Catégories
The Rebuntu House

MALIAN CRISIS EXPLAINED

Forghab Prince Donald
B.A Peace and Development studies-Protestant University of Central Africa, Global Shaper at Yaoundé Hub(World Economic Forum)
Global Peace Ambassador (Global peace Chain)
Freelance consultant

From January to April 2012 Mali underwent the fourth Tuareg uprising of post-colonial history, an islamist takeover of all the northern cities and an improvised military coup, with the very first occurring between 1962-1964 barely two years after independence, 1990-1996 the appearance of the second Tuareg Rebellion, 2006-2007 breaking out of the third Tuareg rebellion, and the most famous sewing its seeds on January 2012. This Tuareg takeover was divided into factions and objectives, relatively organized and better united than previous rebellions.

The most notorious of these factions were that of the National Movement of the Liberation of Azawad (MLNA) formed in October of 2011, is primarily fighting for the rights of Mali’s minority Tuareg community, usually left out in development programs. Ansar al-Dine which means “Defenders of Faith” an Islamic Group, accused by the Malian Government of having links with Al-Qaeda of the Islamic Maghreb, aims at imposing Sharia law across Mali and the Movement for Oneness and the Jihad in West Africa (MUJAO), says its aim is to spread Islamic law, as well as to liberate Malians from French colonial rule Lastly Al-Qaeda of the Islamic Maghreb has since evolved to take on a more international islamist agenda- political islamism; just to name a few (BBC news on Malian crisis: Key players, march 12 2013).

 The country was once considered by many international observers such the United States as the poster child for democracy in Africa, for its ability to hold fair and transparent elections for two decades (House Hearing, 112 Congress. From the U.S Government publishing House). In their view and that of many, President Amadou Toumani Toure appeared to shoulder the prime responsibility for the 2012 crisis, causing a long standing distrust between different ethnic communities and contributing largely for the economic frustration and political resentment (Grégory Chauzal and Thibault van Damme- CRU report March 2015). With over five rebel groups, government and foreign nations fighting for either the restoration of peace or the political control of the country and its vast mineral reservoirs, including but not limited to the Al-Qaeda of the Islamic Maghreb, Mujao, and nations like France and Algeria, whose fighting is primarily in the center and north of the country, with principal regions such as the Kidal, Gao, Timbuktu just to name a few.

While it is without doubt accurate to say that the former leader of Mali contributed in large part to the political degradation and worsening security conditions of the country, the root causes of this geopolitical conflict are to be found elsewhere, predating Amadou Toumani Toure Presidency. When Mali gained independence from France in 1960, the newly formed government had to assert its authority on the very vast territorial Mali, including desert regions of the North were its authority was directly challenged by Tuareg and Arab communities. This task wasn’t any easy with deep resentment from malian state officials with regards to their northern counterparts which they regarded as the prominent obstacle to National unity (Grégory Chauzal and Thibault van Damme- CRU report March 2015), thus pushing southern elites to focus on the useful south while marginalizing the north of the country and imposing military rule on those regions. These eventualities therefore led to a distrust causing four Tuareg and Arab uprisings following independence in 1963, 1991, 2006 and eventually 2012. Nevertheless, the geopolitical dimension of this 50 year’s conflict should not be left out.

The Northern Regions of Mali in general and of Kidal in particular is largely convened by the belligerents, not just because of the political inequalities or wrongs existing there which they aim to correct, but also due to the urge of controlling its rich soil in gold, diamond, uranium and cobalt, all being strategic Mineral resources. The spread of Political Islamism in the Sahel region perpetrated by Al-Qaeda of the Islamic Maghreb should not be put aside as well.

The main and direct actors of this conflict such as France with over 5000 soldiers involved in the conflict since 2013, firstly, with operation Serval and later as from 2014 with operation Barkhane, an intervention supposed to last a few weeks is now termed by many as the unending French War. All these, have given a complex nature to the crisis in Mali, leading to what Samir Amin termed “Les guerres du Sahelistan” in his article France-Mali: Enjeux et limites in (Magazine Jeunes Afrique- page 18, 2013), were he poses numerous questions for reflections. Should we be alright with an ex colonial power intervening in a sovereign country attacked by Islamist? Is the sahelian war, a project or a service of whose interest? And one then poses himself the question, French intervention and then what? Although French intervention is backed up with the call for help by the president by interim at the time Dioncounda Troare and supported by Ibrahim Ag Mohamed Assaleh leader of the MNLA who promised to help French soldiers in their fight against Islamic groups (Michel Galy in: Le dilemma touareg– Afrique Jeune February 2013). One is however, still faced in a dilemma; did the French intervention and UN peacekeeping mission do more harm or more good?

Nevertheless, inclusive peace talks and agreements have been attempted with the most recent being in 2015. However, the situation remains challenging because the Tuareg, Arab, Songhay or Fulani northern people all got different political agendas, on the one hand, and foreign nations and institutions involved in the conflict apparently haven’t achieved their goals, most probably, that of: restoring occupied regions to the Government, ensure a peace making process with all belligerents to ensure that such rebellion doesn’t recur, or most probably to ensure that the over 275,000 Malian refugees (UNHCR report on refugee situation from Mali – 2019) return home safe and sound. But is that all?

So what perspectives do we propose? To redeem to this problem, one could believe that the withdrawal of foreign belligerents will go a long way to restore peace in Mali, because one fervently advocates and condemns all principles of intervention in countries of the global south, due to its characteristic of appearing as a form of control and domination through capital, ensuring the continuity of center and periphery dominating the international chessboard.

Nonetheless, geopolitical conflict usually doesn’t function that way, and such proposal cannot be taken into consideration. Mali will have to sign strategic partnerships albeit with emerging countries, to help with the security in the Sahara and its opportunity cost. That is to say, countries, movements or institutions which are threats to the security of Mali, will have to be put under the omnipresent surveillance of other nations which have a relatively greater influence on the international scene, and answers best to the needs of the malian central government. A very similar observation could be done with the Central African Republic, who after suffering from unfair treatment from its international allies, during the bloody crisis opposition the Seleka and anti-balaka, requested the help of Russia who has a more powerful military might than those principally engaged in the said crisis. Although this solution is not a 100% gain for african states, it is however a first step towards reducing exploitation, eradicating colonialism and working itself towards a position or an Africa which is influential internationally. Faustin-Archange Touadera president of the Central African Republic will surely agree that such a strategy permits one to move towards a win-win approach.

Secondly, Mali in particular and Africa in general will have to lead a join fight for a true unity and collaboration. The ideological corpus of Consciencism of Kwame Nkrumah and his vivid call in the 1960s for Africa to unite will permit to create a continent which is both politically and economically strong. The urgent call for a United States of Africa so much propagated by Muammar Khadafi will grant Africa the opportunity through its combined economies to be the fifth economy in the world as calculated by Jean Emmanuel Pondi.

What does this mean? Africa will have a stronger political and judiciary system which will make it difficult for factions to emerge, secession wars and most importantly, tough for foreign intervention. A stronger bloc and positive unity will mean that, Africa will become the largest country in the world, thus increasing its international influence on decision making in all political and economic instances. Although such a dream is far to attain, it goes without doubt that, through the multiply efforts brought about such as: the African union (AU), the Africa free continental trade area (AfCFTA), the African International Monetary Fund (AIMF) in progress, a African Central Bank (ACB), and eventually the United States of Africa (USA), we are moving towards such an eventuality where neo-colonialism will be abolished and balance of power installed. Is the problem of Africa a mutation in the nature of conflicts or a problem of neo-colonialism and Imperialism?

