Catégories
The Rebuntu House

MALIAN CRISIS EXPLAINED

Forghab Prince Donald
B.A Peace and Development studies-Protestant University of Central Africa, Global Shaper at Yaoundé Hub(World Economic Forum)
Global Peace Ambassador (Global peace Chain)
Freelance consultant

From January to April 2012 Mali underwent the fourth Tuareg uprising of post-colonial history, an islamist takeover of all the northern cities and an improvised military coup, with the very first occurring between 1962-1964 barely two years after independence, 1990-1996 the appearance of the second Tuareg Rebellion, 2006-2007 breaking out of the third Tuareg rebellion, and the most famous sewing its seeds on January 2012. This Tuareg takeover was divided into factions and objectives, relatively organized and better united than previous rebellions.

The most notorious of these factions were that of the National Movement of the Liberation of Azawad (MLNA) formed in October of 2011, is primarily fighting for the rights of Mali’s minority Tuareg community, usually left out in development programs. Ansar al-Dine which means “Defenders of Faith” an Islamic Group, accused by the Malian Government of having links with Al-Qaeda of the Islamic Maghreb, aims at imposing Sharia law across Mali and the Movement for Oneness and the Jihad in West Africa (MUJAO), says its aim is to spread Islamic law, as well as to liberate Malians from French colonial rule Lastly Al-Qaeda of the Islamic Maghreb has since evolved to take on a more international islamist agenda- political islamism; just to name a few (BBC news on Malian crisis: Key players, march 12 2013).

 The country was once considered by many international observers such the United States as the poster child for democracy in Africa, for its ability to hold fair and transparent elections for two decades (House Hearing, 112 Congress. From the U.S Government publishing House). In their view and that of many, President Amadou Toumani Toure appeared to shoulder the prime responsibility for the 2012 crisis, causing a long standing distrust between different ethnic communities and contributing largely for the economic frustration and political resentment (Grégory Chauzal and Thibault van Damme- CRU report March 2015). With over five rebel groups, government and foreign nations fighting for either the restoration of peace or the political control of the country and its vast mineral reservoirs, including but not limited to the Al-Qaeda of the Islamic Maghreb, Mujao, and nations like France and Algeria, whose fighting is primarily in the center and north of the country, with principal regions such as the Kidal, Gao, Timbuktu just to name a few.

While it is without doubt accurate to say that the former leader of Mali contributed in large part to the political degradation and worsening security conditions of the country, the root causes of this geopolitical conflict are to be found elsewhere, predating Amadou Toumani Toure Presidency. When Mali gained independence from France in 1960, the newly formed government had to assert its authority on the very vast territorial Mali, including desert regions of the North were its authority was directly challenged by Tuareg and Arab communities. This task wasn’t any easy with deep resentment from malian state officials with regards to their northern counterparts which they regarded as the prominent obstacle to National unity (Grégory Chauzal and Thibault van Damme- CRU report March 2015), thus pushing southern elites to focus on the useful south while marginalizing the north of the country and imposing military rule on those regions. These eventualities therefore led to a distrust causing four Tuareg and Arab uprisings following independence in 1963, 1991, 2006 and eventually 2012. Nevertheless, the geopolitical dimension of this 50 year’s conflict should not be left out.

The Northern Regions of Mali in general and of Kidal in particular is largely convened by the belligerents, not just because of the political inequalities or wrongs existing there which they aim to correct, but also due to the urge of controlling its rich soil in gold, diamond, uranium and cobalt, all being strategic Mineral resources. The spread of Political Islamism in the Sahel region perpetrated by Al-Qaeda of the Islamic Maghreb should not be put aside as well.

The main and direct actors of this conflict such as France with over 5000 soldiers involved in the conflict since 2013, firstly, with operation Serval and later as from 2014 with operation Barkhane, an intervention supposed to last a few weeks is now termed by many as the unending French War. All these, have given a complex nature to the crisis in Mali, leading to what Samir Amin termed “Les guerres du Sahelistan” in his article France-Mali: Enjeux et limites in (Magazine Jeunes Afrique- page 18, 2013), were he poses numerous questions for reflections. Should we be alright with an ex colonial power intervening in a sovereign country attacked by Islamist? Is the sahelian war, a project or a service of whose interest? And one then poses himself the question, French intervention and then what? Although French intervention is backed up with the call for help by the president by interim at the time Dioncounda Troare and supported by Ibrahim Ag Mohamed Assaleh leader of the MNLA who promised to help French soldiers in their fight against Islamic groups (Michel Galy in: Le dilemma touareg– Afrique Jeune February 2013). One is however, still faced in a dilemma; did the French intervention and UN peacekeeping mission do more harm or more good?

Nevertheless, inclusive peace talks and agreements have been attempted with the most recent being in 2015. However, the situation remains challenging because the Tuareg, Arab, Songhay or Fulani northern people all got different political agendas, on the one hand, and foreign nations and institutions involved in the conflict apparently haven’t achieved their goals, most probably, that of: restoring occupied regions to the Government, ensure a peace making process with all belligerents to ensure that such rebellion doesn’t recur, or most probably to ensure that the over 275,000 Malian refugees (UNHCR report on refugee situation from Mali – 2019) return home safe and sound. But is that all?

So what perspectives do we propose? To redeem to this problem, one could believe that the withdrawal of foreign belligerents will go a long way to restore peace in Mali, because one fervently advocates and condemns all principles of intervention in countries of the global south, due to its characteristic of appearing as a form of control and domination through capital, ensuring the continuity of center and periphery dominating the international chessboard.

Nonetheless, geopolitical conflict usually doesn’t function that way, and such proposal cannot be taken into consideration. Mali will have to sign strategic partnerships albeit with emerging countries, to help with the security in the Sahara and its opportunity cost. That is to say, countries, movements or institutions which are threats to the security of Mali, will have to be put under the omnipresent surveillance of other nations which have a relatively greater influence on the international scene, and answers best to the needs of the malian central government. A very similar observation could be done with the Central African Republic, who after suffering from unfair treatment from its international allies, during the bloody crisis opposition the Seleka and anti-balaka, requested the help of Russia who has a more powerful military might than those principally engaged in the said crisis. Although this solution is not a 100% gain for african states, it is however a first step towards reducing exploitation, eradicating colonialism and working itself towards a position or an Africa which is influential internationally. Faustin-Archange Touadera president of the Central African Republic will surely agree that such a strategy permits one to move towards a win-win approach.

Secondly, Mali in particular and Africa in general will have to lead a join fight for a true unity and collaboration. The ideological corpus of Consciencism of Kwame Nkrumah and his vivid call in the 1960s for Africa to unite will permit to create a continent which is both politically and economically strong. The urgent call for a United States of Africa so much propagated by Muammar Khadafi will grant Africa the opportunity through its combined economies to be the fifth economy in the world as calculated by Jean Emmanuel Pondi.

What does this mean? Africa will have a stronger political and judiciary system which will make it difficult for factions to emerge, secession wars and most importantly, tough for foreign intervention. A stronger bloc and positive unity will mean that, Africa will become the largest country in the world, thus increasing its international influence on decision making in all political and economic instances. Although such a dream is far to attain, it goes without doubt that, through the multiply efforts brought about such as: the African union (AU), the Africa free continental trade area (AfCFTA), the African International Monetary Fund (AIMF) in progress, a African Central Bank (ACB), and eventually the United States of Africa (USA), we are moving towards such an eventuality where neo-colonialism will be abolished and balance of power installed. Is the problem of Africa a mutation in the nature of conflicts or a problem of neo-colonialism and Imperialism?

