africa. At the expense of the people, it appears once again that geopolitical interests are taking precedence over the stability and development of Africa. We will illustrate our postulate in a series of various papers.

Mali and Niger II

On 18 August 2020, elements of the Malian armed forces unleashed a mutiny, which led to the fall of President Ibrahim Boubacar Keïta. The artisans of this coup were Colonels Malick Diaw and Sadio Camara, both trained at a military academy in Russia.[1]   They immediately set up the National Committee for the Salvation of the People (CNSP) to ensure the transition at the head of the country. President Keita’s term of office, which began in 2013 after a coup d’état in 2012 ousted Amadou Toumani Touré, coincided with the establishment of a French mission in Mali following Operation Serval and then Barkhane on the territory. Can we see in this strange coincidence, a pass of arms? That would be very hasty. Nevertheless, it seems obvious that Russia’s involvement seems certain, and that its influence exacerbates the historical partner. In response to this coup, the leader of the Western bloc, the United States, directly cut all military ties with the junta. It would seem that the relationship has become rather unfriendly and tumultuous between the Malian people and the French army, the reasons? They are surely multiple and diverse, ranging from the colonial past to Barkhane inefficiency, as Mali is still a victim of terrorist attacks, and jihadist groups are still swarming in the north of the country. In November 2019, demonstrators in Bamako urged Moscow to repel Islamist attacks in Mali as it did in Syria. Even the Malian opposition, like Umar Mariko, praised Russian arms and technical support. During the demonstrations in Bamako following the coup, demonstrators were seen waving Russian banners and holding up posters praising Russia for its “comradeship” with Mali.[2]   

Beyond the security and political aspects, the economic side naturally takes precedence in all cooperation.  On this aspect, it is important to note that the Russian nuclear energy giant Rosatom, which is in direct competition with its French counterpart Areva for contracts in the Sahel, could benefit from favorable relations with the new Malian political authorities.  Similarly, Nordgold, a gold company with investments in Guinea and Burkina Faso, could also expand its mining initiatives in Mali’s gold reserves.[3]   In January 2021, the CNSP is dissolved, leaving room for new elections to be held. The question on everyone’s mind is whether the next Malian authorities will continue to collaborate with Russia or return to the Western bloc, nothing is less certain. What is certain, however, is that the battle between the Russians and the French for control of influence in Mali is likely to continue.

Niger

In 2019, the Russian news agency “Sputnik” reported that Russia and Niger signed a contract for the delivery of 12 Mi-35 helicopters.[4]   This information coincided with the Russian will to impose itself on the African continent. This former French colony, member of the G5 Sahel and part of the most dangerous land axis in Africa, that is to say, the area of the three borders, which the country completes with Burkina Faso and Mali, is constantly victim of terrorist groups that criss-cross this sector.  Concluding a military contract with Russia is synonymous with disavowal of the former metropolis. This country, which broke relations with the USSR after the fall of the Berlin Wall in 1991, has in fact always had a socialist influence, verifiable with the accession to power of President Mahamadou Issoufou, who was brought to power when he headed the PNDS-Tarayya (the Nigerian Party for Democracy and Socialism,) which is part of the socialist international. Following a protocol signed in October 2016 in Niamey, Niger and Russia decided to strengthen their cooperation in several sectors, including energy, mining, infrastructure and security.[5]  This agreement puts the previous ones in difficulty when the exploitation of resources was essentially done by France.  Exports to France of uranium from the Arlit mines, located in northern Niger, have for a long time constituted a significant part of the country’s foreign income.[6]   

In addition, in January 2009, the government of President Mamadou Tandja of Niger and the president of Areva’s board of directors signed a strategic mining agreement granting the French nuclear group an operating permit for the Imouraren deposit, presented by Areva as the most important uranium mine in all of Africa and the second largest in the world.[7]    In 2019, the two countries, through their Ministers of Foreign Affairs, decided to extend cooperation in the political, commercial, economic and humanitarian spheres. This political cooperation has enabled Niger to gain immeasurable support from Russia in multilateral organizations, as well as for its election as a non-permanent member of the United Nations Security Council in fiscal year 2020-20201.  This is to say that the battle continues to rage between the two blocs.

Work Cited

  1. “Was Russia behind the coup in Mali?”, DW,  June 26, 2020.
  2. “Areva, maître de la plus grande mine d’uranium d’Afrique”,Site du collectif “Areva ne fera pas la loi au Niger”, September 1st, 2009.
  3. Ramani, Samuel. “Why Russia is a Geopolitical Winner in Mali’s Coup”, Foreign Policy Research Institute, September 16th, 2020.




[1] “Was Russia behind the coup in Mali?”, DW,  June 26, 2020.

[2] Samuel Ramani, “Why Russia is a Geopolitical Winner in Mali’s Coup”, Foreign Policy Research Institute, September 16th, 2020.

[3] Idem

[4] Idem

[5] “Areva, maître de la plus grande mine d’uranium d’Afrique”,Site du collectif “Areva ne fera pas la loi au Niger”, September 1st, 2009.

[6] Idem

[7] Mona Saanouni, “Le Niger achète 12 hélicoptères de combat russes”, Anadolu Agency,| October 23rd, 2019.

Subscribe to the newsletter for more information