Catégories
The Rebuntu House

« FAIRE TAIRE LES ARMES EN AFRIQUE » AU DELÀ DE L’HORIZON 2020 : DU VŒU A L’ACTION

Gabrielle ANDELA KELLE

Co-Directrice du LaB de The Okwelians

A l’occasion de la célébration du cinquantième anniversaire de l’Organisation de l’Unité Africaine/Union Africaine (UA), qui a été créée le 25 mai 1963, les Chefs d’Etat et de Gouvernement du continent dans une Déclaration solennelle se sont engagés à faire de l’Afrique, une zone sans conflits armés en 2020[1].  Ils ont ainsi adopté le projet « Faire taire les armes à feu en Afrique d’ici 2020 ». L’initiative visait à parvenir à la paix, mettre fin aux conflits armés, aux extrémismes et à la criminalité, pour permettre le développement en Afrique.

Pour l’atteinte de sa vision, l’UA a listé des étapes à suivre pour mener à bien son objectif dans la Feuille de route de Lusaka adoptée en 2016. Elle énumère les défis politiques, économiques, environnementaux et juridiques que devait relever le continent dans la quête de cet idéal de paix.

A l’heure de l’évaluation, force est de constater que cette quête d’une Afrique sans conflit armé est encore loin d’être atteinte. Les foyers et les sources de tension pullulent sur le continent. A ce stade, l’action du Conseil de Paix et de Sécurité (CPS) est vivement questionnée, près  d’une double décennie de sa mise en place[2], et plus de quinze ans de l’entrée effective en activité[3] de cette initiative collective dans le domaine du maintien de la paix et de la sécurité à l’échelle continentale.

Le CPS face à une situation de crise ou de conflit armé déploie toute la panoplie d’activités diplomatiques pour empêcher qu’elle ne dégénère, allant de la diplomatie préventive à la médiation et aux bons offices. Sur la base des informations reçues du Système continental d’alerte rapide (SCAR) et du Groupe des Sages, le CPS procède, de manière semestrielle, à l’examen périodique de l’état de la paix et de la sécurité sur le continent. A l’issue de chaque examen périodique, il établit un Rapport sur « ses activités et l’état de la paix et de la sécurité en Afrique ». Une autre institution de la diplomatie préventive est retrouvée dans les missions d’évaluation du CPS dans les pays en contexte de processus de paix.

En pratique, le CPS a davantage fait usage de la médiation que des autres procédés diplomatiques dans les différentes situations africaines de crise et de conflit ; cette médiation se matérialisant dans la création de « Groupe Ad hoc de Haut niveau » pour la majorité des situations de crise et de conflit examinées.

Cependant, il arrive que l’action diplomatique du CPS ne parvienne pas à ramener la paix et la sécurité entre les Etats ou en leur sein. Dans ce cas, les différentes mesures coercitives viennent soutenir les efforts diplomatiques. L’action coercitive du CPS est double. Il peut s’agir soit de sanctions de régimes, soit d’opérations de soutien à la paix.

Par ailleurs, le CPS est doté de moyens d’action considérables pour assurer sa mission : un Groupe des Sages, un système continental d’alerte rapide, une Force africaine repositionnée et un Fonds spécial. De tous ces moyens, seul le Groupe des Sages semble ne rencontrer aucune difficulté majeure à son bon fonctionnement. Le Fonds pour la paix n’a été créé qu’en 2020.

Toutefois, en réalité la structuration de l’action du CPS révèle un potentiel qui augure de capacités indispensables au service de la paix et de la sécurité en Afrique, mais ce potentiel est desservi par des moyens insuffisants et un environnement global défavorable. Dès lors, le défi d’une meilleure efficacité de l’action du CPS prescrit un double mouvement : l’autonomisation de l’organe et le renforcement d’activités en faveur de la consolidation de l’Etat de droit sur le continent.

Ainsi, pour une plus grande efficacité de l’Union Africaine, il faudrait une réelle séparation des pouvoirs et une indépendance dans l’exercice des fonctions entre les organes de l’UA, en particulier entre le CPS et la Conférence dans le domaine de la paix et de la sécurité. En outre, Il devient urgent pour le CPS, et plus largement pour l’UA, de développer des sources de financement alternatives, mais surtout pérennes, notamment une participation véritable au Fonds de la paix, l’implication des institutions financières africaines dans le financement de la paix et de la sécurité sur le continent, ou encore la mise en œuvre effective du Fonds d’Intégration Africaine (FIA), destiné au financement du Programme Minimum d’Intégration (PMI)  de l’UA dont l’un des objectifs est de « prévenir, résoudre les conflits »  ainsi que le « développement post-conflit ».

La visibilité et la crédibilité de l’action du CPS dans le maintien de la paix et de la sécurité sur le continent africain est aussi tributaire d’une plus grande implication des Etats africains. Les Etats africains devraient être solidaires et confiants dans leur capacité à créer un environnement stable sur le continent. Une autre matérialisation d’une plus grande implication des Etats africains serait la mise en place effective des composantes de l’Architecture de Paix et de Sécurité Africaine (APSA). Mais surtout, l’efficacité de l’action du CPS passe par la consolidation de l’Etat de droit en Afrique. Dans le droit de l’UA, la perception de l’Etat de droit fait référence au triptyque : droits de la personne, démocratie et bonne gouvernance.

Afin de promouvoir la bonne gouvernance, les dirigeants africains ont créé le Mécanisme africain d’évaluation entre Pairs (MAEP). Il a pour but d’encourager l’adoption de politiques, normes et pratiques en vue de promouvoir la stabilité politique. Le mandat du MAEP consiste à s’assurer que les politiques et pratiques des Etats parties sont conformes aux valeurs convenues dans le domaine de la gouvernance politique et économique. C’est un instrument d’auto-évaluation auquel adhèrent librement et volontairement les Etats-membres de l’UA à travers la ratification de son Protocole d’Accord. Le MAEP compte actuellement 41 Etats-membres. Cependant, un nombre encore peu satisfaisant d’Etats a achevé son auto-évaluation et a été examiné par le Forum des Chefs d’Etat et de Gouvernement.

Or, l’un des principaux intérêts du processus du MAEP est le Plan d’Action National (PAN). C’est le document central à travers lequel les standards de gouvernance devraient être effectivement mis en œuvre pour combler les lacunes identifiées dans le rapport d’examen des pays. A titre d’illustration, les cas du Kenya et de l’Afrique du Sud ont démontré que le suivi/évaluation de la mise en œuvre des PAN est important. Les deux pays ont chacun été confrontés à des conflits armés qui avaient été prédits par leurs rapports d’évaluation respectifs (dans le cas du Kenya, la crise électorale en 2008, et en Afrique du Sud, une série d’attaques de nationaux contre les ressortissants de pays étrangers africains).

Le CPS devrait intensifier le partenariat stratégique avec le MAEP, et plus généralement avec l’Architecture Africaine de Gouvernance (AAG), pour la réalisation de sa mission de paix sur le continent par le biais de l’apprivoisement de la bonne gouvernance. Ce partenariat serait l’occasion d’inviter les Etats non encore membres du MAEP à y adhérer, mais également et surtout d’encourager tous les Etats africains à procéder à l’évaluation périodique et à mettre en application les PAN conçus au terme de cette évaluation.