Catégories
The Rebuntu House

« FAIRE TAIRE LES ARMES EN AFRIQUE » AU DELÀ DE L’HORIZON 2020 : DU VŒU A L’ACTION

Gabrielle ANDELA KELLE

Co-Directrice du LaB de The Okwelians

A l’occasion de la célébration du cinquantième anniversaire de l’Organisation de l’Unité Africaine/Union Africaine (UA), qui a été créée le 25 mai 1963, les Chefs d’Etat et de Gouvernement du continent dans une Déclaration solennelle se sont engagés à faire de l’Afrique, une zone sans conflits armés en 2020[1].  Ils ont ainsi adopté le projet « Faire taire les armes à feu en Afrique d’ici 2020 ». L’initiative visait à parvenir à la paix, mettre fin aux conflits armés, aux extrémismes et à la criminalité, pour permettre le développement en Afrique.

Pour l’atteinte de sa vision, l’UA a listé des étapes à suivre pour mener à bien son objectif dans la Feuille de route de Lusaka adoptée en 2016. Elle énumère les défis politiques, économiques, environnementaux et juridiques que devait relever le continent dans la quête de cet idéal de paix.

A l’heure de l’évaluation, force est de constater que cette quête d’une Afrique sans conflit armé est encore loin d’être atteinte. Les foyers et les sources de tension pullulent sur le continent. A ce stade, l’action du Conseil de Paix et de Sécurité (CPS) est vivement questionnée, près  d’une double décennie de sa mise en place[2], et plus de quinze ans de l’entrée effective en activité[3] de cette initiative collective dans le domaine du maintien de la paix et de la sécurité à l’échelle continentale.

Le CPS face à une situation de crise ou de conflit armé déploie toute la panoplie d’activités diplomatiques pour empêcher qu’elle ne dégénère, allant de la diplomatie préventive à la médiation et aux bons offices. Sur la base des informations reçues du Système continental d’alerte rapide (SCAR) et du Groupe des Sages, le CPS procède, de manière semestrielle, à l’examen périodique de l’état de la paix et de la sécurité sur le continent. A l’issue de chaque examen périodique, il établit un Rapport sur « ses activités et l’état de la paix et de la sécurité en Afrique ». Une autre institution de la diplomatie préventive est retrouvée dans les missions d’évaluation du CPS dans les pays en contexte de processus de paix.

En pratique, le CPS a davantage fait usage de la médiation que des autres procédés diplomatiques dans les différentes situations africaines de crise et de conflit ; cette médiation se matérialisant dans la création de « Groupe Ad hoc de Haut niveau » pour la majorité des situations de crise et de conflit examinées.

Cependant, il arrive que l’action diplomatique du CPS ne parvienne pas à ramener la paix et la sécurité entre les Etats ou en leur sein. Dans ce cas, les différentes mesures coercitives viennent soutenir les efforts diplomatiques. L’action coercitive du CPS est double. Il peut s’agir soit de sanctions de régimes, soit d’opérations de soutien à la paix.

Par ailleurs, le CPS est doté de moyens d’action considérables pour assurer sa mission : un Groupe des Sages, un système continental d’alerte rapide, une Force africaine repositionnée et un Fonds spécial. De tous ces moyens, seul le Groupe des Sages semble ne rencontrer aucune difficulté majeure à son bon fonctionnement. Le Fonds pour la paix n’a été créé qu’en 2020.

Toutefois, en réalité la structuration de l’action du CPS révèle un potentiel qui augure de capacités indispensables au service de la paix et de la sécurité en Afrique, mais ce potentiel est desservi par des moyens insuffisants et un environnement global défavorable. Dès lors, le défi d’une meilleure efficacité de l’action du CPS prescrit un double mouvement : l’autonomisation de l’organe et le renforcement d’activités en faveur de la consolidation de l’Etat de droit sur le continent.

Ainsi, pour une plus grande efficacité de l’Union Africaine, il faudrait une réelle séparation des pouvoirs et une indépendance dans l’exercice des fonctions entre les organes de l’UA, en particulier entre le CPS et la Conférence dans le domaine de la paix et de la sécurité. En outre, Il devient urgent pour le CPS, et plus largement pour l’UA, de développer des sources de financement alternatives, mais surtout pérennes, notamment une participation véritable au Fonds de la paix, l’implication des institutions financières africaines dans le financement de la paix et de la sécurité sur le continent, ou encore la mise en œuvre effective du Fonds d’Intégration Africaine (FIA), destiné au financement du Programme Minimum d’Intégration (PMI)  de l’UA dont l’un des objectifs est de « prévenir, résoudre les conflits »  ainsi que le « développement post-conflit ».

La visibilité et la crédibilité de l’action du CPS dans le maintien de la paix et de la sécurité sur le continent africain est aussi tributaire d’une plus grande implication des Etats africains. Les Etats africains devraient être solidaires et confiants dans leur capacité à créer un environnement stable sur le continent. Une autre matérialisation d’une plus grande implication des Etats africains serait la mise en place effective des composantes de l’Architecture de Paix et de Sécurité Africaine (APSA). Mais surtout, l’efficacité de l’action du CPS passe par la consolidation de l’Etat de droit en Afrique. Dans le droit de l’UA, la perception de l’Etat de droit fait référence au triptyque : droits de la personne, démocratie et bonne gouvernance.

Afin de promouvoir la bonne gouvernance, les dirigeants africains ont créé le Mécanisme africain d’évaluation entre Pairs (MAEP). Il a pour but d’encourager l’adoption de politiques, normes et pratiques en vue de promouvoir la stabilité politique. Le mandat du MAEP consiste à s’assurer que les politiques et pratiques des Etats parties sont conformes aux valeurs convenues dans le domaine de la gouvernance politique et économique. C’est un instrument d’auto-évaluation auquel adhèrent librement et volontairement les Etats-membres de l’UA à travers la ratification de son Protocole d’Accord. Le MAEP compte actuellement 41 Etats-membres. Cependant, un nombre encore peu satisfaisant d’Etats a achevé son auto-évaluation et a été examiné par le Forum des Chefs d’Etat et de Gouvernement.

Or, l’un des principaux intérêts du processus du MAEP est le Plan d’Action National (PAN). C’est le document central à travers lequel les standards de gouvernance devraient être effectivement mis en œuvre pour combler les lacunes identifiées dans le rapport d’examen des pays. A titre d’illustration, les cas du Kenya et de l’Afrique du Sud ont démontré que le suivi/évaluation de la mise en œuvre des PAN est important. Les deux pays ont chacun été confrontés à des conflits armés qui avaient été prédits par leurs rapports d’évaluation respectifs (dans le cas du Kenya, la crise électorale en 2008, et en Afrique du Sud, une série d’attaques de nationaux contre les ressortissants de pays étrangers africains).

Le CPS devrait intensifier le partenariat stratégique avec le MAEP, et plus généralement avec l’Architecture Africaine de Gouvernance (AAG), pour la réalisation de sa mission de paix sur le continent par le biais de l’apprivoisement de la bonne gouvernance. Ce partenariat serait l’occasion d’inviter les Etats non encore membres du MAEP à y adhérer, mais également et surtout d’encourager tous les Etats africains à procéder à l’évaluation périodique et à mettre en application les PAN conçus au terme de cette évaluation.

