Categories
The Rebuntu House

A DILEMMA FOR THE WISEST OF KINGS IN KAMERUN

Venant Mohamed POUEMI: Currently Director at McCann Erickson Douala, Venant Mohamed Pouemi is a founding member of the “SOUL NJANGUI” collective, which is interested in the role of creativity in the sustainable development of African societies. Venant Mohamed is also a member of the Think-do-tank The Okwelians founded in Cameroon in 2020 and the Cameroon Marketing Association. 

In this creative narrative, Venant Mohamed Pouemi inspires himself from the myth of King Souleyman / Solomon to reveal the ethical deficiency that fuels the war in the English-speaking regions of Cameroon.

One day, exhausted by years of disputes and war between some of their fathers; blood brothers who had become rival chiefs because of their thirst for power, the people of Kamerun directed their tears and prayers towards the “chariot of the gods”3, shouting “Anti Zamba, O Allah, O Nyambe, O NSi4, we implore you by all your names from Campo to Kousseri, and from Batouri to Bakassi5. We have been suffering for too long, so send us the wisest of men to help us judge this case and stop this murderous war”.

Suddenly, the ground began to tremble and the sun’s rays illuminated the dark cloud that usually covers the Buea Mountain. As in Maroua’s fantasia, majestic horsemen rode down the slope with

dance groups singing, “Welcome Souleymane, Welcome Souleymane, God sends back to you the wisest king and the most clairvoyant of prophets.” Souleymane then descended from his magnificent chariot carved in bronze and gold in the manner of Foumban and at the foot of the chariot of God, he gathered the rival parties.

First of all he asked them: “Why do you fight one another”?

The eldest replied: “It was the younger one who started it, he violated the 1972 agreement”.

The younger one answered: “It was the older one who started by violating the agreements since 1961”.

Souleymane interrupted them by saying, “What is most important for you? What has happened which cannot be changed, or what will happen in the future?” They both replied: “The Future”. Souleymane rejoiced, saying, “By the most Merciful, I have already had the opportunity to judge such a matter between two mothers. Bring me the symbol of that future. Bring me the last born of this country. The one that has just been born by a sister of the both of you; little Ngarbuh Kumba, your maternal nephew, the womb of your womb, the blood of your blood.

When the child was summoned, the wisest of kings entrusted him to a recognized warrior of the land, “I am only a judge, I need your strength. Draw your sword and hang it like a guillotine over this child’s body, for the response of both parties will determine what happens next.”

Souleyman turned to the rival chiefs and said, “The God of your ancestors has given me only one question to settle your differences.  Think carefully, for the guard is ready to do your bidding. As is often the case in life, you have only two options. Now here is my question: WILL YOU PREFER TO PROVE THAT EACH OF YOU IS RIGHT OR WILL YOU PREFERE TO SAVE THE CHILD? »

Without hesitation the two uncles of the infant answered in unison: “O Solomon, I am right”.  They had not finished pronouncing their shameful decision when the sword of the guard fell on the infant. The Blood of Ngarbu6 squirted from Muyuka to Kumba. Under the cries of women, the ground trembled and the sun hid.

White with anger, Souleyman left on his chariot crying: “Anti Zamba who are these unworthy chiefs who sacrifice their children for glory and money, O Lord, who are these soulless warriors who follow abominable orders without thinking. O Nyambe, you did not tell me that I should judge demons and not men. »

This story depicts the terrible crisis Kamerun is currently experiencing. Everywhere in the media, in debates and in forums, the children of Kamerun fight violently for the pleasure of being right. And unfortunately since 2016, in the English-speaking regions, the war of words has admitted the war of blood.

To get out of the darkness that envelops us a little more each day, it is imperative for each and every Cameroonian to contain this selfish trend that pushes us to absolutely seek dominion, for the benefit of an altruistic attitude that invites us to be good to the community.

1Souleyman: name of King Solomon in the Koran; Kamerun : name of Cameroon during the German colonization before the division of the country between France and Great Britain.

2NOSO:  Expression referring to the Northwest and Southwest regions at war since 2016.

3Chariot of the gods : Name of Mount Cameroon attributed by explorers of the Middle Ages

4Zamba, Allah, Nyambe, NSi : Names of God in different Cameroonian languages

5 Campo to Kousseri, and from Batouri to Bakassi : cities respectively located on the southern, northern, eastern and western borders of Cameroon.