L’évaluation des Etats par le MAEP permettrait ainsi de déceler des frustrations au sein des populations et de prévenir des crises ou conflits à travers la mise en œuvre des PAN. C’est dans ce sens que le Docteur Yves Alexandre CHOUALA envisage la création des sociétés sûres comme une perspective pratique d’une consolidation structurelle de la paix et de la sécurité collective en Afrique : « La création des sociétés sûres est la manière idoine de construction d’une paix durable. […] Il s’agit de façon lapidaire d’éradiquer la pauvreté, […], de construire l’équité et la justice, la santé pour tous, de diffuser les connaissances et de construire des sociétés de vie aux dépens des sociétés de la mort »[4]. La détérioration des conditions de vie des populations africaines constitue donc encore l’un des principaux obstacles à la fin des conflits armés, des extrémismes et de la criminalité et l’une des plus dangereuses menaces à la paix, la sécurité et la stabilité du continent.


[1] Déclaration Solennelle sur le Cinquantième Anniversaire de l’OUA/UA, adoptée par la Vingt et unième session ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union Africaine, Addis-Abeba, 26 mai 2013, paragraphe E, P.6

[2] Le Protocole relatif à la création du Conseil de Paix et de Sécurité de l’Union Africaine a été adopté le 09 juillet 2002 à Durban (Afrique du Sud) au cours de la première session ordinaire de la Conférence de l’Union. Il est entré en vigueur le 26 décembre 2003.

[3] La première réunion ministérielle du CPS a été convoquée le 14 mars 2004 à l’occasion de la quatrième session ordinaire du Conseil exécutif de l’Union. Lire notamment LECOUTRE (D.) « Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine, clef d’une nouvelle architecture de stabilité en Afrique ? » in Afrique Contemporaine n°212, 2004, pp. 131-162.

[4] CHOUALA (Y-A.), « Puissance, résolution des conflits et sécurité collective à l’ère de l’Union africaine. Théorie et pratique » in Annuaire Français des Relations Internationales, Bruxelles, Bruylant, 2005 Vol. VI, p.303 et s.

Catégories
Non classifié(e)

L’eau potable pour tous et par tous: et si c’était possible

Par Asmaou Karim, Vice-Président de The Okwelians

Aujourd’hui, nous célébrons une ressource naturelle indispensable à la vie : l’eau. Les instances internationales ont rappelé l’importance de l’eau et en ont fait un Objectif de Développement Durable : « garantir l’accès de tous à l’eau et à l’assainissement et assurer une gestion durable des ressources en eau », tel est l’Objectif de Développement Durable n°6 énoncé par l’Organisation des Nations Unies (ONU) dans son Agenda 2030. D’ailleurs, l’Assemblée générale des Nations Unies a proclamé la période 2018-2028 décennie internationale d’action sur le thème « l’eau pour le développement durable », et la thématique retenue pour l’année 2021 est : « la place de l’eau dans nos sociétés et comment la protéger ».

En ce 22 mars, Journée mondiale de l’Eau, deux questions sont posées par les Nations Unies autour du thème #Water2me : * Que signifie l’eau pour vous ? * Quels changements concernant l’eau apporteriez-vous dans votre région ?

crédit photo : Desy Danga

Y répondant, Yérima Alim MUSTAPHA, Maire de la commune de Gashiga dans le Nord Cameroun et plus jeune Maire du Cameroun pour la mandature 2013-2020, alerte :

« L’eau c’est la vie, son existence est essentielle au maintien de la vie et de tout être vivant. Le Grand Nord souffre du problème d’accès à l’eau potable, il est plus qu’urgent de créer des points d’eaux dans les localités qui n’en ont pas. »

En effet, l’eau a une valeur inestimable. Nous en avons besoin tous les jours que ce soit pour nos foyers, notre économie ou l’intégrité de notre environnement naturel. Chacun, sans discrimination, « a le droit à un approvisionnement suffisant, physiquement accessible et à un coût abordable, d’une eau potable et de qualité acceptable pour les usages personnels et domestiques, qu’il s’agisse de boisson, d’assainissement individuel, de lavage de linge, de préparation des aliments ou d’hygiène personnelle et domestique », rapporte l’Organisation des Nations Unies (ONU). Et, la Journée mondiale de l’eau a pour but de sensibiliser la population aux enjeux politiques, économiques et sociaux qui entourent « l’or bleu » et rappeler à toutes et à tous que l’eau potable est une richesse menacée qu’il faut préserver et protéger.

Dans le monde aujourd’hui, 1 personne sur 3 n’a pas accès à de l’eau salubre. D’ici à 2050, jusqu’à 5,7 milliards de personnes pourraient vivre dans des zones en pénurie d’eau au moins un mois par an. Au Cameroun en particulier, 9 millions de personnes n’ont pas accès à l’eau potable. L’eau y est inégalement répartie et distribuée sur les dix régions et la situation est davantage alarmante en zones rurales. Ainsi, selon l’ONG African Center for Advocacy (ACA), organisation à but non lucratif qui mobilise ses efforts pour assurer l’accès à l’eau et à l’assainissement pour tous, même si Yaoundé, la capitale politique du Cameroun, n’est pas épargnée, les régions du Grand Nord paient le plus lourd tribut avec 80% de la population n’ayant pas accès à cette ressource fondamentale. Ces carences et dysfonctionnements pourraient être expliqués entre autres par les retards dans la mise en œuvre des programmes de constructions des forages, la vétusté du réseau de distribution d’eau potable, les coupures intempestives ou encore la qualité approximative de l’eau fournie par la société en charge de la distribution de l’eau potable.

crédit photo : Desy Danga

D’après les experts, les changements climatiques, sont à l’origine des crises liées à l’eau que nous observons dans le monde entier. L’augmentation de la population mondiale, les crises politiques, les déplacements de populations, les besoins en matière agricole et industrielle accroissent également le besoin en eau. Cette situation expose les populations et particulièrement les enfants à de nombreuses maladies hydriques. D’ailleurs, la prévention et la lutte contre la pandémie de la COVID 19 nous rappellent combien l’accès à l’eau est crucial dans la construction d’une société durable.

Pour y faire face, les pouvoirs publics camerounais multiplient les efforts pour améliorer la desserte en eau potable. Dans le cadre du processus de décentralisation en cours, plusieurs projets visant à résorber le déficit actuel ont été lancés dans plusieurs villes du pays. Il s’agit entre autres de la réhabilitation des réseaux dans les villes de Yaoundé, Ngaoundéré et Bertoua, l’extension des stations de production d’eau potable ou encore l’’extension du réseau tertiaire et du nombre de branchements (3 000 branchements supplémentaires et 70 bornes fontaines), dans la ville de Ngaoundéré.

De même, la Stratégie Nationale de Développement 2030 du Cameroun décrit également les actions que le Gouvernement entend mener pour assurer un accès universel et équitable à l’eau potable à savoir (i) mettre en place un cadre favorable à l’installation des sociétés privées de production et de distribution d’eau potable au niveau communal, (ii) réviser la loi n°98/005 du 14 avril 1998 portant régime de l’eau ou encore  (iii) élaborer et mettre en place un plan de développement sectoriel à long terme et un programme d’investissement conséquent en appui aux collectivités territoriales décentralisées.