L’évaluation des Etats par le MAEP permettrait ainsi de déceler des frustrations au sein des populations et de prévenir des crises ou conflits à travers la mise en œuvre des PAN. C’est dans ce sens que le Docteur Yves Alexandre CHOUALA envisage la création des sociétés sûres comme une perspective pratique d’une consolidation structurelle de la paix et de la sécurité collective en Afrique : « La création des sociétés sûres est la manière idoine de construction d’une paix durable. […] Il s’agit de façon lapidaire d’éradiquer la pauvreté, […], de construire l’équité et la justice, la santé pour tous, de diffuser les connaissances et de construire des sociétés de vie aux dépens des sociétés de la mort »[4]. La détérioration des conditions de vie des populations africaines constitue donc encore l’un des principaux obstacles à la fin des conflits armés, des extrémismes et de la criminalité et l’une des plus dangereuses menaces à la paix, la sécurité et la stabilité du continent.


[1] Déclaration Solennelle sur le Cinquantième Anniversaire de l’OUA/UA, adoptée par la Vingt et unième session ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union Africaine, Addis-Abeba, 26 mai 2013, paragraphe E, P.6

[2] Le Protocole relatif à la création du Conseil de Paix et de Sécurité de l’Union Africaine a été adopté le 09 juillet 2002 à Durban (Afrique du Sud) au cours de la première session ordinaire de la Conférence de l’Union. Il est entré en vigueur le 26 décembre 2003.

[3] La première réunion ministérielle du CPS a été convoquée le 14 mars 2004 à l’occasion de la quatrième session ordinaire du Conseil exécutif de l’Union. Lire notamment LECOUTRE (D.) « Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine, clef d’une nouvelle architecture de stabilité en Afrique ? » in Afrique Contemporaine n°212, 2004, pp. 131-162.

[4] CHOUALA (Y-A.), « Puissance, résolution des conflits et sécurité collective à l’ère de l’Union africaine. Théorie et pratique » in Annuaire Français des Relations Internationales, Bruxelles, Bruylant, 2005 Vol. VI, p.303 et s.

Catégories
The Rebuntu House

Célébrons la femme, célébrons notre humanité !

Par Asmaou Karim, Vice-Présidente de The Okwelians

8 mars 2021. Pas de revendications aujourd’hui, juste de la gratitude pour le chemin parcouru depuis que cette journée a été déclarée Journée Internationale des Droits des Femmes en 1910, gratitude pour le travail abattu pour être là où nous en sommes aujourd’hui.

Des avancées significatives sont à noter particulièrement au Cameroun. En effet, le Bureau Central de Recensement et d’Etude de la Population (BUCREP), en collaboration avec United Nations WOMEN, a fait état des progrès du Cameroun 25 ans après la Conférence mondiale de Beijing sur les femmes. Il en ressort quelques tendances. Sur la représentativité des femmes en politique, la proportion des femmes députés est passée de 13% à 31 % ; au niveau de l’exécutif communal, nous avons progressé de 8 % à 31 %. Sur l’amélioration de la situation économique des femmes, il convient de noter une croissance régulière des femmes travailleuses salariées de 6 % à 14 %. La proportion des femmes chefs d’entreprise a évolué de 32% à 42 %.

Bien entendu, beaucoup reste à faire mais nous y arriverons. Ensemble, nous arriverons à réduire les inégalités entres les hommes et les femmes. Ensemble, nous arriverons à faire tomber les barrières internes et externes qui nous enferment. Ensemble, nous arriverons à nous imposer encore plus dans toutes les strates de la société, à faire preuve d’une ambition encore plus grande dans tous les domaines, à être plus confiantes car, une femme confiante est forte, capable de prendre place à la table des décisions et d’être une source d’inspiration pour ses consœurs ; en bref de rêver à l’impossible possible.

Pour l’atteinte de cette ambition, il est bien entendu nécessaire que les hommes soutiennent les femmes. En la matière, le livre écrit par Sheryl Sandberg « En avant toutes » que j’ai pris plaisir à lire, s’adresse à toutes les femmes qui souhaitent accroître leurs chances de parvenir au plus haut niveau quel que soit le domaine d’activités, ou atteindre un but quel qu’il soit. Mais il convient aussi à tous les hommes désireux de comprendre ce qu’une femme doit affronter et de remplir sa part du contrat en vue de bâtir un monde plus juste. Pour cela, Sheryl Sandberg rappelle que « il est nécessaire qu’un nombre plus conséquent d’hommes prennent place à table … à la table de la cuisine. ». Rien ne changera à l’extérieur si cela ne change pas à l’intérieur, dans nos foyers/maisons. Chers Messieurs, nous adorons faire la cuisine pour vous. Mais, avec vous, c’est encore mieux !

Par ailleurs, dans cette quête pour la réduction des inégalités hommes-femmes, il est encore plus primordial et indispensable que les femmes soutiennent les femmes. Nous devons joindre nos efforts, car nous représentons la moitié de la population mondiale et notre pouvoir est réel. Nous devons nous unir pour atteindre cet idéal dont nous rêvons toutes.

Plus il y aura des femmes qui s’entraideront, plus rapidement cette noble cause avancera. Plus il y aura de femmes au sommet, plus nous agirons en faveur de nos consœurs. Aidons-nous les unes les autres à prendre pleinement conscience de nos droits, à développer et à améliorer nos compétences, à avoir accès aux ressources et à les partager, à passer outre nos différends et à rester concentrées sur notre objectif commun, à participer aux prises de décision bref à construire un monde plus juste, plus inclusif et plus harmonieux.

La thématique de cette année « Leadership féminin : pour un futur égalitaire dans le monde de la Covid-19 » nous invite à rendre hommage aux efforts déployés par les femmes non seulement pour faire face à la pandémie de la Covid-19 mais aussi et surtout pour dessiner par leurs actions les contours d’un nouveau monde post Covid19. C’est pourquoi aujourd’hui, nous célébrons le courage, l’esprit d’équipe, la résilience, la bonté : en somme, notre humanité !

Incommensurable remerciements à toutes celles et tous ceux, femmes et hommes, qui sont des acteurs/rices vivant.e.s de cette quête d’humanité pour tou.te.s

Catégories
The Rebuntu House

Art, Culture et Patrimoine: leviers pour construire l’Afrique que nous voulons

Au cours de la 34ème session ordinaire de l’Union Africaine, la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement a procédé au lancement du thème pour l’année 2021 « Arts, Culture et Patrimoine: Leviers pour construire l’Afrique que nous voulons ».Ce thème servira d’orientation à toutes les activités que l’Organisation panafricaine et ses organes mèneront sur le Continent. Afin de s’inscrire dans cette perspective, The Okwelians met à l’honneur des toiles de Fred Ebami, un des rares artistes pop art d’origine africaine répertoriés dans le monde,

POWER:
Des supers héros de chair et de sang, mais dotés de superpouvoirs, ceux de croire en notre superbe, YES WE CAN
MAMA MAKOSSA
our traditions, our rythmes… Our strength, our stories… Our success Traditions et modernités.. This is us
WAKANDA MYRIAM
 Tradition et modernité… L’héritage, le lien avec les anciens pour réussir notre futur,
ceux avant nous ont rêvé notre présent à nous maintenant de le transmettre à la new generation

Catégories
The Rebuntu House

« La santé mentale reste taboue dans l’agenda du développement humain en Afrique »

Marie-Alix de Putter

Carl Manlan

Marie-Alix de Putter et Carl Manlan plaident pour une mobilisation générale des secteurs public et privé du continent afin de sortir du déni.