6 Ngarbu, Muyuka, Kumba : towns in Kamerun affected by killings of women and children in 2020

Categories
The Rebuntu House

The Okwelians au Forum de Paris sur la Paix 2020

Par Gabrielle Andela Kelle (Co-Directice de The LaB’)

Du 11 au 13 novembre 2020, The Okwelians prendra part aux travaux de la troisième édition du Forum de Paris sur la Paix, sous le format numérique.

        Le Forum de Paris, acteur et plateforme pour l’avancement des solutions de gouvernance mondiale, a été créé en 2018 par la République Française (représentée par le Ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères), l’Institut d’Etudes Politiques de Paris (Sciences Po), l’Institut Français des Relations Internationales (IFRI), l’Institut Montaigne, la Körber-Stiftung, la Fondation Mo Ibrahim rejoints en 2019 par les Think Tanks respectivement mexicain et indien México Evalua et Research and Information System for Developing Countries (RIS). Il réunit l’ensemble des acteurs de la gouvernance mondiale : Chefs d’Etat et de Gouvernement, Représentants locaux et nationaux, Représentants d’Organisations régionales et internationales, Acteurs de la Société civile (ONG, Représentants relgieux, Experts, Médias, Think Tanks, Entreprises, Fondations, Philanthropes, Sociétés privées etc).

        L’objectif du forum est de discuter des principaux défis mondiaux qui attisent ou engendrent des conflits, afin d’apporter et/ou de faire avancer des solutions innovantes et concrètes. Au-delà des discussions de très haut niveau, le Forum de Paris sur la Paix met en avant plus de 100 projets du monde entier, qui appliquent des solutions spécifiques à des défis de la gouvernance mondiale, dont les dix plus prometteurs recevront un appui et un accompagnement annuel pour leurs activités de plaidoyer, de communication et de développement organisationnel.

        Le Forum de Paris sur la Paix est structuré autour de trois espaces complémentaires qui en font plus qu’une conférence, à savoir :

  • l’espace des débats ;
  • l’espace des solutions ;
  • l’espace des innovations.

        L’Initiative de Paris sur la Paix est née du constat que les problèmes mondiaux sans solutions coopératives mènent aux conflits, que le monde n’évolue pas dans la bonne direction et que cette situation n’est pas porteuse de paix. Elle est aujourd’hui le rendez-vous annuel des projets, d’idées et de solutions concrètes en matière de gouvernance mondiale autour de six thématiques majeures : paix et sécurité ; développement ; environnement ; nouvelles technologies ; économie inclusive ; et culture et éducation.

        Pour l’année 2020, année marquée par une crise sanitaire aux conséquences dramatiques, qui n’a épargné aucun pays et qui appelle à des solutions collectives, les travaux de la 3ème édition du Forum de Paris sur la paix sont consacrés aux projets et aux initiatives du monde entier visant à apporter des réponses immédiates à la crise provoquée par la COVID, à améliorer notre résilience sur le moyen terme, et à reconstruire un monde plus durable. Il sera principalement question de « rebondir vers un monde meilleur ». Cette 3ème édition comportera, outre les traditionnelles séquences des Assises, le volet « Entreprises », élément inédit axé sur le secteur privé qui donnera l’opportunité aux chefs d’entreprises de haut niveau de se prononcer sur la thématique centrale.

        Ainsi, les priorités de la 3ème édition du Forum de Paris sur la paix porteront sur :

  • améliorer la gouvernance mondiale de la santé, avec comme objectif d’augmenter la coordination entre les acteurs, de lancer des initiatives, de renforcer les mécanismes d’alerte et de préparation, et de dynamiser les systèmes de santé locaux dans les pays en développement ;
  • repenser et verdir le capitalisme : au-delà des mesures d’urgence nécessaires – y compris pour les pays en développement – la relance de l’activité économique passe par la construction d’économies plus inclusives, et des systèmes de production durables, respectueux de l’environnement ;
  • faire des big data et des médias sociaux des solutions, pas des menaces : les cyber-solutions, plus que nécessaires et indispensables en tant de COVID19, ne devraient pas mettre en péril la vie privée et la liberté des individus.