En tout état de cause, d’énormes efforts restent à faire, tant la situation est inquiétante. La problématique de l’accès à l’eau potable n’est pas la responsabilité du seul Gouvernement. Cette responsabilité nous incombe à toutes et à tous, en tant qu’individus et aussi en tant qu’organisations ou associations. Chaque action est importante. De la sensibilisation à l’appropriation, beaucoup reste encore à faire.

The Okwelians s’est résolument inscrit dans cette dynamique. Dans le cadre de la mise en œuvre de son programme « The Okwelians s’engage pour les villes » qui est un programme destiné à accompagner les villes camerounaises dans la mise en œuvre de politiques publiques au service d’un développement socioéconomique et environnemental durable, The Okwelians a défini trois axes stratégiques : la gouvernance urbaine, la définition et la promotion des villes durables, les actions sociales principalement axées sur l’éducation et la santé.

Ainsi, au mois d’Octobre dernier à Rey Bouba, divers dons en produits et matériels pour le nettoyage du château d’eau et l’assainissement de l’eau pour les 120 000 habitants que compte la Commune ont été effectués. Une goutte d’eau dans la mer. Mais, nous espérons également que les efforts en cours permettront sur le plan des politiques publiques une meilleure sensibilisation, appropriation et concertation autour des enjeux liés à l’eau afin que chaque citoyen devienne un acteur responsable, un gardien, un avocat de l’accès à leau potable pour toutes et tous.

Alors, et vous ? Dites-nous, que signifie l’eau pour vous et quels changements concernant l’eau apporteriez-vous – pour ne pas dire apportez-vous – dans votre région ?

Let’s Okwelian it !

Catégories
The Rebuntu House

Célébrons la femme, célébrons notre humanité !

Par Asmaou Karim, Vice-Présidente de The Okwelians

8 mars 2021. Pas de revendications aujourd’hui, juste de la gratitude pour le chemin parcouru depuis que cette journée a été déclarée Journée Internationale des Droits des Femmes en 1910, gratitude pour le travail abattu pour être là où nous en sommes aujourd’hui.

Des avancées significatives sont à noter particulièrement au Cameroun. En effet, le Bureau Central de Recensement et d’Etude de la Population (BUCREP), en collaboration avec United Nations WOMEN, a fait état des progrès du Cameroun 25 ans après la Conférence mondiale de Beijing sur les femmes. Il en ressort quelques tendances. Sur la représentativité des femmes en politique, la proportion des femmes députés est passée de 13% à 31 % ; au niveau de l’exécutif communal, nous avons progressé de 8 % à 31 %. Sur l’amélioration de la situation économique des femmes, il convient de noter une croissance régulière des femmes travailleuses salariées de 6 % à 14 %. La proportion des femmes chefs d’entreprise a évolué de 32% à 42 %.

Bien entendu, beaucoup reste à faire mais nous y arriverons. Ensemble, nous arriverons à réduire les inégalités entres les hommes et les femmes. Ensemble, nous arriverons à faire tomber les barrières internes et externes qui nous enferment. Ensemble, nous arriverons à nous imposer encore plus dans toutes les strates de la société, à faire preuve d’une ambition encore plus grande dans tous les domaines, à être plus confiantes car, une femme confiante est forte, capable de prendre place à la table des décisions et d’être une source d’inspiration pour ses consœurs ; en bref de rêver à l’impossible possible.

Pour l’atteinte de cette ambition, il est bien entendu nécessaire que les hommes soutiennent les femmes. En la matière, le livre écrit par Sheryl Sandberg « En avant toutes » que j’ai pris plaisir à lire, s’adresse à toutes les femmes qui souhaitent accroître leurs chances de parvenir au plus haut niveau quel que soit le domaine d’activités, ou atteindre un but quel qu’il soit. Mais il convient aussi à tous les hommes désireux de comprendre ce qu’une femme doit affronter et de remplir sa part du contrat en vue de bâtir un monde plus juste. Pour cela, Sheryl Sandberg rappelle que « il est nécessaire qu’un nombre plus conséquent d’hommes prennent place à table … à la table de la cuisine. ». Rien ne changera à l’extérieur si cela ne change pas à l’intérieur, dans nos foyers/maisons. Chers Messieurs, nous adorons faire la cuisine pour vous. Mais, avec vous, c’est encore mieux !

Par ailleurs, dans cette quête pour la réduction des inégalités hommes-femmes, il est encore plus primordial et indispensable que les femmes soutiennent les femmes. Nous devons joindre nos efforts, car nous représentons la moitié de la population mondiale et notre pouvoir est réel. Nous devons nous unir pour atteindre cet idéal dont nous rêvons toutes.

Plus il y aura des femmes qui s’entraideront, plus rapidement cette noble cause avancera. Plus il y aura de femmes au sommet, plus nous agirons en faveur de nos consœurs. Aidons-nous les unes les autres à prendre pleinement conscience de nos droits, à développer et à améliorer nos compétences, à avoir accès aux ressources et à les partager, à passer outre nos différends et à rester concentrées sur notre objectif commun, à participer aux prises de décision bref à construire un monde plus juste, plus inclusif et plus harmonieux.

La thématique de cette année « Leadership féminin : pour un futur égalitaire dans le monde de la Covid-19 » nous invite à rendre hommage aux efforts déployés par les femmes non seulement pour faire face à la pandémie de la Covid-19 mais aussi et surtout pour dessiner par leurs actions les contours d’un nouveau monde post Covid19. C’est pourquoi aujourd’hui, nous célébrons le courage, l’esprit d’équipe, la résilience, la bonté : en somme, notre humanité !

Incommensurable remerciements à toutes celles et tous ceux, femmes et hommes, qui sont des acteurs/rices vivant.e.s de cette quête d’humanité pour tou.te.s

Catégories
Non classifié(e)

Africa as the theater of a new proximity war between Russia and the Western bloc? Part 2

Par Roger Motaze, Directeur Scientifique du LAB de The Okwelians

While the Cold War ended more than three decades ago, we are witnessing the resurgence of confrontation between East and West in a new theater, which is none other than Africa. At the expense of the people, it appears once again that geopolitical interests are taking precedence over the stability and development of Africa. We will illustrate our postulate in a series of various papers.