Article Publié le 06 octobre 2020 à 19h00 – Mis à jour le 07 octobre 2020 à 09h28 sur le https://www.lemonde.fr/afrique/

Tribune. Il y a urgence à repenser l’accès aux soins de santé, en particulier de santé mentale. La pandémie du coronavirus a renforcé l’isolement de certains et exposé d’autres à des violences verbales ou corporelles. Ces traumatismes sont des indicateurs que nous ne pouvons pas négliger. D’après l’Organisation mondiale de la santé (OMS), une personne sur quatre environ sera concernée au cours de sa vie par un trouble psychologique.

Le continent africain ne fait pas exception : 10 % de sa population serait aujourd’hui affectée par un trouble mental. La prévalence est plus élevée encore dans les zones de conflit : une personne sur cinq y vit avec des troubles mentaux tels que la dépression, l’anxiété, l’état de stress post-traumatique, les troubles bipolaires ou encore la schizophrénie.

Cependant, dans l’agenda du développement humain en Afrique, le sujet reste tabou : moins de 10 % de la population a accès à des soins de santé mentale. Un problème amplifié par le manque de ressources humaines adéquates. Pour rappel, la majorité des pays africains comptent un psychiatre pour 500 000 habitants, au lieu d’un psychiatre pour 5 000 personnes conformément aux recommandations de l’OMS.

Selon l’institution, la plupart des pays à revenu faible ou intermédiaire consacrent moins de 1 % de leur budget de santé au traitement des troubles mentaux. Or toute maladie non traitée à un coût pour les individus et pour l’économie. Dans un rapport de 2012 sur le fardeau économique de la maladie mentale, l’OMS a ainsi noté que ces pathologies et les troubles du comportement représentent 26 % du temps perdu au travail dans le monde, plus que tout autre type de maladie.

Société plus respectueuse et attentive

Il est à noter que la moitié des problèmes de santé mentale commence avant l’âge de 14 ans, mais la plupart des cas ne sont ni détectés ni traités. Aujourd’hui, près de 90 % des adolescents du monde vivent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire et plus de 90 % des suicides d’adolescents se produisent dans ces pays.

D’après les estimations de l’OMS de 2012, le taux de suicide en Afrique était proche de la moyenne mondiale : 11,4 pour 100 000 habitants. Soit tout de même une augmentation de 38 % par rapport à l’an 2000. Les facteurs de risque sont multiples : consommation nocive d’alcool, maltraitance durant l’enfance, stigmatisation à l’encontre des personnes qui cherchent de l’aide, obstacles à l’accès aux soins. La stigmatisation, le rejet, le manque d’accès aux soins et, encore trop souvent, les maltraitances physiques et psychologiques restent le lot quotidien des patients dans de nombreux pays africains.

La maladie mentale affecte non seulement les personnes et leurs familles, mais également des communautés et des économies entières. Au regard des coûts considérables qu’elle engendre, elle devrait recevoir toute l’attention et les ressources de la part non seulement des gouvernements, des citoyens africains, de sa diaspora, des organisations internationales, mais aussi de l’ensemble des décideurs du secteur privé et de la société civile.

Se soucier de santé mentale n’est pas un luxe, mais un droit humain quelle que soit notre contribution à la société. Il est temps de changer la façon dont les personnes – y compris elles-mêmes – pensent et parlent de ces sujets. La pandémie de nouveau coronavirus génère des inquiétudes multiples. Pour autant, cette crise sanitaire pourrait également être vecteur d’opportunités, notamment pour faire évoluer les mentalités. Il est temps de faire de la santé mentale un enjeu social en Afrique et d’agir concrètement pour une société plus respectueuse et attentive.

Une réponse efficace et durable exige une volonté politique, des investissements publics et privés, une coordination entre les secteurs de la santé, des finances, des services sociaux et de l’éducation. Mais aussi l’implication de la société civile et des entrepreneuses et entrepreneurs sociaux qui sensibilisent, mettent en œuvre des stratégies de promotion et de prévention dans ce domaine et organisent des activités qui contribuent à renforcer la capacité de patients à traverser un événement difficile. La santé mentale nous rassemble plus qu’elle nous divise.

Marie-Alix de Putter est consultante en stratégie française d’origine camerounaise. Elle est autrice d’Aime, ma fille, aime !, aux éditions Ampelos, coll. « Témoigner », paru en 2019.

Carl Manlan est un économiste ivoirien. Il est directeur des opérations de la Fondation Ecobank.

Marie-Alix de Putter et Carl Manlan

Catégories
The Rebuntu House

A DILEMMA FOR THE WISEST OF KINGS IN KAMERUN

Venant Mohamed POUEMI: Currently Director at McCann Erickson Douala, Venant Mohamed Pouemi is a founding member of the « SOUL NJANGUI » collective, which is interested in the role of creativity in the sustainable development of African societies. Venant Mohamed is also a member of the Think-do-tank The Okwelians founded in Cameroon in 2020 and the Cameroon Marketing Association. 

In this creative narrative, Venant Mohamed Pouemi inspires himself from the myth of King Souleyman / Solomon to reveal the ethical deficiency that fuels the war in the English-speaking regions of Cameroon.

One day, exhausted by years of disputes and war between some of their fathers; blood brothers who had become rival chiefs because of their thirst for power, the people of Kamerun directed their tears and prayers towards the « chariot of the gods »3, shouting « Anti Zamba, O Allah, O Nyambe, O NSi4, we implore you by all your names from Campo to Kousseri, and from Batouri to Bakassi5. We have been suffering for too long, so send us the wisest of men to help us judge this case and stop this murderous war”.

Suddenly, the ground began to tremble and the sun’s rays illuminated the dark cloud that usually covers the Buea Mountain. As in Maroua’s fantasia, majestic horsemen rode down the slope with

dance groups singing, « Welcome Souleymane, Welcome Souleymane, God sends back to you the wisest king and the most clairvoyant of prophets.” Souleymane then descended from his magnificent chariot carved in bronze and gold in the manner of Foumban and at the foot of the chariot of God, he gathered the rival parties.

First of all he asked them: « Why do you fight one another »?

The eldest replied: « It was the younger one who started it, he violated the 1972 agreement ».

The younger one answered: « It was the older one who started by violating the agreements since 1961 ».

Souleymane interrupted them by saying, « What is most important for you? What has happened which cannot be changed, or what will happen in the future? » They both replied: « The Future ». Souleymane rejoiced, saying, « By the most Merciful, I have already had the opportunity to judge such a matter between two mothers. Bring me the symbol of that future. Bring me the last born of this country. The one that has just been born by a sister of the both of you; little Ngarbuh Kumba, your maternal nephew, the womb of your womb, the blood of your blood.