        Sur ces questions, The Okwelians suggère les pistes de réflexion suivantes :

a.  Pour une meilleure gouvernance mondiale de la santé 

  • Renforcer la participation de la société civile dans la gouvernance de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) – femmes, jeunes, entreprises, syndicats, communautés religieuses – afin de créer un contrepoids aux logiques étatiques et/ou aux intérêts dominants (lobbying pharmaceutique, etc.) dans les prises de décision au sein de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) ;
  • Accorder un rôle plus prépondérant aux acteurs de la médecine préventive (y compris de la santé mentale) de la pharmacopée et de la médecine traditionnelle notamment afin de stimuler le financement de la recherche scientifique en la matière ;
  • Créer un corps international de la Paix chargé d’assurer entre autre des missions humanitaires et de relayer le personnel médical en tant que de besoin en cas de catastrophes et d’épidémies majeures dans certaines régions du monde.
  • Décentraliser l’analyse des données et la recherche en matière de santé publique afin de favoriser une meilleure prise en compte des spécificités territoriales dans la lutte contre les pandémies et/ou épidémies mondiales.

b. Pour un capitalisme plus équitable et écologique 

  • Multiplier les incitations fiscales pour encourager les banques à financer des projets durables et stimuler l’économie circulaire ;
  • Créer des incitations financières à destination des petits et moyens entrepreneurs qui utilisent des méthodes et facteurs de production qui tiennent compte de l’environnement. A ce titre, il pourrait être envisager d’ouvrir un nouveau cycle dans les Accords de l’OMC ;
  • Renforcer la prise en compte de la protection de l’environnement dans les stratégies de développement. A cet effet, créer un instrument mesurant l’empreinte carbone des stratégies d’industrialisation sur le court et le moyen termes ;
  • Encourager la promotion de pratiques, normes et standards plaçant la RSE au centre des outils, structures et procédures de gouvernance des entreprises ;
  • Renforcer la lutte contre les flux financiers illicites, notamment ceux issus de l’exploitation des ressources naturelles, afin d’accroitre les capacités locales de créer des programmes d’amortissement des risques écologiques :

c. Pour s’assurer que les données et les réseaux sociaux soient des solutions et pas des menaces 

  • Diminuer la fracture numérique pour faciliter l’accès au numérique aux populations enclavées par des incitations fiscales au GAFA actives dans la recherche de solutions
  • Faire de la protection des données personnelles une priorité en matière de sécurité internationale par le renforcement des sanctions en cas de violations
  • Contextualiser les usages des réseaux sociaux aux besoins des sociétés. Il s’agit de créer des solutions digitales adaptées aux besoins de la société : éducation, santé, bonnes pratiques agricoles, secteur public, etc ;
  • Mettre en place une nouvelle taxe sur les Entreprises promotrices des réseaux sociaux afin de financer des programmes de sensibilisation et de responsabilisation des internautes, notamment des plus jeunes et des plus fragiles.

        Le Forum de Paris sur la Paix offre, pour la troisième année consécutive, l’opportunité aux acteurs de la coopération internationale, aux plus importants, mais également aux plus engagés, de trouver des solutions concrètes aux énormes défis transnationaux, et à l’heure actuelle à ceux posés par la pandémie de la COVID19, et de reconstruire un monde meilleur, un monde durable./-

Categories
The Rebuntu House

S’engager pour des villes camerounaises durables

Par Asmaou KARIM, Vice-Présidente de The Okwelians

L’UNESCO et la communauté internationale célèbrent tous les 31 octobre la Journée Mondiale de la Ville. Et, le thème de la célébration de cette année est « Meilleure ville, Meilleure vie, valoriser nos communautés et nos villes ». Ce thème est en parfaite harmonie avec l’engagement pris par The Okwelians, Think&Do Tank qui se veut être un laboratoire d’idées et de solutions innovantes au service du Cameroun d’abord, de l’Afrique et du Monde ensuite, et qui a officiellement lancé son Programme « The Okwelians s’engage pour les Villes » à Rey-Bouba du 12 au 17 octobre dernier.  

Comme le dit Stuart Avery Gold, écrivain et auteur à succès international, « pour changer l’avenir, il n’y a qu’à changer le présent. Et le vrai avenir commence par un engagement triomphal dans le présent ». L’engagement, notion riche, peut se traduire de tant de manières différentes. Mais pour nous, s’engager signifie consacrer son temps et son énergie pour contribuer à la recherche et à la mise en œuvre de solutions aux problèmes sociaux, politiques, économiques et humains de nos territoires par des actions concrètes et structurantes ; en somme, être des acteurs et non des spectateurs de la construction de notre « vivre ensemble ».