Mali and Niger II

On 18 August 2020, elements of the Malian armed forces unleashed a mutiny, which led to the fall of President Ibrahim Boubacar Keïta. The artisans of this coup were Colonels Malick Diaw and Sadio Camara, both trained at a military academy in Russia.[1]   They immediately set up the National Committee for the Salvation of the People (CNSP) to ensure the transition at the head of the country. President Keita’s term of office, which began in 2013 after a coup d’état in 2012 ousted Amadou Toumani Touré, coincided with the establishment of a French mission in Mali following Operation Serval and then Barkhane on the territory. Can we see in this strange coincidence, a pass of arms? That would be very hasty. Nevertheless, it seems obvious that Russia’s involvement seems certain, and that its influence exacerbates the historical partner. In response to this coup, the leader of the Western bloc, the United States, directly cut all military ties with the junta. It would seem that the relationship has become rather unfriendly and tumultuous between the Malian people and the French army, the reasons? They are surely multiple and diverse, ranging from the colonial past to Barkhane inefficiency, as Mali is still a victim of terrorist attacks, and jihadist groups are still swarming in the north of the country. In November 2019, demonstrators in Bamako urged Moscow to repel Islamist attacks in Mali as it did in Syria. Even the Malian opposition, like Umar Mariko, praised Russian arms and technical support. During the demonstrations in Bamako following the coup, demonstrators were seen waving Russian banners and holding up posters praising Russia for its « comradeship » with Mali.[2]   

Beyond the security and political aspects, the economic side naturally takes precedence in all cooperation.  On this aspect, it is important to note that the Russian nuclear energy giant Rosatom, which is in direct competition with its French counterpart Areva for contracts in the Sahel, could benefit from favorable relations with the new Malian political authorities.  Similarly, Nordgold, a gold company with investments in Guinea and Burkina Faso, could also expand its mining initiatives in Mali’s gold reserves.[3]   In January 2021, the CNSP is dissolved, leaving room for new elections to be held. The question on everyone’s mind is whether the next Malian authorities will continue to collaborate with Russia or return to the Western bloc, nothing is less certain. What is certain, however, is that the battle between the Russians and the French for control of influence in Mali is likely to continue.

Niger

In 2019, the Russian news agency « Sputnik » reported that Russia and Niger signed a contract for the delivery of 12 Mi-35 helicopters.[4]   This information coincided with the Russian will to impose itself on the African continent. This former French colony, member of the G5 Sahel and part of the most dangerous land axis in Africa, that is to say, the area of the three borders, which the country completes with Burkina Faso and Mali, is constantly victim of terrorist groups that criss-cross this sector.  Concluding a military contract with Russia is synonymous with disavowal of the former metropolis. This country, which broke relations with the USSR after the fall of the Berlin Wall in 1991, has in fact always had a socialist influence, verifiable with the accession to power of President Mahamadou Issoufou, who was brought to power when he headed the PNDS-Tarayya (the Nigerian Party for Democracy and Socialism,) which is part of the socialist international. Following a protocol signed in October 2016 in Niamey, Niger and Russia decided to strengthen their cooperation in several sectors, including energy, mining, infrastructure and security.[5]  This agreement puts the previous ones in difficulty when the exploitation of resources was essentially done by France.  Exports to France of uranium from the Arlit mines, located in northern Niger, have for a long time constituted a significant part of the country’s foreign income.[6]   

In addition, in January 2009, the government of President Mamadou Tandja of Niger and the president of Areva’s board of directors signed a strategic mining agreement granting the French nuclear group an operating permit for the Imouraren deposit, presented by Areva as the most important uranium mine in all of Africa and the second largest in the world.[7]    In 2019, the two countries, through their Ministers of Foreign Affairs, decided to extend cooperation in the political, commercial, economic and humanitarian spheres. This political cooperation has enabled Niger to gain immeasurable support from Russia in multilateral organizations, as well as for its election as a non-permanent member of the United Nations Security Council in fiscal year 2020-20201.  This is to say that the battle continues to rage between the two blocs.

Work Cited

  1. “Was Russia behind the coup in Mali?”, DW,  June 26, 2020.
  2. « Areva, maître de la plus grande mine d’uranium d’Afrique »,Site du collectif « Areva ne fera pas la loi au Niger », September 1st, 2009.
  3. Ramani, Samuel. “Why Russia is a Geopolitical Winner in Mali’s Coup”, Foreign Policy Research Institute, September 16th, 2020.




[1] “Was Russia behind the coup in Mali?”, DW,  June 26, 2020.

[2] Samuel Ramani, “Why Russia is a Geopolitical Winner in Mali’s Coup”, Foreign Policy Research Institute, September 16th, 2020.

[3] Idem

[4] Idem

[5] « Areva, maître de la plus grande mine d’uranium d’Afrique »,Site du collectif « Areva ne fera pas la loi au Niger », September 1st, 2009.

[6] Idem

[7] Mona Saanouni, “Le Niger achète 12 hélicoptères de combat russes”, Anadolu Agency,| October 23rd, 2019.

Catégories
Non classifié(e)

Africa as the theater of a new proximity war between Russia and the Western bloc? Part 1

Par Roger Motaze, Directeur Scientifique du LAB de The Okwelians

While the Cold War ended more than three decades ago, we are witnessing the resurgence of confrontation between East and West in a new theater, which is none other than Africa. At the expense of the people, it appears once again that geopolitical interests are taking precedence over the stability and development of Africa. We will start by illustrating our postulate from two countries.

Libya 

Since the fall of Guide Muammar Gaddafi, the country has been plagued by insecurity.  Behind the bitter struggle for control of the country that pits the Government of National Unity (GNA) of Fayez Al-Sarraj against the National Liberation Army (NLA) of Marshal Haftar, there is a genuine opposition and diverse involvement, the United States and Russia. Although recognized and supported by the United Nations, the NLA controls only Tripoli and its environs. How then can we explain the inaction of the UN body in the face of this conflict that has been going on for more than seven (07) years? The answer lies in the reciprocal neutralization of the members of the Security Council, essentially the Russians and the Americans. It is important to understand that the control of Marshal Haftal is established over a large eastern zone of the country, where the country’s oil deposits are located. Vladimir Putin’s country has undertaken to conclude oil and construction agreements in Libya, which has the largest oil reserves and the fifth largest reserves of natural gas on the African continent.[1]   On the military level, Russian cargo planes have regularly made military expeditions to the ANL forces, carrying military ammunition and soldiers of the pro-Russian Syrian regime.[2]   Beyond that, the country of Vladimir Putin is suspected of having deployed nearly two thousand (2000) mercenaries to fight with the ANL, and nearly a dozen fighter planes to support private military contractors.  On the political level, Russia has systematically opposed the sanctions issued against the ANL by the United Nations Security Council and has allowed the printing of a rival Libyan currency in Russia.[3]


As far as the United States is concerned, the commitment is certainly less direct, but it is just as sustained. Contrary to Russia, which acts in the open, the North American country uses the United Nations but especially Turkey and the anti-Islamic coalition as its horse of three, or pretext.

Since 2011, they (the USA) have officially conducted air strikes and sporadic raids in the country against Islamist groups.  In 2014, U.S. commandos seized an oil tanker bound for anti-government militias and returned it to the Libyan National Government.[4]   While the aegis of the anti-EI coalition may justify U.S. neutrality, support for Fayez is certain. Although Turkey also pursues its own interests in this conflict, it turns out that the old adage of the enemy of my enemy’s enemy is my friend (especially under the circumstances) applies here on several levels. Turkey has periodically transported arms, ammunition and aid to the Fayez government.[5]   Officially in July 2019, Recep Tayyip Erdoğan, the President of Turkey, threatened to declare war on Khalifa Haftar after receiving news of six Turkish citizens arrested by Haftar’s forces. The Turkish parliament voted on January 2, 2020, the agreement to send troops, and armament to help the internationally recognized government of Libya. As for the United Nations, Uncle Sam’s country has multiplied plans to sanction Haftar, but has also worked for talks to be held so that the Marshal could lay down his arms. Although the American interest is not as important as that of the Russians, it is the latter’s involvement that preserves American activism.  While Russia is trying to position itself, the United States will not allow a rise in Russian influence in Libya to flourish.