When the child was summoned, the wisest of kings entrusted him to a recognized warrior of the land, « I am only a judge, I need your strength. Draw your sword and hang it like a guillotine over this child’s body, for the response of both parties will determine what happens next. »

Souleyman turned to the rival chiefs and said, « The God of your ancestors has given me only one question to settle your differences.  Think carefully, for the guard is ready to do your bidding. As is often the case in life, you have only two options. Now here is my question: WILL YOU PREFER TO PROVE THAT EACH OF YOU IS RIGHT OR WILL YOU PREFERE TO SAVE THE CHILD? »

Without hesitation the two uncles of the infant answered in unison: « O Solomon, I am right ».  They had not finished pronouncing their shameful decision when the sword of the guard fell on the infant. The Blood of Ngarbu6 squirted from Muyuka to Kumba. Under the cries of women, the ground trembled and the sun hid.

White with anger, Souleyman left on his chariot crying: « Anti Zamba who are these unworthy chiefs who sacrifice their children for glory and money, O Lord, who are these soulless warriors who follow abominable orders without thinking. O Nyambe, you did not tell me that I should judge demons and not men. »

This story depicts the terrible crisis Kamerun is currently experiencing. Everywhere in the media, in debates and in forums, the children of Kamerun fight violently for the pleasure of being right. And unfortunately since 2016, in the English-speaking regions, the war of words has admitted the war of blood.

To get out of the darkness that envelops us a little more each day, it is imperative for each and every Cameroonian to contain this selfish trend that pushes us to absolutely seek dominion, for the benefit of an altruistic attitude that invites us to be good to the community.

1Souleyman: name of King Solomon in the Koran; Kamerun : name of Cameroon during the German colonization before the division of the country between France and Great Britain.

2NOSO:  Expression referring to the Northwest and Southwest regions at war since 2016.

3Chariot of the gods : Name of Mount Cameroon attributed by explorers of the Middle Ages

4Zamba, Allah, Nyambe, NSi : Names of God in different Cameroonian languages

5 Campo to Kousseri, and from Batouri to Bakassi : cities respectively located on the southern, northern, eastern and western borders of Cameroon.

6 Ngarbu, Muyuka, Kumba : towns in Kamerun affected by killings of women and children in 2020

Catégories
The Rebuntu House

The Okwelians au Forum de Paris sur la Paix 2020

Par Gabrielle Andela Kelle (Co-Directice de The LaB’)

Du 11 au 13 novembre 2020, The Okwelians prendra part aux travaux de la troisième édition du Forum de Paris sur la Paix, sous le format numérique.

        Le Forum de Paris, acteur et plateforme pour l’avancement des solutions de gouvernance mondiale, a été créé en 2018 par la République Française (représentée par le Ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères), l’Institut d’Etudes Politiques de Paris (Sciences Po), l’Institut Français des Relations Internationales (IFRI), l’Institut Montaigne, la Körber-Stiftung, la Fondation Mo Ibrahim rejoints en 2019 par les Think Tanks respectivement mexicain et indien México Evalua et Research and Information System for Developing Countries (RIS). Il réunit l’ensemble des acteurs de la gouvernance mondiale : Chefs d’Etat et de Gouvernement, Représentants locaux et nationaux, Représentants d’Organisations régionales et internationales, Acteurs de la Société civile (ONG, Représentants relgieux, Experts, Médias, Think Tanks, Entreprises, Fondations, Philanthropes, Sociétés privées etc).

        L’objectif du forum est de discuter des principaux défis mondiaux qui attisent ou engendrent des conflits, afin d’apporter et/ou de faire avancer des solutions innovantes et concrètes. Au-delà des discussions de très haut niveau, le Forum de Paris sur la Paix met en avant plus de 100 projets du monde entier, qui appliquent des solutions spécifiques à des défis de la gouvernance mondiale, dont les dix plus prometteurs recevront un appui et un accompagnement annuel pour leurs activités de plaidoyer, de communication et de développement organisationnel.

        Le Forum de Paris sur la Paix est structuré autour de trois espaces complémentaires qui en font plus qu’une conférence, à savoir :

  • l’espace des débats ;
  • l’espace des solutions ;
  • l’espace des innovations.

        L’Initiative de Paris sur la Paix est née du constat que les problèmes mondiaux sans solutions coopératives mènent aux conflits, que le monde n’évolue pas dans la bonne direction et que cette situation n’est pas porteuse de paix. Elle est aujourd’hui le rendez-vous annuel des projets, d’idées et de solutions concrètes en matière de gouvernance mondiale autour de six thématiques majeures : paix et sécurité ; développement ; environnement ; nouvelles technologies ; économie inclusive ; et culture et éducation.

        Pour l’année 2020, année marquée par une crise sanitaire aux conséquences dramatiques, qui n’a épargné aucun pays et qui appelle à des solutions collectives, les travaux de la 3ème édition du Forum de Paris sur la paix sont consacrés aux projets et aux initiatives du monde entier visant à apporter des réponses immédiates à la crise provoquée par la COVID, à améliorer notre résilience sur le moyen terme, et à reconstruire un monde plus durable. Il sera principalement question de « rebondir vers un monde meilleur ». Cette 3ème édition comportera, outre les traditionnelles séquences des Assises, le volet « Entreprises », élément inédit axé sur le secteur privé qui donnera l’opportunité aux chefs d’entreprises de haut niveau de se prononcer sur la thématique centrale.

        Ainsi, les priorités de la 3ème édition du Forum de Paris sur la paix porteront sur :

  • améliorer la gouvernance mondiale de la santé, avec comme objectif d’augmenter la coordination entre les acteurs, de lancer des initiatives, de renforcer les mécanismes d’alerte et de préparation, et de dynamiser les systèmes de santé locaux dans les pays en développement ;
  • repenser et verdir le capitalisme : au-delà des mesures d’urgence nécessaires – y compris pour les pays en développement – la relance de l’activité économique passe par la construction d’économies plus inclusives, et des systèmes de production durables, respectueux de l’environnement ;
  • faire des big data et des médias sociaux des solutions, pas des menaces : les cyber-solutions, plus que nécessaires et indispensables en tant de COVID19, ne devraient pas mettre en péril la vie privée et la liberté des individus.

        Sur ces questions, The Okwelians suggère les pistes de réflexion suivantes :

a.  Pour une meilleure gouvernance mondiale de la santé 

  • Renforcer la participation de la société civile dans la gouvernance de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) – femmes, jeunes, entreprises, syndicats, communautés religieuses – afin de créer un contrepoids aux logiques étatiques et/ou aux intérêts dominants (lobbying pharmaceutique, etc.) dans les prises de décision au sein de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) ;
  • Accorder un rôle plus prépondérant aux acteurs de la médecine préventive (y compris de la santé mentale) de la pharmacopée et de la médecine traditionnelle notamment afin de stimuler le financement de la recherche scientifique en la matière ;
  • Créer un corps international de la Paix chargé d’assurer entre autre des missions humanitaires et de relayer le personnel médical en tant que de besoin en cas de catastrophes et d’épidémies majeures dans certaines régions du monde.
  • Décentraliser l’analyse des données et la recherche en matière de santé publique afin de favoriser une meilleure prise en compte des spécificités territoriales dans la lutte contre les pandémies et/ou épidémies mondiales.