En effet, les villes camerounaises font face à de nombreux défis allant de la gestion d’une urbanisation incontrôlée, la mobilité, la qualité des services publics, l’insécurité ou encore la gestion des catastrophes. Les récents drames survenus à Douala ou encore à Maroua nous rappellent sans cesse la fragilité de nos villes. Dans le même temps, le dynamisme économique, le brassage culturel et la créativité artistique qui s’y rencontrent en font le théâtre central de la réinvention de notre société et un enjeu capital de la transformation de notre pays.

Ainsi, l’idée de s’engager pour les villes camerounaises traduit une ferme volonté d’accompagner les autorités locales qui en ont la responsabilité principale, dans la mise en œuvre de politiques publiques au service d’un développement socioéconomique et environnemental durable, pour le bien-être des populations. Et, cela rejoint en tous points les grandes orientations de la célébration annuelle de la Journée Mondiale de la Ville.

Il s’agit donc de s’engager auprès des élus locaux afin de :

  • Initier et contribuer efficacement au processus de développement local concerté. Prévue par la Constitution du 18 janvier 1996 et consacrée par la loi du 24 décembre 2019 portant Code Général des Collectivités Territoriales Décentralisées, la décentralisation, si elle est bien menée, sera un facteur de bonne gouvernance car améliorant l’efficacité de l’action publique, la promotion du développement local et la démocratisation de la vie publique. L’action de The Okwelians vise ainsi à la mise en place de plateformes de dialogue, notamment un cadre de concertation communale permettant une gouvernance locale participative ;
  • Réfléchir et proposer des solutions innovantes pour la promotion et le développement de la ville durable au Cameroun : la mondialisation ne saurait aboutir à une uniformisation. Définir un modèle de ville durable qui tienne compte de nos réalités et préserve notre identité reste une préoccupation majeure de nos gouvernants. The Okwelians s’engagera pour accompagner les villes camerounaises dans ce processus de réflexion et de maturation. Nation branding et city branding devront donc se côtoyer et se compléter sans se neutraliser.
  • Venir en aide aux populations particulièrement dans les domaines de l’éducation et de la culture. S’engager auprès de communes c’est aussi s’engager auprès des populations. Les actions de The Okwelians n’ont du sens que si elles contribuent véritablement à l’amélioration des conditions de vie des populations. Et, seules des actions y compris humanitaires permettent une telle immersion dans les réalités vécues par nos concitoyens, particulièrement dans les domaines prioritaires que sont l’éducation et la culture.

Fidèle à son approche data driven et au rôle important accordé à l’expérimentation dans la recherche de solutions innovantes, The Okwelians a choisi trois villes pilotes pour cette aventure, cette exploration des villes camerounaises :

  • Douala. Capitale économique du Cameroun, Douala est la ville la plus peuplée d’Afrique centrale et une ville cosmopolite sur le plan historique car accueillant de tous temps des peuples issus d’horizons divers ;
  • Foumban. Cité des arts, Foumban est réputée dans le monde entier pour la qualité de son artisanat. Foumban est l’un des plus anciens royaumes d’Afrique noire.
  • Rey Bouba. Temple du pouvoir coutumier, Rey Bouba est confrontée à des défis en matière d’accès à l’eau potable ou encore de sécurité alimentaire. La commune de Rey Bouba se situe au sein du Lamidat du même nom, la plus importante chefferie traditionnelle du Cameroun.

Ainsi, avec le soutien de partenaires et à travers diverses actions allant de campagnes de sensibilisation, ateliers, conférences à des publications diverses, The Okwelians s’efforcera, durant les prochains dix-huit mois, de placer l’agenda des villes durables au cœur du débat public et de la décision publique. A la clé, il s’agit d’entrevoir l’émergence de villes camerounaises durables respectueuses de leurs spécificités culturelles tout en contribuant au renforcement de la cohésion sociale et de l’unité nationale.

Mobilisons-nous aux côtés de The Okwelians et de tous les acteurs de bonne volonté afin que cette journée mondiale marque une ère nouvelle où la vie sera au cœur de la réflexion et de l’action en faveur des villes durables au Cameroun, en Afrique et dans le Monde !

Let’s Okwelians it !