Central African Republic

It would be a truism to say that this country has been since its independence a preserve of the West, especially of France. This paradigm has changed for almost three years now, because of the military agreements with President Faustin-Archange Touadéra, Russia has become an important cooperator, thus challenging the French persuasion. This French preponderance was visible when the violence of 2013 between the Séléka and the Anti-Balak were at their height. The UN deployed the MISCA (International Mission in Support of the Central African Republic under African leadership), which was replaced by MINUSCA (United Nations Mission in the Central African Republic). In support of MISCA, France launched Operation Sangaris, composed of nearly 1,200 military personnel. Nearly 08 years later, the security situation in the Central African Republic is perilous, but in the place of French troops at the side of MINUSCA, there is Russia and nearly 300 military instructors.  The National Security Advisor to the Central African President, Valery Zakharov, is a former Russian spy.  To this should be added the private Russian company Wagner which, as in Libya, is seeking financial contracts in a country with diverse natural resources ranging from gold and uranium to hydrocarbons and rare wood species. With regard to its main strategic resource, diamonds, the country is ranked in the top ten most endowed in the world. It could be that Moscow is using the Central African Republic as a back door to larger and more resource-rich economies nearby, including Cameroon and Congo-Brazzaville, two other former French prefectures.

Work Cited

  1. Ghanmi Lamine, “Libya’s Islamic militants brag about receiving new Turkish weapons,” The Arab Weekly, May 26th, 2019.
  2. Kanzanci Handan, “New arms shipments come for Haftar forces: Libyan army”, Anadolu Agency, February 8th, 2020.
  3. Londono Ernesto, Hauslohner Abigail, “U.S. Navy SEALs take over oil tanker for return to Libya”, The Washington Post, March 17th, 2014.
  4. Robinson Kali, “Who’s Who in Lybia’s War”? Council on Foreign Relations, June 18th, 2020.

[1] Kali Robinson, “Who’s Who in Lybia’s War”? Council on Foreign Relations, June 18th, 2020.

[2] Handan Kanzanci, “New arms shipments come for Haftar forces: Libyan army”, Anadolu Agency, February 8th, 2020.

[3] Robinson, “Who’s Who in Lybia’s War”?

[4]  Ernesto Londono Ernesto, Abigail Hauslohner, “U.S. Navy SEALs take over oil tanker for return to Libya”, The Washington Post, March 17th, 2014.

[5] Lamine Ghami, “Libya’s Islamic militants brag about receiving new Turkish weapons,” The Arab Weekly, May 26th, 2019.

Catégories
The Rebuntu House

Art, Culture et Patrimoine: leviers pour construire l’Afrique que nous voulons

Au cours de la 34ème session ordinaire de l’Union Africaine, la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement a procédé au lancement du thème pour l’année 2021 « Arts, Culture et Patrimoine: Leviers pour construire l’Afrique que nous voulons ».Ce thème servira d’orientation à toutes les activités que l’Organisation panafricaine et ses organes mèneront sur le Continent. Afin de s’inscrire dans cette perspective, The Okwelians met à l’honneur des toiles de Fred Ebami, un des rares artistes pop art d’origine africaine répertoriés dans le monde,

POWER:
Des supers héros de chair et de sang, mais dotés de superpouvoirs, ceux de croire en notre superbe, YES WE CAN
MAMA MAKOSSA
our traditions, our rythmes… Our strength, our stories… Our success Traditions et modernités.. This is us
WAKANDA MYRIAM
 Tradition et modernité… L’héritage, le lien avec les anciens pour réussir notre futur,
ceux avant nous ont rêvé notre présent à nous maintenant de le transmettre à la new generation

Catégories
The Rebuntu House

« La santé mentale reste taboue dans l’agenda du développement humain en Afrique »

Marie-Alix de Putter

Carl Manlan

Marie-Alix de Putter et Carl Manlan plaident pour une mobilisation générale des secteurs public et privé du continent afin de sortir du déni.

Article Publié le 06 octobre 2020 à 19h00 – Mis à jour le 07 octobre 2020 à 09h28 sur le https://www.lemonde.fr/afrique/

Tribune. Il y a urgence à repenser l’accès aux soins de santé, en particulier de santé mentale. La pandémie du coronavirus a renforcé l’isolement de certains et exposé d’autres à des violences verbales ou corporelles. Ces traumatismes sont des indicateurs que nous ne pouvons pas négliger. D’après l’Organisation mondiale de la santé (OMS), une personne sur quatre environ sera concernée au cours de sa vie par un trouble psychologique.

Le continent africain ne fait pas exception : 10 % de sa population serait aujourd’hui affectée par un trouble mental. La prévalence est plus élevée encore dans les zones de conflit : une personne sur cinq y vit avec des troubles mentaux tels que la dépression, l’anxiété, l’état de stress post-traumatique, les troubles bipolaires ou encore la schizophrénie.

Cependant, dans l’agenda du développement humain en Afrique, le sujet reste tabou : moins de 10 % de la population a accès à des soins de santé mentale. Un problème amplifié par le manque de ressources humaines adéquates. Pour rappel, la majorité des pays africains comptent un psychiatre pour 500 000 habitants, au lieu d’un psychiatre pour 5 000 personnes conformément aux recommandations de l’OMS.

Selon l’institution, la plupart des pays à revenu faible ou intermédiaire consacrent moins de 1 % de leur budget de santé au traitement des troubles mentaux. Or toute maladie non traitée à un coût pour les individus et pour l’économie. Dans un rapport de 2012 sur le fardeau économique de la maladie mentale, l’OMS a ainsi noté que ces pathologies et les troubles du comportement représentent 26 % du temps perdu au travail dans le monde, plus que tout autre type de maladie.

Société plus respectueuse et attentive

Il est à noter que la moitié des problèmes de santé mentale commence avant l’âge de 14 ans, mais la plupart des cas ne sont ni détectés ni traités. Aujourd’hui, près de 90 % des adolescents du monde vivent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire et plus de 90 % des suicides d’adolescents se produisent dans ces pays.

D’après les estimations de l’OMS de 2012, le taux de suicide en Afrique était proche de la moyenne mondiale : 11,4 pour 100 000 habitants. Soit tout de même une augmentation de 38 % par rapport à l’an 2000. Les facteurs de risque sont multiples : consommation nocive d’alcool, maltraitance durant l’enfance, stigmatisation à l’encontre des personnes qui cherchent de l’aide, obstacles à l’accès aux soins. La stigmatisation, le rejet, le manque d’accès aux soins et, encore trop souvent, les maltraitances physiques et psychologiques restent le lot quotidien des patients dans de nombreux pays africains.

La maladie mentale affecte non seulement les personnes et leurs familles, mais également des communautés et des économies entières. Au regard des coûts considérables qu’elle engendre, elle devrait recevoir toute l’attention et les ressources de la part non seulement des gouvernements, des citoyens africains, de sa diaspora, des organisations internationales, mais aussi de l’ensemble des décideurs du secteur privé et de la société civile.

Se soucier de santé mentale n’est pas un luxe, mais un droit humain quelle que soit notre contribution à la société. Il est temps de changer la façon dont les personnes – y compris elles-mêmes – pensent et parlent de ces sujets. La pandémie de nouveau coronavirus génère des inquiétudes multiples. Pour autant, cette crise sanitaire pourrait également être vecteur d’opportunités, notamment pour faire évoluer les mentalités. Il est temps de faire de la santé mentale un enjeu social en Afrique et d’agir concrètement pour une société plus respectueuse et attentive.