b. Pour un capitalisme plus équitable et écologique 

  • Multiplier les incitations fiscales pour encourager les banques à financer des projets durables et stimuler l’économie circulaire ;
  • Créer des incitations financières à destination des petits et moyens entrepreneurs qui utilisent des méthodes et facteurs de production qui tiennent compte de l’environnement. A ce titre, il pourrait être envisager d’ouvrir un nouveau cycle dans les Accords de l’OMC ;
  • Renforcer la prise en compte de la protection de l’environnement dans les stratégies de développement. A cet effet, créer un instrument mesurant l’empreinte carbone des stratégies d’industrialisation sur le court et le moyen termes ;
  • Encourager la promotion de pratiques, normes et standards plaçant la RSE au centre des outils, structures et procédures de gouvernance des entreprises ;
  • Renforcer la lutte contre les flux financiers illicites, notamment ceux issus de l’exploitation des ressources naturelles, afin d’accroitre les capacités locales de créer des programmes d’amortissement des risques écologiques :

c. Pour s’assurer que les données et les réseaux sociaux soient des solutions et pas des menaces 

  • Diminuer la fracture numérique pour faciliter l’accès au numérique aux populations enclavées par des incitations fiscales au GAFA actives dans la recherche de solutions
  • Faire de la protection des données personnelles une priorité en matière de sécurité internationale par le renforcement des sanctions en cas de violations
  • Contextualiser les usages des réseaux sociaux aux besoins des sociétés. Il s’agit de créer des solutions digitales adaptées aux besoins de la société : éducation, santé, bonnes pratiques agricoles, secteur public, etc ;
  • Mettre en place une nouvelle taxe sur les Entreprises promotrices des réseaux sociaux afin de financer des programmes de sensibilisation et de responsabilisation des internautes, notamment des plus jeunes et des plus fragiles.

        Le Forum de Paris sur la Paix offre, pour la troisième année consécutive, l’opportunité aux acteurs de la coopération internationale, aux plus importants, mais également aux plus engagés, de trouver des solutions concrètes aux énormes défis transnationaux, et à l’heure actuelle à ceux posés par la pandémie de la COVID19, et de reconstruire un monde meilleur, un monde durable./-

Catégories
The Rebuntu House

S’engager pour des villes camerounaises durables

Par Asmaou KARIM, Vice-Présidente de The Okwelians

L’UNESCO et la communauté internationale célèbrent tous les 31 octobre la Journée Mondiale de la Ville. Et, le thème de la célébration de cette année est « Meilleure ville, Meilleure vie, valoriser nos communautés et nos villes ». Ce thème est en parfaite harmonie avec l’engagement pris par The Okwelians, Think&Do Tank qui se veut être un laboratoire d’idées et de solutions innovantes au service du Cameroun d’abord, de l’Afrique et du Monde ensuite, et qui a officiellement lancé son Programme « The Okwelians s’engage pour les Villes » à Rey-Bouba du 12 au 17 octobre dernier.  

Comme le dit Stuart Avery Gold, écrivain et auteur à succès international, « pour changer l’avenir, il n’y a qu’à changer le présent. Et le vrai avenir commence par un engagement triomphal dans le présent ». L’engagement, notion riche, peut se traduire de tant de manières différentes. Mais pour nous, s’engager signifie consacrer son temps et son énergie pour contribuer à la recherche et à la mise en œuvre de solutions aux problèmes sociaux, politiques, économiques et humains de nos territoires par des actions concrètes et structurantes ; en somme, être des acteurs et non des spectateurs de la construction de notre « vivre ensemble ».

En effet, les villes camerounaises font face à de nombreux défis allant de la gestion d’une urbanisation incontrôlée, la mobilité, la qualité des services publics, l’insécurité ou encore la gestion des catastrophes. Les récents drames survenus à Douala ou encore à Maroua nous rappellent sans cesse la fragilité de nos villes. Dans le même temps, le dynamisme économique, le brassage culturel et la créativité artistique qui s’y rencontrent en font le théâtre central de la réinvention de notre société et un enjeu capital de la transformation de notre pays.

Ainsi, l’idée de s’engager pour les villes camerounaises traduit une ferme volonté d’accompagner les autorités locales qui en ont la responsabilité principale, dans la mise en œuvre de politiques publiques au service d’un développement socioéconomique et environnemental durable, pour le bien-être des populations. Et, cela rejoint en tous points les grandes orientations de la célébration annuelle de la Journée Mondiale de la Ville.

Il s’agit donc de s’engager auprès des élus locaux afin de :

  • Initier et contribuer efficacement au processus de développement local concerté. Prévue par la Constitution du 18 janvier 1996 et consacrée par la loi du 24 décembre 2019 portant Code Général des Collectivités Territoriales Décentralisées, la décentralisation, si elle est bien menée, sera un facteur de bonne gouvernance car améliorant l’efficacité de l’action publique, la promotion du développement local et la démocratisation de la vie publique. L’action de The Okwelians vise ainsi à la mise en place de plateformes de dialogue, notamment un cadre de concertation communale permettant une gouvernance locale participative ;
  • Réfléchir et proposer des solutions innovantes pour la promotion et le développement de la ville durable au Cameroun : la mondialisation ne saurait aboutir à une uniformisation. Définir un modèle de ville durable qui tienne compte de nos réalités et préserve notre identité reste une préoccupation majeure de nos gouvernants. The Okwelians s’engagera pour accompagner les villes camerounaises dans ce processus de réflexion et de maturation. Nation branding et city branding devront donc se côtoyer et se compléter sans se neutraliser.
  • Venir en aide aux populations particulièrement dans les domaines de l’éducation et de la culture. S’engager auprès de communes c’est aussi s’engager auprès des populations. Les actions de The Okwelians n’ont du sens que si elles contribuent véritablement à l’amélioration des conditions de vie des populations. Et, seules des actions y compris humanitaires permettent une telle immersion dans les réalités vécues par nos concitoyens, particulièrement dans les domaines prioritaires que sont l’éducation et la culture.

Fidèle à son approche data driven et au rôle important accordé à l’expérimentation dans la recherche de solutions innovantes, The Okwelians a choisi trois villes pilotes pour cette aventure, cette exploration des villes camerounaises :

  • Douala. Capitale économique du Cameroun, Douala est la ville la plus peuplée d’Afrique centrale et une ville cosmopolite sur le plan historique car accueillant de tous temps des peuples issus d’horizons divers ;
  • Foumban. Cité des arts, Foumban est réputée dans le monde entier pour la qualité de son artisanat. Foumban est l’un des plus anciens royaumes d’Afrique noire.
  • Rey Bouba. Temple du pouvoir coutumier, Rey Bouba est confrontée à des défis en matière d’accès à l’eau potable ou encore de sécurité alimentaire. La commune de Rey Bouba se situe au sein du Lamidat du même nom, la plus importante chefferie traditionnelle du Cameroun.

Ainsi, avec le soutien de partenaires et à travers diverses actions allant de campagnes de sensibilisation, ateliers, conférences à des publications diverses, The Okwelians s’efforcera, durant les prochains dix-huit mois, de placer l’agenda des villes durables au cœur du débat public et de la décision publique. A la clé, il s’agit d’entrevoir l’émergence de villes camerounaises durables respectueuses de leurs spécificités culturelles tout en contribuant au renforcement de la cohésion sociale et de l’unité nationale.

Mobilisons-nous aux côtés de The Okwelians et de tous les acteurs de bonne volonté afin que cette journée mondiale marque une ère nouvelle où la vie sera au cœur de la réflexion et de l’action en faveur des villes durables au Cameroun, en Afrique et dans le Monde !

Let’s Okwelians it !

Catégories
The Rebuntu House

Grand dialogue national: si nous revenions deja a table?

Par Georges ALLADJIM

Un an seulement après que le Grand Dialogue National (GDN) ait abaissé son rideau sur le Palais des Congrès, des évènements récents à fort relents ethnocentristes, prêtent à penser que ce Rendez-vous devrait être réédité, le plus tôt possible.

Entre le conflit anglophone, l’éclosion du mouvement « 10 millions de Nordistes », la marche pacifique/hostile d’un mouvement identitaire Sawa, les prises de parole ouvertement tribalistes dans les médias et réseaux sociaux…le Cameroun semble avoir mal à son vivre ensemble, partout. Sans action majeure, cet idéal supérieur s’imposant à tous en vue de préserver la cohésion sociale, aura vécu, au passé.

Intégrer l’exigence de préservation de l’Unité nationale dans la vie du Citoyen, telle pourrait cette fois-ci, être la mission principale des délégués convoqués dans ce qui serait alors le juste prolongement, d’un acte manqué. Trop focalisé sur le règlement de la crise anglophone, le précédent opus aura perpétué l’erreur de prendre pour acquis notre « désir de vivre ensemble, la volonté de continuer à faire valoir l’héritage qu’on a reçu indivis » (Ernest Renan).

En 2020, les Camerounais veulent-ils toujours former une nation? Si Oui, comment devront- ils organiser ce que Renan appelait, ce « plébiscite de tous les jours » ? Ce sont là des questions vitales qu’il convient de poser librement et à défaut d’un second GDN, nous essaierons d’énumérer des pistes de réflexion personnelles, pour notre « mieux vivre ensemble ».

Dans un modèle de fédéralisme économique assorti de mesures que nous citerons, il est possible de restaurer la confiance des citoyens en l’action publique et de développer le liant si précieux dont ont besoin les pierres de la maison Cameroun, pour tenir durablement.

*REVOIR LA FORME DE L’ETAT, UN IMPERATIF DEMOCRATIQUE*

Malgré l’insistance de nombreux délégués réunis au GDN d’Octobre dernier, le débat quant à la forme de l’état n’eut pas lieu : faisant dire à des analystes qu’il fut offert à tous une chèvre, dont l’état ne put s’abstenir de retenir la corde.

Le sujet du fédéralisme rendu tabou dans l’espace public par l’administration, s’est vu opposer celui de la décentralisation. Instituée en 1996, la décentralisation dont l’épilogue est renvoyé au 6 Décembre, arrive trop tard et ne viendra à en juger par les querelles déjà observées (KINGUE vs MINDDEVEL) ni résoudre le problème de la lenteur du pouvoir central à statuer sur des questions locales (33 décrets d’application en attente de signature sur ce sujet), ni celui du chevauchement discutable entre les prérogatives d’autorités déconcentrées et celles d’élus locaux.

Autant se le dire, parmi les exemples de lois au Cameroun, belles et tracées comme nos ponts et routes sur le papier des années durant, mais invisibles sur le terrain, faudra compter celles de décentralisation pendant encore au moins, une année

Si l’empêchement systématique d’évoquer le Fédéralisme, représente bien le schéma de décision unilatéral de notre état unitaire, les conditions du vivre ensemble ou du

développement des territoires, ne se décrètent pas à des kilomètres, sans conséquences : d’abord parce que le décret s’applique sur des réalités différentes d’un espace à un autre, ensuite parce qu’il n’est pas toujours pris dans le temps qui s’y prête. Pourquoi ne pas demander au peuple s’il veut ramener le prince au milieu de ses sujets, donner à la gouvernance locale, les compétences pour réaliser les aspirations de ses administrés ? C’est là l’essence du principe de subsidiarité, que l’action publique soit exécutée par l’entité compétente, la plus proche du public concerné par le problème à résoudre. En rapprochant la décision des citoyens, l’on renforce la légitimité de l’action publique.

C’est le droit des administrés d’accéder rapidement au service public et d’avoir auprès d’eux, des interlocuteurs pleinement investis de leur charge de décideurs et non des délégués. Tant qu’il faudra aller à Yaoundé pour décider du tracé d’une route à Douala, Muyuka ou Eseka, fabriquer un passeport, obtenir son diplôme…alors les griefs portés vers l’état, persisteront. L’actualité récente de Bakassi, révèle que l’incapacité du gouvernement à organiser 18 ans après, le développement de ce territoire de 1000 km2, fait peser le risque d’une annexion par le Nigéria : ajoutons à cela la poursuite des combats au NOSO et l’on est fondé de croire que la confiance envers le pouvoir central est considérablement étiolée sur des pans entiers du territoire national.

Devant l’échec de la décentralisation qui se profile, il convient de donner ce conseil d’Horace à notre état « Ne charge pas tes épaules d’un fardeau qui excède tes forces » puisque selon les Maures « Le fardeau supporté à plusieurs, est une plume ».

*LE FEDERALISME ECONOMIQUE, L’INTEGRATION NATIONALE PAR LA PROSPERITE*

Au vu de ce qui précède, le fédéralisme entendu comme la forme d’un état où la souveraineté est partagée par le pouvoir central aux collectivités locales fédérées, recueille nos suffrages.

La nation peut à défaut d’être bâtie sur des essences communautaristes, reposer sur d’autres valeurs qu’identitaires et en cela nous ne défendrons donc pas le «fédéralisme communautaire ».

Nous pensons que la cohésion sociale est mise à mal par la compétition que se livrent des communautés, pour le contrôle des ressources (naturelles ou anthropiques) et donc plaiderons pour un fédéralisme mettant la prospérité au cœur de l’action publique, car plus les protagonistes ont de patrimoine commun à perdre, moins ils seront sensibles au repli identitaire.

Et si nous redéfinissions de manière concertée et consensuelle, les espaces fédérés non pas en fonction de leurs prétendues composantes sociologiques naturelles, mais de leurs complémentarités économiques ? Les entités créées transcendant les identités primaires, les feraient évoluer, prônant l’égal accès des citoyens, aux opportunités économiques définies pour eux, émancipant l’individu des logiques communautaires en lui offrant les moyens de son accomplissement personnel. Le citoyen de cet espace où il fonde sa résidence, s’intégrera par le travail et la création de richesses sans restriction aucune liée à ses particularismes. Les espaces se faisant mutuellement commerce, se livreront à une saine émulation pour la retenue de leurs populations. Les instances de décision locales votées pour œuvrer à

l’amélioration des conditions de vie de leurs administrés, devront donc disposer d’une autonomie législative et juridictionnelle, permettant la création et la gestion de leurs ressources. L’état central pourrait garder les prérogatives régaliennes lui permettant de veiller à l’unité nationale (éducation, diplomatie, commerce extérieur, sécurité, etc…).

LE SERVICE CIVIQUE OBLIGATOIRE POUR REFONDER LES IDENTITES CITOYENNES

Considérons l’instauration d’un service civique national obligatoire et continu pour les jeunes générations, pour recréer du lien social, susciter un sentiment commun d’appartenance à la nation qui puisse inspirer chez chaque citoyen, la croyance en une communauté de destin et l’attachement à des valeurs supra-ethniques.

Les élèves et étudiants pourraient justifier outre du français et de l’anglais, de l’apprentissage d’un minimum de deux langues nationales tout au long de leur cursus et stages civiques.