Une réponse efficace et durable exige une volonté politique, des investissements publics et privés, une coordination entre les secteurs de la santé, des finances, des services sociaux et de l’éducation. Mais aussi l’implication de la société civile et des entrepreneuses et entrepreneurs sociaux qui sensibilisent, mettent en œuvre des stratégies de promotion et de prévention dans ce domaine et organisent des activités qui contribuent à renforcer la capacité de patients à traverser un événement difficile. La santé mentale nous rassemble plus qu’elle nous divise.

Marie-Alix de Putter est consultante en stratégie française d’origine camerounaise. Elle est autrice d’Aime, ma fille, aime !, aux éditions Ampelos, coll. « Témoigner », paru en 2019.

Carl Manlan est un économiste ivoirien. Il est directeur des opérations de la Fondation Ecobank.

Marie-Alix de Putter et Carl Manlan

Catégories
Non classifié(e)

Les petits pas du Cameroun vers les Objectifs du Développement Durable (ODDs)

Benjamin OMBE

Journaliste-Consultant en intelligence stratégique

Auteur : « le Cameroun en prospective : Evaluation critique des Objectifs du développement durable », Harmattan, septembre 2020, 243 P.


Le Cameroun a présenté sa première Revue Nationale Volontaire (RNV)[1] lors du Forum Politique de Haut Niveau (FPHN) qui s’est tenu du 9 au 18 juillet 2019 au siège des Nations Unies à New York. Par ailleurs, le pays a fait les comptes de la première phase de son plan national de développement, vision 2035, déclinée dans le Document de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi (DSCE). L’évaluation de ces différents agendas de développement a démontré que la marge de progression vers les objectifs visés reste encore considérable. Pour rectifier le tir, le pays vient de lancer la deuxième phase de son plan de développement baptisé « Stratégie Nationale de Développement 2020-2030 ». Il s’agit d’une dérivation du DSCE. La mise en œuvre de la SND2020-2030 sera couplée avec la dernière décade des ODDs. C’est donc un défis majeur pour le Cameroun de conduire les deux agendas de développement de façon simultanée (même si la SND prend en compte certains aspects des ODDs du moins sur le plan conceptuel). L’une des clés de réussite dans l’exécution de ces agendas de développement résidera aussi dans la capacité du pays à faire une auto-évaluation critique devant lui permettre de se projeter vers l’avenir avec moins d’incertitude.

Indicateurs sociaux de base : entre crainte et espoir…

En dépit de quelque avancées, l’accès de la population aux services sociaux de base tels que l’eau, le logement, l’électricité et l’alimentation reste encore un luxe pour la majeure partie de la pollution. En ce qui concerne l’accès à l’eau potable, en 2019, sur une population de près de 24 millions d’habitants, environ 9 millions de Camerounais n’ont pas toujours accès à un service d’eau potable. Le taux d’accès à l’eau potable au niveau national est estimé à  72,9 % en 2018.  Ce taux était de 33% en 2010 selon la Banque africaine de développement (BAD).

En matière d’accès à l’électricité, en 2017, selon la Banque Mondiale[2],  au Cameroun, le taux global d’accès à l’électricité était de 61%. Le taux d’accès à l’énergie électrique est en nette évolution depuis 2010. Il est passé de 41% en 2000, à 53% en 2010 et à 59% en 2015. Toutefois, près de 10 millions de personnes vivent encore dans le noir. Les énergies renouvelables ne représentent que 5% du mix énergétique global.

Pour le logement, dans le cadre du DSCE, le gouvernement s’est fixé pour objectif de construire 17 000 logements sociaux et d’aménager 50 000 parcelles. En 2018, l’évaluation faisait état de ce que le nombre de logements construits s’élevait à 2 400. Soit un déficit de 14 600 par rapport à l’objectif fixé. Par ailleurs, il convient de relever que l’essentiel des 2 400 logements ne sont pas encore rendus opérationnels.

Pour l’alimentation, le taux de croissance annuel de la production agricole, qui est de 2 %, reste inférieur au taux de croissance démographique de 3% constatait le Programme alimentaire mondiale (PAM) en 2017. Selon le rapport 2019 sur « l’état de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde », le pays comptait 17,1 millions de personne en situation d’insécurité alimentaire modérée entre 2016 et 2018, soit une prévalence de 71,2%, et 10,6 millions de personnes étaient en situation d’insécurité alimentaire grave sur la période 2016-2018 pour une prévalence de 44,2 %.

En matière de santé publique, en 2017 l’espérance de vie à la naissance dans le pays était estimée à 58 ans (PNUD, 2018). Pour l’année 2015, la densité moyenne du personnel soignant était évaluée par l’OMS à 6 pour 10 000 habitants contre 14,1 infirmiers pour 10 000 habitants. Selon une étude réalisée en juin 2016 par l’équipe d’appui technique du Bureau international du travail (BIT) pour l’Afrique centrale, il y a moins de 2 % de la population camerounaise qui bénéficie d’une assurance maladie.

Bien qu’en nette progression, le développement des infrastructures routières piétine. Au premier trimestre 2019, l’ensemble des routes bitumées au Cameroun était évalué à 6859 km, ce qui reste très en deçà de l’objectif fixé à 9558 km par le DSCE. Toutefois, 1034,5 km de routes bitumées ont fait l’objet de réhabilitation sur la période 2010-2018.

Le logiciel de la gouvernance en panne…

La corruption demeure un phénomène endémique. Le pays est classé 152ème sur 180 pays avec un score de 25/100 selon le rapport sur l’indice de perception de corruption 2018, publié le 29 janvier 2019 par Transparency International. Selon cette ONG internationale, 71% de Camerounais sont convaincus que  la corruption va se généraliser d’ici à 2050. 

Le chômage est une équation difficile à résoudre. Le taux de sous-emploi global pour les personnes âgées de 15 ans et plus se situe à 77,6 % et le taux d’informalité est de 88,6 %. Le taux de sous-emploi global est passé de 71,1% en 2007 à 79,0% en 2014, soit une augmentation de 7,9 points. D’après l’Organisation Internationale du Travail (OIT), le Cameroun figure en deuxième place des pays ayant le plus fort taux de travailleurs indépendants avec un indice de 76,8%, derrière  la Somalie, le pays le plus pauvre au monde.

Sur la question de la sécurité et des libertés, outre les exactions de la secte islamiste Boko Haram et la crise dite anglophone qui a provoqué d’importantes pertes matérielles et  humaines, le climat social est extrêmement fragile. Le pays a enregistré, 870 victimes d’homicides volontaires en 2015, dont 669 hommes et 201 femmes. De plus, 85 % d’enfants âgés de 1 à 14 ans ont subi des agressions psychologiques ou des châtiments corporels. En matière de liberté publique, dans son rapport 2017 sur la liberté de la presse, Freedom House classe le Cameroun comme « non libre ».