TOLERANCE ZERO ENVERS LE TRIBALISME

L’intégration le 29 Novembre dernier, du délit d’outrage à la tribu dans l’article 241 du Code pénal demeure peu suivie d’effets. Il faut outre appliquer les textes en vigueur, compléter le dispositif en : dotant chaque ville d’une brigade dédiée à traquer les publications tribalistes sur les Réseaux sociaux et publiciser dans un fichier national, les déviants de sorte à leur faire porter la honte de leurs opinions; généralisant les Travaux d’Intérêt Général pour les auteurs de dérives tribales ; interdisant l’instigation de cercles communautaristes de type « élites » « ressortissants de… » ou leurs manifestations (déclarations, marches, mémorandums etc…) etc…

DECIDER D’UN MORATOIRE POUR L’EQUILIBRE REGIONAL ET LE BILINGUISME

L’équilibre régional pensé comme une mesure de discrimination positive, doit être défini dans une temporalité et se donner les moyens d’établir in fine, les conditions de sa propre mort.

Il faut lui définir un moratoire au-delà duquel, le mérite individuel plutôt que l’appartenance, lui sera privilégié.

Idem, un moratoire pour obtenir le bilinguisme intégral du pays: bilinguisme de l’administration, de l’éducation etc…le secteur privé pouvant soutenir ces efforts en convertissant son organisation.

Pour ces deux problématiques importantes pour un mieux vivre ensemble, il faut plus qu’une échéance claire pour arriver aux finalités définies par ces politiques, des indicateurs de mesures et un conseil présidentiel chargé d’animer l’atteinte de ces objectifs, pour guider les autorités.

REFORMER LA CHEFFERIE TRADITIONNELLE

Il faut impérativement réformer la chefferie traditionnelle (statuts, rôles, attributs) et embarquer ses autorités, dans une réflexion sur la construction d’une identité nationale respectueuse des cultures mais s’imposant à tous.

REECRIRE NOTRE HISTOIRE COMMUNE

Le Cameroun n’existe que dans la victoire : il faudrait le doter d’un récit national qui célèbre ses échecs et ses gloires communes, moins par ambition de relater la vérité des faits historiques que par souci de fédérer durablement, les enfants du Cameroun.

Les contours de ces actions restent imprécis, mais le Cameroun ne manque pas de penseurs et le GDN peut, doit servir à nourrir ce débat : qu’en dites-vous ?

Catégories
The Rebuntu House

Qu’est-ce qu’un héros Africain?

Pour l’espagnol Baltasar Gracian qui commit un ouvrage intitulé, Le Héros, l’héroïsme consiste paradoxalement en la maitrise de ses passions, la capacité à les dissimuler, à l’art de la prudence pour atteindre ses objectifs.

Il est peu probable que cette définition raisonnée fasse florès au sud de la Méditerranée. Demandez donc aux citoyens africains lambda, qui sont leurs héros politiques. Vous aurez assurément Lumumba, Sékou Touré, Mugabe, Sankara, Olympio Mugabe. Une majorité de ces héros sont tragiques, pis, ils se caractérisent surtout par leur coup d’éclat, leur geste héroïque face au (néo)colonisateur.

On peut mettre ces « héros » en relief avec un Nelson Mandela, adulé pendant les années 80 et au début des années 90, mais désormais contesté dans de nombreux cercles africains bien qu’ayant réalisé une transition d’un système raciste et autoritaire vers une démocratie libérale.

Des voix s’élèvent pour dénoncer le fait  que son compromis soit  trop favorable aux blancs qui dominent toujours la superstructure économique en Afrique du Sud. Cette attitude de compromis-  ou de compromission selon certains- tranche avec celle de son Camarade Bob (Robert Mugabe), qui fit moins des manières au Zimbabwe voisin précipitant le pays dans une crise économique dont il n’est toujours pas sort. A contrario, un Mandela a privilégié une politique sur le long terme et n’a que peu commis de « geste héroïque » qui satisferait l’opinion noire/décolonisée dans l’immédiat.

Pourtant, dans la galaxie des gestes héroïques africains, Mandela demeure toujours derrière les discours de Sékou Touré ou Lumumba face aux colons.

Cette prédominance du geste héroïque illustre le fait que la psychologie politique de beaucoup d’africains demeurent marquée par la (dé)colonisation. Cette psyché est attisée par la persistance de régimes plus au moins autoritaires muselant l’expression des aspirations et volontés des populations. Dans les régimes plus ou moins démocratisés, les brimades du réel – notamment une globalisation économique dans laquelle l’Afrique a un poids politique et économique moindre – contribue également à la persistance de cette conscience de dominé.

En conséquence, les héros privilégiés sont ceux qui s’inscrivent  en opposition à la marche du monde ou de l’histoire plutôt que porteurs d’un projet de société ayant donné la preuve de leur supériorité intellectuelle et politique. Ce sont davantage des martyrs, souvent des (néo)colons, mais aussi victimes de leurs propres passions. Leur admiration prospère dans un contexte volontiers manichéen qui nourrit paradoxalement un rapport fataliste à la politique. Puisque l’Afrique est « mal partie », « perdante » autant privilégier les gestes qui satisfont l’amour propre, la conscience de dominé.

Bien souvent, la focalisation sur le geste héroïque fait l’économie d’une évaluation ou réflexion sur ses conséquences, pis encore, de son efficacité politique. Au risque de choquer, qu’aura apporté au Congo et même à Lumumba, son discours face à Baudouin si ce n’est une sécession du Katanga, l’antipathie américaine érodant son autorité dès son accession au pouvoir ? Le même raisonnement peut être appliqué à Sékou Touré, qui n’avait pas mesuré l’impact de son discours sur De Gaulle- comme les conseillers de ce dernier au demeurant-.

Or si l’on considère que la politique pure consiste à mobiliser différents voies et moyens pour atteindre des objectifs, on peut s’interroger sur l’appétence africaine pour un héroïsme sans lendemain. En dépit de ces échecs –mis sur le compte du (néo)colon et ses affidés, la popularité de ces martyrs transformés en héros demeure.

A contrario, d’autres politiques africains moins flamboyants, ternes, firent des choix moins spectaculaires, mais plus audacieux à cette époque. Se faisant, certains initièrent des dynamiques de développement dans leurs pays respectifs. Or, quand ils ne sont pas qualifiés de « traitres », ou de « vendus » par les survivances de l’anti-impérialisme, ils constituent une mauvaise conscience de beaucoup d’Africains qui leur accordent du crédit à reculons. Félix Houphouët Boigny étant le meilleur exemple.

Cette conscience ambiguë reflète le dilemme sous tendu dans les démocraties émergentes sur le continent : voulons-nous des dirigeants qui nous représentent? Ou des dirigeants qui répondent efficacement à nos besoins ? Souvent, la conjugaison de ces deux logiques (représentation ou efficacité) est ardue. Au cœur de ce dilemme, réside non seulement la maturation (ou pas) des démocraties africaines, mais surtout l’émergence de ces héros positifs.

Comme disait Victor Hugo, « il faut entrer dans cette masse d’hommes comme un boulet de canon, ou s’y glisser comme une peste ». Jusqu’ici, une majorité d’âmes africaines, romantiques à leur sens ont privilégié le boulet, le coup d’éclat, le verbe haut, – avec les réussites inégales que l’on connaît. Serait-il temps pour nos héros en herbe de choisir la peste à défaut de devenir des martyrs ?