Les inégalités ne font que s’accentuer. Entre 2007 et 2014, la pauvreté à peu reculé, et les inégalités ont augmenté (FMI, 2018). La répartition inégale des fruits de la croissance a engendré une aggravation des inégalités de revenus avec un indice de Gini qui passe de 40,04% en 2011 à 44% en 2014 et un indice d’inégalité de genre se situant à 0,56 classant le Cameroun a la 141/160 pays. L’on note encore des obstacles à la pleine participation des femmes à l’économie et des disparités fortes entre les zones rurales et urbaines dans l’accès aux services sociaux de base. Selon le « rapport sur le développement humain » publié par le PNUD en décembre 2019, le pays enregistre un indice de développement humain ajusté aux inégalités de 0,392 en régression de -6 points comparativement aux années précédentes.

Conséquence, le taux de pauvreté global n’a que faiblement reculé, passant de 40,2 % en 2011 à 37,5 % en 2014, tandis que la part de la population pauvre a augmenté de 12 % entre 2007 et 2014, pour atteindre 8,1 millions d’habitants. Le seuil de pauvreté du pays ne s’est pas fondamentalement amélioré à l’intervalle 2015-2018. Il est de 35,5%, très loin des 23% espérés par le pays en 2020 (projection Phase I du DSCE).

Lutter contre la pauvreté et les inégalités

Les estimations à partir du dernier recensement général de la population (2005) permettent de situer la population du Cameroun en 2018 à environ 24 millions d’habitants. Selon les projections de Word Populations Prospects[3], le Cameroun pourrait avoir une population estimée à 38,870 millions d’habitants à l’horizon 2035, avec les moins de 30 ans qui représenteront plus des deux tiers de la population totale. « Une forte proportion de cette population vit malheureusement en deçà du seuil de pauvreté, présentant même des poches d’aggravation des inégalités et des disparités selon le sexe du chef de ménage, en fonction de la région et le milieu résidentiel »[4]. C’est là que réside le grand enjeu et défi de développement du Cameroun pour les prochaines années. Le pays devrait œuvrer pour freiner et réduire le niveau de pauvreté et des inégalités. Pour y arriver, la création d’emplois décents avec un accent sur l’agriculture et le numérique, la lutte contre la corruption et l’augmentation des investissements dans le secteur social nous semblent capitale pour renverser la tendance actuelle.



[1] Chaque année, un certain nombre de pays vient présenter leur Revue Nationale Volontaire (RNV) qui permet d’assurer un suivi de l’état d’avancement de l’atteinte des ODD dans les pays, d’identifier les leçons apprises et les défis à relever. Chaque Etat membre présentera au minimum deux revues d’ici à 2030.

[2]Tracking SDG7 : The Energy Progress Report 2019.

[3]Word Populations Prospects projette à 10 milliards d’habitants la population mondiale à l’horizon 2050. L’Afrique subsaharienne est la région qui enregistrera le plus fort taux de croissance démographique.

[4]« Evaluation des besoins en renforcement des capacités en vue de la transformation économique du Cameroun », rapport, CAMERCAP-PARC, décembre 2018. (P.05).

Catégories
The Rebuntu House

A DILEMMA FOR THE WISEST OF KINGS IN KAMERUN

Venant Mohamed POUEMI: Currently Director at McCann Erickson Douala, Venant Mohamed Pouemi is a founding member of the « SOUL NJANGUI » collective, which is interested in the role of creativity in the sustainable development of African societies. Venant Mohamed is also a member of the Think-do-tank The Okwelians founded in Cameroon in 2020 and the Cameroon Marketing Association. 

In this creative narrative, Venant Mohamed Pouemi inspires himself from the myth of King Souleyman / Solomon to reveal the ethical deficiency that fuels the war in the English-speaking regions of Cameroon.

One day, exhausted by years of disputes and war between some of their fathers; blood brothers who had become rival chiefs because of their thirst for power, the people of Kamerun directed their tears and prayers towards the « chariot of the gods »3, shouting « Anti Zamba, O Allah, O Nyambe, O NSi4, we implore you by all your names from Campo to Kousseri, and from Batouri to Bakassi5. We have been suffering for too long, so send us the wisest of men to help us judge this case and stop this murderous war”.

Suddenly, the ground began to tremble and the sun’s rays illuminated the dark cloud that usually covers the Buea Mountain. As in Maroua’s fantasia, majestic horsemen rode down the slope with

dance groups singing, « Welcome Souleymane, Welcome Souleymane, God sends back to you the wisest king and the most clairvoyant of prophets.” Souleymane then descended from his magnificent chariot carved in bronze and gold in the manner of Foumban and at the foot of the chariot of God, he gathered the rival parties.

First of all he asked them: « Why do you fight one another »?

The eldest replied: « It was the younger one who started it, he violated the 1972 agreement ».

The younger one answered: « It was the older one who started by violating the agreements since 1961 ».

Souleymane interrupted them by saying, « What is most important for you? What has happened which cannot be changed, or what will happen in the future? » They both replied: « The Future ». Souleymane rejoiced, saying, « By the most Merciful, I have already had the opportunity to judge such a matter between two mothers. Bring me the symbol of that future. Bring me the last born of this country. The one that has just been born by a sister of the both of you; little Ngarbuh Kumba, your maternal nephew, the womb of your womb, the blood of your blood.

When the child was summoned, the wisest of kings entrusted him to a recognized warrior of the land, « I am only a judge, I need your strength. Draw your sword and hang it like a guillotine over this child’s body, for the response of both parties will determine what happens next. »

Souleyman turned to the rival chiefs and said, « The God of your ancestors has given me only one question to settle your differences.  Think carefully, for the guard is ready to do your bidding. As is often the case in life, you have only two options. Now here is my question: WILL YOU PREFER TO PROVE THAT EACH OF YOU IS RIGHT OR WILL YOU PREFERE TO SAVE THE CHILD? »

Without hesitation the two uncles of the infant answered in unison: « O Solomon, I am right ».  They had not finished pronouncing their shameful decision when the sword of the guard fell on the infant. The Blood of Ngarbu6 squirted from Muyuka to Kumba. Under the cries of women, the ground trembled and the sun hid.

White with anger, Souleyman left on his chariot crying: « Anti Zamba who are these unworthy chiefs who sacrifice their children for glory and money, O Lord, who are these soulless warriors who follow abominable orders without thinking. O Nyambe, you did not tell me that I should judge demons and not men. »

This story depicts the terrible crisis Kamerun is currently experiencing. Everywhere in the media, in debates and in forums, the children of Kamerun fight violently for the pleasure of being right. And unfortunately since 2016, in the English-speaking regions, the war of words has admitted the war of blood.

To get out of the darkness that envelops us a little more each day, it is imperative for each and every Cameroonian to contain this selfish trend that pushes us to absolutely seek dominion, for the benefit of an altruistic attitude that invites us to be good to the community.

1Souleyman: name of King Solomon in the Koran; Kamerun : name of Cameroon during the German colonization before the division of the country between France and Great Britain.

2NOSO:  Expression referring to the Northwest and Southwest regions at war since 2016.

3Chariot of the gods : Name of Mount Cameroon attributed by explorers of the Middle Ages

4Zamba, Allah, Nyambe, NSi : Names of God in different Cameroonian languages

5 Campo to Kousseri, and from Batouri to Bakassi : cities respectively located on the southern, northern, eastern and western borders of Cameroon.

6 Ngarbu, Muyuka, Kumba : towns in Kamerun affected by killings of women and children in 2020